novembre 2021
L M M J V S D
« Oct    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Catégories

Ateliers d’écriture

Mardi.
J’avais terminé mon travail de la journée et je soufflais un peu avant de partir pour mon atelier du soir lorsque mon téléphone a sonné.
La jeune femme qui organise les plannings des ateliers m’appelait pour me faire une proposition: serais-je d’accord de prendre en charge un atelier un peu spécial?
Il s’agirait d’accompagner des enfants participant à un concours départemental en créant un petit journal sur un thème donné.
Je l’ai écoutée, j’ai rapidement réfléchi… et j’ai accepté. 
Cela me demandera un investissement personnel  différent et plus intense, mais la réunion prévue avec les différents protagonistes du projet me permettra d’en parler et d’en savoir plus.
L’idée est belle…
Dès janvier donc, et pour trois mois, je me rendrai  dans un périscolaire qui m’est pour le moment inconnu, et je découvrirai des enfants qui ne me connaissent pas… en espérant qu’ils seront enthousiastes à l’idée de partir dans ce projet en ma compagnie…

Martine Péters 

De semaine en semaine, les effectifs des ateliers varient.
Certains enfants sont absents une semaine pour revenir la semaine suivante, d’autres viennent se rajouter…
Il m’est arrivé, par le passé, d’avoir 4 participants un jour, et 9 la fois suivante.
Cette fois, dans la session, les visages changent, mais les effectifs ne faiblissent pas.
Une petite fille de plus s’est jointe au groupe ce mardi, une autre est revenue après une semaine, tandis que deux autres n’étaient pas là cette fois.
Nous étions toujours 10, ce qui apporte une ambiance très  vivante!
Le nombre n’a pas échappé à Guillaume, 10 ans, qui m’a dit: « Tu te rends compte? Si nous sommes tous là, nous serons 12, 13 avec toi! C’est beaucoup pour un atelier. »
– C’est vrai!
– Mmmm… il faudra que tu prévoies assez de récompenses, le dernier jour! 

Et il m’a regardée avec un large sourire.
Il faut dire qu’il a déjà participé à l’un de mes ateliers et qu’il sait donc que je finis toujours, en effet,  par une distribution générale de récompenses.
Sauf que, cette fois, une petite surprise les attendait déjà.
J’ai sorti de mon grand sac une liasse de stickers recouvrant toute une gamme de thèmes allant des animaux aux dinosaures en passant par les voitures, les légumes, les fruits, etc…
Plusieurs frimousses curieuses sont venues voir de quoi il s’agissait, me demandant s’ils auraient droit à en avoir.
Je leur ai expliqué que, chaque semaine, ils pourraient en choisir un par personne pour embellir leur cahier en fonction de leurs goûts.
Je risquais de faire un flop… et c’est tout l’inverse qui s’est produit.
Ils étaient contents, choisissaient avec soin, les ont collés dans leurs cahiers à des endroits bien définis…
J’introduis toujours les ateliers en utilisant le biais du dessin.
A présent que le lien est à nouveau créé entre eux et moi, je compte les rapprocher de l’écriture dès la semaine prochaine.
Je sais que pour certains, ce sera simple… et très rébarbatif pour d’autres.
A moi de trouver le chemin qu’ils auront envie d’emprunter…

MP
 

La semaine, dernière, la première séance de mon nouvel atelier Ecriture, Aventure et Découverte m’avait réservé une surprise dont je me serais passée.
Pour mémoire, j’avais accompagné un groupe fluctuant de cinq à sept élèves d’avril à juin dernier, et, sur leur demande, j’avais promis d’essayer de revenir, ce que j’ai fait.
Mais, la semaine dernière, alors que je retrouvais les enfants avec plaisir dans la cour du périscolaire et qu’ils me réservaient un accueil chaleureux… je ne les ai pas eus avec moi, me retrouvant avec trois autres bambins dont un seul avait déjà assisté à mes ateliers.
J’avais été très déçue… et les enfants aussi.
Ce mardi, donc, je suis arrivée un peu plus tôt pour confier mon souci à la directrice du périscolaire.
L’équipe a été épatante.
J’ai été invitée à la suivre à la sortie des cours où m’a été attribué un groupe complété.
Je gardais bien sûr mes trois premières recrues (dont une manquait ce jour-là), mais je retrouvais  en prime une partie des enfants de l’an dernier… et plusieurs nouveaux.
Au total, mon groupe est passé de trois à neuf, ce qui est un nombre important pour une telle activité.
Comme d’habitude, il faut que le groupe et moi reprenions nos marques, nos codes, que les enfants sachent où se trouvent les limites… puis nous nous embarquons dans mon univers.
Je sais que, ici, les enfants sont particulièrement vifs, et ont besoin de stimuli constants, surtout après une journée d’école où ils ont déjà eu à se tenir tranquilles.
Tous n’ont pas le même âge, les mêmes attentes et, bien sûr, la même sensibilité.
Le mot d’ordre est donc: les surprendre, les entraîner là où ils vont pouvoir utiliser leur logique, leur imagination, leur créativité.
En fin de séance, j’étais fatiguée… mais satisfaite de voir que la complicité entre nous commençait à se réinstaller.
Et comme, contrairement à la semaine dernière, j’ai réintégré « ma salle du bout de la cour », j’ai terminé la journée entourée par quelques enfants désireux de parler encore un peu sur le chemin du retour vers le bâtiment principal.
Cette fin de journée… je l’ai adorée…

Martine Péters