août 2019
L M M J V S D
« Juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Aurélien

Ce week-end dernier est celui  de mon fils et de son bout de chou, Aurélien.
Et nous avions prévu de profiter de l’occasion pour faire samedi notre « Fête de la Guitare », que nous pourrions tout aussi bien surnommer « Fête de l’Eté ».
Tout était prévu: feu de camp, guitares avec Sébastien aux manettes, camp extérieur, repas pour les onze adultes et deux enfants présents.
Tout, sauf… le bon-vouloir de la météo qui a décidé de mettre fin à la canicule et de signer le retour de la pluie dès vendredi soir.
Je ne voulais pas qu’Aurélien soit déçu de voir pleuvoir justement ce samedi où la météo prévoyait que nous serions copieusement arrosés dès l’après-midi et pour toute la soirée.
J’ai donc imaginé de faire croire au petit qu’il était celui par lequel la pluie salvatrice allait arriver.
En consultant la météo locale, je savais qu’il allait pleuvoir très peu de temps après leur arrivée de Suisse.
Au repas du soir, j’ai donc expliqué qu’il faisait très, très sec…. trop, trop sec.
Les fleurs et les végétaux manquaient d’eau, l’herbe ne suffisait plus à nourrir vaches, moutons et chevaux, la rivière s’asséchait, le puits se vidait…  bref, il fallait agir, et vite.
Pour cela, il fallait avoir recours à la magie indienne en pratiquant une danse de la pluie.
Danse que, affirmais-je, nous avions déjà expérimentée dans le passé, et que seuls les garçons et les hommes avaient le droit de faire, raison pour laquelle je ne l’avais pas tentée moi-même.
Mon fils et mon Capitaine sont rentrés dans le jeu et tous trois se sont retrouvés dans le jardin à la nuit tombée, à psalmodier des chants indiens dans le plus grand sérieux, tout en reproduisant une danse rituelle en croisant les doigts pour que les voisins ne nous prennent pas pour des fous.
J’avais bien calculé mon coup.
La météo aussi.
Trois minutes plus tard, il pleuvait.
Nous étions triomphants!
J’ai félicité les valeureux guerriers, précisant qu’il allait falloir recommencer le lendemain pour qu’il repleuve et que l’effet de la pluie soit consistant.
Aurélien ne pourrait être que ravi de voir la pluie le samedi soir…

Martine Péters

J’étais dans la véranda avec Aurélien, 4 ans, lorsqu’il m’a dit:
– Mamitine, je voudrais te dire quelque chose…
– Oui?
– Papino, quand il était petit… c’était une fille..

Ahurie, je l’ai regardé.
Il avait l’air écrasé par la nouvelle qu’il m’apprenait.
– Pardon? Tu te trompes, Papino a toujours été un garçon!
Non. Quand il était petit, c’était une fille. Il avait des longs cheveux et il portait des robes. C’est lui qui me l’a dit. D’ailleurs il a mis une photo au mur.
Et il m’a entraînée dans le bureau de mon Capitaine où j’ai vu la fameuse photo portrait le représentant  bébé avec de longs cheveux.
J’ai réprimé une énorme envie de rire.
Il m’a fallu faire preuve de conviction pour le convaincre que c’était la façon d’autrefois de s’occuper des petits enfants, mais que la virilité de notre Grand Papino n’était pas remise en cause pour autant.
Mais je le soupçonne de ne plus regarder ses copines filles de la même façon désormais…
Il sera méfiant: ces délicieuses et gracieuses petites créatures risquent-elles un jour de porter la barbe et de mesurer près de 2 mètres?!

*****

Dimanche matin.
Après avoir été voter, nous filons à la brocante tous ensemble.
J’ai donné quelques sous à Aurélien qui les a mis dans un petit sac destiné à recevoir ses trouvailles.
Au bout de quelques minutes, il a déjà trouvé plusieurs trésors, lorsque nous voyons un manège, un peu plus loin.
J’accepte de l’y emmener, bien sûr, mais avant, je dois prévenir son papa et Papyno.
Je m’exécute et en profite pour regarder quelque chose que me montre mon Capitaine lorsqu’Aurélien secoue ma main:
– Mamitine? Je ne voudrais pas avoir l’air d’insister, mais  tu m’as promis d’aller sur le manège!

Martine Péters 


A son arrivée, vendredi soir, j’avais prévu de faire une farce à Aurélien, mon petit-fils de 4 ans.
Une farce qui ne s’est pas exactement déroulée comme je l’avais prévu…
Mes poules pondent des oeufs invariablement blanc.
J’avais acheté un faux oeuf brun qui était en réalité une petite balle bondissante.
Lorsque le petit est entré dans la cuisine, je lui ai montré le plat d’oeufs frais contenant également le pseudo oeuf brun:
– Tu as vu? Mes poules ne font que des oeufs blancs et là… elles en ont fait un brun.
– Ah oui… c’est bizarre…
– M’oui… mais je ne trouve pas ça bien… Oh et puis… je vais le casser, tiens!

J’a pris l’oeuf et l’ai lancé sur le sol sous l’oeil effaré d’Aurélien.
Le souci, c’est que je n’ai pas présumé de l’élasticité de la balle en question.
Elle a rebondi avec une vigueur que je ne m’attendais pas et a atterri… dans le récipient dans lequel nous recueillons les miettes pour les poules.
Celui-ci a fait un bond inattendu et toutes les miettes ont volé dans tous les sens.
Cette fois… c’est moi qui était dépitée, et Aurélien hilare.
Il a attrapé un fou rire qu’il n’arrivait pas à arrêter, hoquetant entre deux : « Mamitiiiine….qu’est-ce que tu es drôle! »
Et moi de répondre: « Oui, mais ce n’est pas comme ça que cela devait se passer! Il faut que je nettoie avant que Papyno ne voit ce que j’ai fait, sans quoi je vais me faire enguirlander! »
Ce qui a eu pour effet de redoubler ses rires…
Bon… et bien… j’ai à moitié réussi mon challenge!

Martine Péters