août 2021
L M M J V S D
« Juil    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Catégories

Hier

La Belgique est un pays où la bande dessine est une véritable tradition nationale.
Si aujourd’hui je n’en lis plus que rarement, j’en ai dévoré dans mon enfance, et  possède avec mon Capitaine une imposante collection.
Je me souviens notamment d’une série à laquelle née en 1951, à laquelle ont contribué de nombreux excellents dessinateurs entre 1965 et 1979: Les Belles Histoires de l’Oncle Paul. 

Le titre a évolué au fil des années, pour devenir Les Histoires Vraies de l’Oncle Paul  puis Les Histoires Merveilleuses de l’Oncle Paul etc.

L’Oncle Paul, un personnage rassurant qui fumait la pipe, si ma mémoire est bonne, a raconté plus de mille histoires…
Il s’agissait d’un formidable travail de vulgarisation destiné au jeune public qui découvrait ainsi des récits le plus souvent historiques.
Je crois que ceux qui ont fait partie des lecteurs de l’Oncle Paul n’ont pas pu l’oublier.
A travers ces quelques planches de BD que nous découvrions chaque semaine dans Spirou, nous découvrions un univers…
MP

 

Je me souviens d’un chemin que j’empruntais lorsque j’étais enfant, en vacances dans un lieu un peu sauvage où nous faisions du camping chez un couple de paysans déjà âgés.
Deux fois par jour, j’accompagnais mon père pour remplir ce qu’il appelait « la vache à eau » à la rivière.
Ladite vache était une sorte de grand sac en toile imperméable que nous remplissions avec l’eau du ruisseau, eau qui s’écoulait ensuite à l’aide d’un petit robinet intégré.
Pour accéder à ce point d’eau, nous suivions un « petit chemin » très proche de celui que chantait Mireille dans sa chanson du même nom.
Il sentait bon le chèvrefeuille sauvage et l’herbe coupée, et était bordé de minuscules fraises des bois, de framboises et de mûres.
Il nous arrivait d’en récolter pour les ramener au reste de la famille, mais, le  plus souvent, nous leur faisions un sort en duo solitaire… et solidaire. 

Aujourd’hui, je me suis attachée à un autre chemin, celui qui traverse une partie du verger et qui longe la bambouseraie pour sortir du jardin.
Les parfums que l’on respire de ce côté-là du jardin ont des effluves de menthe et de lavande.
Selon la saison, on peut y cueillir des cerises, des pommes, des groseilles ou du raisin.
Et quand les autres arbres auront grandi, viendront s’y rajouter des kakis et des prunes.
Ce petit chemin a un petit goût d’aujourd’hui, aussi savoureux que celui d’hier…

Martine Péters 

Celles et ceux qui ont sensiblement le même âge que moi doivent s’en souvenir…
Dans les années 70, en Belgique, les adolescents que nous étions raffolaient de ces signets comportant une photo et une phrase à méditer.
Elles étaient souvent tirées du Petit Prince ou d’autres oeuvres portant à la réflexion.
J’avais moi aussi quelques-uns de ces signets.
Et parmi eux, il y en avait un auquel je tenais beaucoup.
Une phrase attribuée à J.F. Kennedy, que j’avais mise en musique pour ne jamais l’oublier.
Cette phrase m’a accompagnée toute ma vie, source de force dans les moments les plus difficiles.
Encore aujourd’hui, elle n’a pas quitté ma mémoire même si le signet de papier  s’est égaré…

Si aride soit ta route
Si longue soit-elle

Ne pas cesser de croire, d’aimer et d’espérer… 

Martine Péters