octobre 2021
L M M J V S D
« Sep    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Catégories

Hier

En écrivant l’Ecriplume d’hier, un souvenir lointain et assez cocasse a traversé ma mémoire alors que j’avais utilisé l’expression « chef-d’oeuvre » en péril.
Mise au pluriel, elle était aussi le titre d’une émission diffusée par la télévision lorsque j’étais enfant.
Mon père la regardait avec intérêt.
Comme j’étais vraiment très petite (pas plus de 5 ou 6 ans à l’époque), je ne comprenais pas grand-chose à ce qui y était raconté…
Décidée à en savoir plus, j’ai donc demandé à mon père ce qu’était un chef-d’oeuvre en péril.
Il m’avait  expliqué… et, par je ne sais quel chemin tortueux, mon esprit en avait tiré la conclusion que le chef-d’oeuvre en question était très certainement le plus âgé des intervenants, vu ce jour-là dans l’émission.
Il s’agissait d’un monsieur qui,  selon mon estimation d’enfant, devait avoir au bas  mot  800 ans, et qui parlait d’une façon que je ressentais comme soporifique d’un sujet qui dépassait totalement mes facultés de compréhension de l’époque.
A chaque fois que, par la suite, je voyais réapparaître cet homme sur l’écran, je me disais avec soulagement que l’émission semblait bien fonctionner puisqu’il vivait toujours et ne semblait pas se délabrer davantage.
Ce n’est que beaucoup plus tard, en me souvenant de cette émission, que j’ai appris que ce programme  consacré à la sauvegarde du patrimoine français a été essentiel, notamment pour la collecte des dons.
J’ai alors regardé quelques numéros, cette fois en tant qu’adulte, et j’ai été séduite par ce que j’y apprenais.
Quant à l’homme que je pensais être le chef-d’oeuvre à protéger, je n’ai jamais su qui il était… même si j’ai encore son visage imprimé dans ma mémoire!
L’émission en elle-même s’est poursuivie durant de longues années puisque ce n’est qu’en 1992 qu’elle a pris fin, avec le départ à la retraite de son créateur, Pierre de Lagarde.

Martine Péters

Je me souviens d’une époque, lorsque j’étais enfant, où, le soir, ma minuscule radio collée à mon oreille, je suivais en frémissant les émissions de « L’Heure du Mystère ».
Une fois pas semaine, une pièce de théâtre radiophonique captivait comme moi des millions d’auditeurs.
L’émission reprenait le concept des fameux « Maîtres du Mystère ».
Plus tard, en Suisse cette fois, j’ai encore écouté quelques pièces de l’émission radiophonique elle aussi:  » Enigmes et aventures ». 
Ces pièces policières passaient le lundi soir, et savaient tenir le public en haleine… 
A cette époque où les loisirs étaient différents de ceux d’aujourd’hui, le public vibrait à chaque bruitage et à chaque rebondissement de ces pièces lues par des acteurs brillants.
Cette semaine, j’ai repensé à ces moment délicieux et j’ai cherché à savoir s’il était encore possible de réentendre ces pièces.
Elles sont très faciles à trouver sur YouTube, et j’ai donc proposé à mon Capitaine  d’en réécouter une ou deux, si cela l’intéressait.
Il a été enthousiaste…
En ce moment donc, nous terminons nos soirées en écoutant ces polars.
Comme lorsque j’étais enfant, à ceci près que, cette fois, nous sommes deux sous la couette à tendre l’oreille en écoutant non plus la radio, mais ma tablette!

Martine Péters

La Belgique est un pays où la bande dessine est une véritable tradition nationale.
Si aujourd’hui je n’en lis plus que rarement, j’en ai dévoré dans mon enfance, et  possède avec mon Capitaine une imposante collection.
Je me souviens notamment d’une série à laquelle née en 1951, à laquelle ont contribué de nombreux excellents dessinateurs entre 1965 et 1979: Les Belles Histoires de l’Oncle Paul. 

Le titre a évolué au fil des années, pour devenir Les Histoires Vraies de l’Oncle Paul  puis Les Histoires Merveilleuses de l’Oncle Paul etc.

L’Oncle Paul, un personnage rassurant qui fumait la pipe, si ma mémoire est bonne, a raconté plus de mille histoires…
Il s’agissait d’un formidable travail de vulgarisation destiné au jeune public qui découvrait ainsi des récits le plus souvent historiques.
Je crois que ceux qui ont fait partie des lecteurs de l’Oncle Paul n’ont pas pu l’oublier.
A travers ces quelques planches de BD que nous découvrions chaque semaine dans Spirou, nous découvrions un univers…
MP