août 2021
L M M J V S D
« Juil    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Catégories

Fondation Gianadda

  • Cette semaine de passée me laisse sur un sentiment mitigé. Avoir perdu Chine, ma jolie poule Pékin, me fait très mal au coeur. Elle dort désormais dans un endroit du jardin où, après l’avoir enterrée, mon Capitaine a planté un rosier grimpant déjà de bonne taille. Ce dernier a grandi dans la nurserie des plantes où Chine aimait se percher et profiter de la vie en compagnie de ses compagnes. Lorsqu’il sera en fleurs, il marquera de rose l’endroit où elle repose. 
  • Le même jour, jeudi, j’ai reçu un message de deux de mes amies suisses. Sans s’être concertées, elles sont allées voir l’exposition Caillebotte à la Fondation Gianadda, chacune de son côté, et l’ont beaucoup aimée. J’avais présenté dans un article paru dans le magazine Générations cette exposition réunissant les plus belles toiles de ce peintre que j’aime énormément. Savoir que mes complices suissesses ont été sensible au charme envoûtant de ces tableaux me touche…
  • Il reste un mois d’ici la rentrée des classes. Depuis des semaines, je travaille sur la préparation du contenu des deux ateliers que je donnerai dès septembre aux enfants. De l’Atlantide à Babylone en passant par les Bermudes, j’approfondis chacun des sujets et des mondes dans lesquels je compte les entraîner…  et je rêve…
  • Aujourd’hui, 1er août, jour de la Fête Nationale en Suisse. J’envoie une pensée affectueuse à mes proches qui y vivent… et à ce pays qui reste le mien au même titre que la France… et la Belgique!

MP

Un bel artiste s’est éteint le 14 septembre dernier…
Sam Szafran était l’un des rois du pastel et de l’aquarelle, un peintre plein d’originalité que j’avais découvert grâce à la Fondation Gianadda.
J’aimais me perdre dans ses jungles et ses escaliers, et j’apprécie la beauté du pavillon qu’il a peint à la fondation…

Mon ami Jean m’a envoyé ce week-end un essai qu’il vient de terminer.
Une perle de drôlerie et de bon-sens qui mériterait d’être publiée et lue par le plus grand nombre…

Ce week-end, j’ai passé un long moment en conférence vidéo avec Aurore, ma fillotte de Bretagne qui vit désormais dans le Sud.
Une vrai bonheur: cela ne nous était pas arrivé depuis longtemps, et les nouvelles qu’elle avait à m’apprendre étaient toutes excellentes!
Si tout se passe comme nous l’espérons, elle devrait venir passer quelques jours au Grand Nid avec son conjoint que nous nous réjouissons de rencontrer.
L’automne sera riche…

Martine Péters 


Rodin et Giacometti dévoilent leurs secrets à la Fondation Gianadda

Auguste Rodin et Alberto Giacometti sont deux habitués de la Fondation Gianadda. Mais jamais, ici comme ailleurs, ils n’avaient été réunis pour une exposition destinée à mettre en lumière et à commenter la résonnance possible entre l’œuvre des deux artistes. C’est ce défi que s’est fixé la fondation de Martigny, à découvrir dès le 27 juin.

Alberto Giacometti n’a jamais rencontré Auguste Rodin. Lorsqu’il est arrivé à Paris en 1922, Rodin était décédé depuis cinq ans. Mais l’œuvre du Maître reste un modèle pour la sculpture moderne. Les biographes de l’artiste suisse racontent qu’il a lu plusieurs ouvrages sur Rodin dans sa jeunesse. A l’âge de 14 ans, en1915, alors qu’il voyageait pour la première fois de sa vie, il était entré dans une librairie et avait acheté un livre sur le travail de Rodin. Un livre si cher qu’il ne lui restait plus d’argent pour payer sa pension, le soir, ce qui lui a valu de devoir reprendre sa route de nuit, à pied dans les Alpes, en plein mois de décembre …

Une immersion au cœur de deux univers

Plus de cent ans plus tard, grâce à son partenariat avec le Musée Rodin et la Fondation Giacometti, à Paris, la Fondation Gianadda réunit des œuvres de ces deux génies si inspirés et si différents l’un de l’autre. Les thèmes de l’exposition portent sur l’étude et la comparaison de leur travail, en s’attardant notamment sur le modelé, les groupes, la référence à l’art ancien, le socle, la déformation, etc. L’un des points forts de l’exposition est la double présence des deux versions iconiques de  L’Homme qui marcheréalisées par Rodin en 1907 et par Giacometti en 1960, qui révèlent plusieurs points communs. Plus qu’une simple exposition, c’est à un véritable cours d’histoire de l’Art que nous convient les organisateurs en réunissant et en expliquant quelque 130 œuvres qui se retrouvent pour la première fois face à face… Une rencontre exceptionnelle entre deux monstres sacrés.

Martine Péters

L’exposition « Rodin – Giacometti » est à visiter du 27 juin au 24 novembre 2019 tous les jours de 9h00 à 19h00 à la Fondation Gianadda, à Martigny.

 

 

Cet article est paru dans le numéro de juin 2019 du magazine suisse Générations que vous pouvez retrouver à l’adresse suivante:
https://www.generations-plus.ch