juillet 2020
L M M J V S D
« Juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Catégories

Aurélien

Lors de sa dernière visite, Aurélien, 5 ans, a été intrigué par un objet qu’il voir pourtant depuis toujours chez nous, mais qui ne l’avait pas encore intéressé: une poupée russe d’emboîtement.
– Mamitine? Tu me montreras ça?
– D’accord! Là il est tard, mais demain matin, c’est promis.

Le dimanche matin, il revient à la charge.
– Mamitine? Tu me le montres?
Oui. Viens.. nous allons dans la véranda. Voilà… Alors, il faut que tu saches que cela s’appelle une matryochka et que c’est une poupée à surprises.

J’ouvre la première et il découvre la deuxième poupée en bois qui s’y trouve:
– C’est rigolo! Il y en a deux!
Oui! Et… peut-être qu’il y en a une troisième?

Je fais mine d’avoir toutes les difficultés du monde à l’ouvrir… et en sors une troisième, ce qui le fait glousser de rire.
Je lui confie la poupée qui vient d’apparaître et lui demande:
– A ton avis… il y en a encore une?
Le jeu continue un bon moment, jusqu’à la douzième et dernière poupée de la taille d’un grain de riz.
Aurélien est enthousiaste, amusé.
Je lui propose donc de lui montrer ma matryoshka chinoise… et le jeu recommence, toujours aussi apprécié.
Quand il m’accompagne pour les ranger, le petit me dit:
– Je voudrais te voir plus souvent Mamitine… on s’amuse bien. Tu as plein de choses drôles…

Merci, les matryochkas!

Martine Péters

 

Aurélien, 5 ans, aime beaucoup m’accompagner dans la roseraie et sentir les mille parfums de ces roses qu’il découvre un peu plus à chaque visite.
Dimanche matin, nous sommes prêts à sortir.
Il est ravi de retrouver les canetons et les poules et de retourner mettre son petit nez dans les roses, Pomme sur ses talons.
Mais, au moment d’ouvrir la porte de la véranda, je fais la grimace:
– Mince… la pluie et le vent de cette nuit ont fait des dégâts… 
Il jette un coup d’oeil au spectacle:
 Ooh… c’est tellement beau…
– C’est vrai, mais regarde, il y a beaucoup de roses fanées. Je n’arrive pas à ramasser tous les pétales au fur et à mesure.
Regard explicite de mon petit-fils:
– Mais il ne faut pas que tu les ramasses! C’est tellement beau, c’est comme un tapis… C’est comme de la neige de fleurs…

Ce poétique message reçu: je ne ramasserai plus les pétales!

Martine Péters

Pour agrémenter les séances de jeux d’extérieur que je partage avec Aurélien et mon fils lorsqu’ils viennent nous voir, j’ai fait l’acquisition d’un jeu de croquet en bois.
Il m’était arrivé d’en jouer en famille lorsque j’étais enfant, durant des vacances au bord de la mer, et j’avais gardé un joli souvenir de cet ancêtre du golf dont les règles sont assez variables.

Moins pratiqué que certaines autres activités extérieures comme la pétanque, je trouve que ce jeu  ludique et peu fatiguant mériterait de redevenir plus populaire… comme il le fut jusqu’au milieu du XXe siècle, pratiqué par des dames en robes longues et des messieurs en costumes!
Notre accoutrement de ce week-end était nettement moins élégant, mais la partie fut belle et âprement disputée!

PS: j’ai perdu!

Martine Péters