décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Chiboz

La Dame de Chiboz et son mari sont les heureux parents et grands-parents d’une belle famille qui compte trois filles et cinq petits-enfants.
Le plus jeune, Marcel, va sur ses 4 ans, si ma mémoire des dates est bonne et a l’art de sortir des phrases d’autant plus hilarantes qu’elles sont prononcées en parfaite innocence.
Cette semaine, mon amie me met un SMS et me raconte.
Marcel tentait en vain de peler une mandarine.
Voyant qu’il n’y arrive pas, elle lui propose son aide, qu’il accepte.
Au bout de quelques instants, elle lui tend la mandarine, pelée au prix de quelques difficultés.
Comme il la prend en silence, elle lui dit:
– Marcel? Qu’est-ce qu’on dit?
Et lui, sans la regarder, répond:
– Bravo.

Martine Bernier

Pomme est guérie!
Hier, nous l’avons emmenée chez le vétérinaire qui lui a ôté les fils: l’opération n’est plus qu’un mauvais souvenir…

La veille au soir, j’étais au téléphone avec la Dame de Chiboz qui m’a demandé de ses nouvelles.
Et qui m’a confié qu’elle aimait raconter à ses amis une anecdote qui lui est arrivée ici, alors qu’elle passait deux jours chez nous avec son mari, voici quelques semaines.

Nous étions dans la véranda, et j’ai demandé à Pomme d’aller lui faire un bisou.
Mon Mogwaï s’est exécuté de bonne grâce et est allé déposer une petite léchouille sur la jour de mon amie.
Celle-ci, amusée et touchée, a proposé à son époux de faire la même demande à Pomme.
Mais au lieu de le faire, il a répondu en grommelant… ce qui a déclenché une réaction chez Pomme qui, en digne bichon havanais, a toujours des façons de se comporter un peu inattendues.
Elle s’est mise sur le dos, jouant avec ses pattes et arborant ce que j’appelle un large sourire.
La Dame de Chiboz, interloquée, m’a demandé ce qu’elle faisait et j’ai répondu: elle éclate de rire!
Ce qui était vrai!
A Chiboz, on en rit encore…

Martine Bernier

 

La semaine fut belle…
La visite de nos amis de Chiboz a été un immense bonheur.
Par ces chaudes  journées et  soirées d’été, leur séjour fut une suite ininterrompue de moments privilégiés…
Retour sur un souvenir sentant bon les vacances.
Ce matin-là, nous étions partis visiter la chapelle de Ronchamp, créée par Le Corbusier.
La plupart de nos amis souhaitent la voir lorsqu’ils viennent, et nous aimons les y conduire.
Là-haut, le soleil tapait fort, le moment était parfait.
Nous avions ensuite décidé d’aller manger,  à notre restaurant fétiche, la Begeraine, où nous avions réservé.
En arrivant, le ciel se faisait noir, menaçant, chargé de lourds nuages laissant espérer une bonne averse.
Mais nous  n’y croyions pas trop: ce genre de scénario n’avait pas abouti les jours précédents.
Nous nous sommes donc installés à « notre » table, sur la terrasse ombragée, et nous avons commencé le repas, ravis de faire découvrir à nos amis cette cuisine raffinée et savoureuse.
Nous en étions à l’entrée lorsque l’orage a éclaté.
Il pleuvait, et nous profitions de la fraîcheur de cette pluie providentielle, refusant de quitter la terrasse.
Le vent s’est joint à la fête, nous contraignant à déménager à l’intérieur.
Beaucoup de rires, de complicité et de joie pour un repas inoubliable!

Martine Bernier