juin 2020
L M M J V S D
« Mai    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Catégories

Bonnes adresses

Nous avions remarqué un grand remue ménage au bout de l’allée, depuis quelques semaines.
Visiblement, le petit restaurant changeait de locataires.
Nous avons vu partir sans regret les anciens restaurateurs qui n’étaient restés qu’une année, offrant à la clientèle une cuisine assez lamentable.
Et c’est avec curiosité que nous nous sommes demandé qui prendrait la relève.

Un jour où  j’étais seule à la maison, quelqu’un a sonné à la porte.
C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Jeanne.
Cette jolie jeune femme faisait le tour du voisinage pour proposer à chacun de venir à l’inauguration des lieux.
Nous ne pouvions pas être présents le jour J, mais je lui ai promis que nous viendrions bientôt.
Mardi, alors que je sortais Pomme, j’ai par hasard fait la connaissance d’Ismaël, son mari, qui baladait son magnifique berger allemand, Cheyenne.
Nous avons bavardé un moment et nous nous sommes découvert plusieurs points communs.
Mon Capitaine et moi avions prévu d’aller goûter leur cuisine cette semaine: nous nous y sommes donc rendus hier soir.
Décoration joyeuse mais sobre, cuisine ouverte, accueil chaleureux: d’entrée déjà, il est clair que le jeune couple a très envie de mettre les clients à l’aise.

La carte est sympathique, travaillée à base de produits frais, le plus souvent locaux.
Nous avons découvert une cuisine légère, colorée et inventive, une explosion de saveurs.
Et le tout à petits prix.

Ismaël  vient de Namur, en Belgique, tandis que Jeanne est originaire de Morteau, dans le Jura français.
Tous deux ont eu un petit garçon au début du mois d’octobre.
Ils sont aux petits soins pour leurs clients, très prévenants.
Lorsque le service le permet, les enfants sont même invités à venir participer à la confection de leurs desserts en cuisine.

Si vous habitez dans la région, n’hésitez pas à aller découvrir « A la Table d’Ismaël »…
Un endroit convivial où la cuisine est savoureuse et où les patrons ont le sourire!

Martine Bernier

« A la Table d’Ismaël », 7 rue du Bourg-Dernier, 1896 Vouvry (Valais) Suisse.

 

J’apprends à connaître la Franche-Comté, de l’intérieur, grâce à Celui qui m’accompagne.
Et j’ai été frappée par cette devise: « Qui que tu sois, là où flotte le drapeau Comtois… tu es chez toi! »
Il paraît que cela se dit, ici.

Les premières fois où j’y suis venue, l’été dernier, il m’a fallu du temps pour m’y acclimater.
J’y avais déjà fait escale par le passé, sans avoir été marquée.
Aujourd’hui, je découvre ses trésors, les personnalités qui y  sont nées.
Et je réalise que l’homme dont je partage la vie est très représentatif de sa région.
Ici, tout est solide, droit, clair, direct, naturel, sans chichis.
Comme l’architecture des vieilles maisons comtoises, aux volumes remarquables, aux pierres couleur crème.
Bien ancrés dans leur sol, debout, ceux d’ici qui ont marqué leur époque et leur région sont tous des êtres à l’esprit pratique, aux racines terriennes.
Ils empoignent les problèmes fermement, ne les lâchent que quand ils leur ont apporté une solution.
L’accueil est chaleureux, surtout si vous accompagnez l’un des leurs
Ils vous observent un peu, puis s’ouvrent.
Leur cuisine leur ressemble, comme souvent.
Riche, généreuse et savoureuse.
C’est dans les paysages, un peu sauvages, que se nourrit leur tempérament, leur goût pour l’indépendance et la liberté.
Des étendues de forêts à perte de vue, des rochers, des vallons, des prés, des villes très vertes.
Les gens d’ici sont très proches de la nature, beaucoup  »vont aux champignons », soignent leur jardin, connaissent les arbres.
Ils sont fiers de leurs grands hommes.

Des défauts?
Oui, il y en a, bien sûr, comme partout.
J’imagine qu’il n’existe pas de peuple parfait.
Ce n’est pas ce qui marque au premier abord.
Et certainement pas chez  ceux qui m’ont été présentés.

Il m’intrigue, ce coin de pays.

Martine Bernier

Th*** dit :

Ou flotte le drapeau Comtois:qui que tu sois tu es chez toi..
Bienvenue en Franche-Comté…..

 

Ce jeudi, avant les jours bouleversants  qui m’attendaient en cette fin de semaine, j’avais un rendez-vous professionnel intriguant.
Un rendez-vous avec Cay Nielsen, le créateur du « Balzac », à Morges (Suisse).

Le Balzac, à Morges (Suisse) est une adresse à ne pas perdre.
Première particularité de l’endroit: il se trouve dans les anciennes prisons de la ville.
La deuxième originalité est liée à la personnalité du maître des lieux, mi-Suisse mi-Danois, sociologue, psychologue, grand voyageur et passionné de saveurs du monde.
Au début des années 2000, soutenu par son épouse Anne, il a décidé de radicalement changer de vie.
L’idée qui germait en lui, il a décidé de la tester en réalisant un tour de Suisse un peu particulier.
Dans chaque endroit testé, il a commandé un chocolat, un café et un thé.
Son verdict est implacable: « Le café est rarement bon, le chocolat et le thé sont en sachet. »
Sa décision est alors prise: il va créer un salon de chocolats, cafés et thés où la clientèle pourra découvrir les meilleurs produits.
En 2001 c’est chose faite, le Balzac ouvre ses portes.
Partout, des livres du grand écrivain sont à la disposition des hôtes qui les feuillètent sur place.
L’endroit est étonnant, décoré avec les souvenirs ramenés de leurs voyages par Cay et Anne et… disponibles à la vente pour ceux qui auraient un coup de coeur.

Comme le dit si bien Cay: de ce lieu de détention, ils ont fait un lieu d’évasion.
Ici, les clients peuvent déguster les meilleurs chocolats chauds maison, onctueux à souhait et réalisés avec les fèves les plus fines.
Les cafés, les thés odorants: tous proviennent de producteurs avec lesquels Cay et Anne travaillent en commerce équitable.
Dans les assiettes, toutes marquées au sceau de Balzac, se retrouvent des salades aux noms envoûtants, issues de cultures maraîchères bio de la région, et du pain au levain, dont la préparation est terminée dans la cuisine.
Et si vous hésitez entre plusieurs glaces ou pâtisseries maison, sachez que le fin du fin, c’est la « Bouchée de Paradis », au coeur de chocolat chaud et fondant.
Une véritable merveille…

L’établissement ne désemplit pas, il est nécessaire de réserver pour avoir une chance de s’attabler dans ce palais des saveurs.
Si en prime vous avez la chance de pouvoir partager un moment avec le patron, vous pourrez vous vanter d’avoir passé une journée réussie.
Aussi chaleureux et généreux que ses chocolats, il partage ses passions et ses découvertes sans se faire prier.
Une excellente adresse où vous ne risquez qu’une chose: devenir accro aux saveurs qui vous sont proposées…

Martine Bernier

Le Balzac
rue Louis de Savoie 37
‪1110 Morges
Suisse
Tél: ‪021 811 02 32
E-mail: info@balzac.ch
Site: www.balzac.ch
Horaires:

Lundi: Fermé
Mardi: 08h00 à 18h30
Mercredi: 08h00 à 18h30
Jeudi: 08h00 à 22h00
Vendredi: 08h00 à 18h30
Samedi: 09h00 à 17h00
Dimanche: 11h00 à 17h00