janvier 2020
L M M J V S D
« Déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Catégories

Aurélien

Depuis quelques mois, j’ai pris l’habitude d’écrire à mon petit-fils.
Comme nous ne nous voyons qu’un week-end par mois, je trouvais bien de lui faire parvenir une carte postale entre deux visites pour entretenir le lien.
Mon Capitaine s’est rapidement pris au jeu et ajoute lui aussi un petit mot à chaque fois.
Au début, nous lui envoyions des cartes de la région.
Mais le déclencheur qui a suscité des réactions vraiment joyeuses de la part du petit a été le moment où j’ai commencé à lui faire parvenir des cartes humoristiques d’animaux.
J’en ai acheté plusieurs séries, ajoutant un petit mot à chaque fois.
Lorsqu’il vient nous voir, il ne manque jamais, à un moment ou à un autre, de me donner son avis sur la carte qu’il a reçue.
Ne reste plus qu’à trouver une  boîte à customiser pour qu’il puisse y conserver son courrier!

Martine Péters
 

Nous terminons la semaine en compagnie de mon fils et de son petit bonhomme, venus fêter Noël avec les autres enfants, grands et petits, de la famille.
Vendredi matin, Aurélien, 5 ans, me rejoint dans mon  bureau et me dit:
– Mamitine? J’ai eu envie de vomir, ce matin…
– Ah bon? Papa t’a passé les microbes qu’il a eus en début de semaine? Et là, comment te sens-tu?
– Je ne sais pas… on va jouer?
Je file avec lui mais, au bout de quelques minutes, il disparaît en direction des toilettes et, en effet, me prouve qu’il est bel et bien souffrant.
Branle-bas de combat, nous nous occupons tous de lui, et il décide de rester à proximité des toilettes où, tout triste, il attend sa dernière heure.
Après le petit-déjeuner, son papa et mon Capitaine décident de se rendre à la pharmacie pour trouver un médicament qui le soulagera.
Restés, seuls, nous parlons un peu.
Tout pâle, il me dit:
– Je ne comprends pas ce qui se passe dans mon ventre…
– Tu veux que je t’explique?

– Oui…
Et je me lance dans une histoire loufoque mettant en scène le gros virus costaud qui a assommé son papa quelques jours auparavant et qui s’est ensuite intéressé à lui.
– Mais… il est comment, ce virus?
– Là, il est beaucoup plus faible et plus petit qu’en début de semaine. Mais il a quand même envie de t’ennuyer! Donc il donne des coups de pieds dans ton estomac.
Il fait une grimace de petit garçon prêt à pleurer, et j’enchaîne.
– Seulement, ce qu’il ne sait pas, c’est que dans ton ventre, il n’y a pas que lui… il y a aussi une armée de gardes bien décidés à traquer les virus! Imagine plein de petits bonshommes armés de lances qui piquent les fesses des virus qui passent par là…
Et je me transforme en petit virus machiavélique bien décidé à malmener l’estomac, puis en légion de petits gardes casqués qui lui courent après.
Le virus essoufflé file se cacher derrière le foie, se glisse sous l’intestin, remonte en courant pour se glisser contre l’estomac… dans son abdomen, c’est Waterloo!
– C’est pour ça que j’ai mal?
– Oui! Tu n’es pas tout seul! Ils travaillent tous pour chasser ce vilain visiteur! Alors évidement, ça chahute un peu.
– Et quand ils l’auront trouver, qu’est-ce qu’ils vont en faire?
– Ils vont le ficeler comme un saucisson, l’attacher sur une branche qu’ils vont transporter hors de toi!
Toujours aussi pâle, Aurélien rit. 
Et il va sortir quand j’irai aux toilettes?
– Exactement! Il ne faudra pas oublier de tirer l’eau pour qu’il se noie et n’attaque plus personne!
Et je mime l’affreux virus nageant à contre-courant…
– Mamitine, et s’il arrive à survivre???
– Ah aaah!!!! J’ai mon arme secrète!

– Tu me la montres?
Au hasard, je prends un produit d’entretien javelisé:
– Tadaaaaaam!!!! Lui! Tu vois, il y a un produit dedans qui tue les microbes!!
Triomphant, il regarde son ventre et lui dit:
– Tu vas voir, toi! Tu vas bientôt mourir!
– Et en plus, Papa va t’apporter un médicament qui va remettre de l’ordre dans tout cela. Tu vas aller mieux très vite!

Je ne me suis pas trompée.
Une heure plus tard, il allait beaucoup mieux et a même voulu manger un peu.
A table, toujours intéressé par la médecine Mamitienne, il a demandé:
– Dis, Mamitine… tu veux bien re raconter l’histoire du virus et des gardes?

J’ai l’espoir qu’il ne gardera pas un trop mauvais souvenir de cet épisode…

Martine Péters

Je suis toujours enchantée de voir les conversations que l’on peut avoir avec les enfants.
Ces personnalités en formation sont passionnantes…
Ce week-end passé avec mon fils et son petit bout d’homme m’a confirmé dans ce sentiment.
Aurélien a, entre autres particularités, celles d’avoir un esprit très logique, un bon sens de l’humour et une façon d’analyser les situations qui se présentent à lui en proposant des solutions qui n’ont, étonnamment, rien de fantaisistes.
Son bon sens est étonnant, et ses conversations intéressantes, ce qui n’est pas toujours une évidence lorsque l’on a 5 ans…
Bien sûr, il lui arrive de fabuler un peu, comme me le fait remarquer son papa, mais j’avoue que ça a tendance à me rassurer!
Ce week-end a été très riche.
Dès qu’il posait un pied par terre le matin, il venait me chercher et nous nous retrouvions dans le salon pour parler comme je le faisais autrefois avec Kim, et pour vaquer à nos occupations.
Après avoir passé le samedi à confectionner des biscuits de Noël avec son papa, nous avons consacré le dimanche matin à jouer et à parler.
Et ces dialogues sont constamment parsemés de perles…
Dimanche matin:
Mamitine, c’est quoi ce que tu prends?
– Une pastille pour la gorge…

Il se racle la gorge:
– Rrrrrrr… je peux en avoir une aussi?
–  Celle-ci sont pour les adultes, mais si tu veux, je peux t’en donner une à la menthe.
– D’accord.

Je lui tends ce qu’il veut:
– Voilà!
– Comment, voilà? Tu dois me dire: « voilà mon Aurélien chéri ».

J’éclate de rire, mais j’obtempère:
– Voilà, mon Aurélien chéri. C’est bon, comme ça?
– Tu peux ajouter « que j’aime tant », si tu veux.
– « Voilà, mon Aurélien chéri que j’aime tant ». Ca te va?
– Oui, ma Maminou chérie que j’aime encore plus!


S’il y a un moyen pour ne pas craquer face à cela, j’avoue que je ne l’ai pas encore trouvé!

Martine Péters