août 2021
L M M J V S D
« Juil    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Catégories

Insolite

Nous avons déjà eu des animaux étonnants dans le jardin… mais là… ça a été le summum lorsque, mercredi matin, j’ai découvert ces magnifiques demoiselles juste devant la véranda.
Deux grands oiseaux blancs et gris, qui ressemblaient beaucoup à deux paonnes, et qui étaient couchées au soleil…
Malheureusement, la baie vitrée de la véranda était ouverte, et Kali s’est empressée de filer à leur rencontre.
Les deux oiseaux sont partis en marchant, sans se précipiter, traversant tout le jardin en direction de la sortie, en suivant l’allée.
Kali n’était pas agressive ni excitée… elle les suivait, simplement, en ignorant mes rappels, trop intriguée par ces animaux qu’elle n’avait jamais vus… 
Lorsque j’ai enfin pu la reprendre et la rentrer, les oiseaux avaient quitté le jardin.
J’ai été vérifier sur la route, et je les ai vus s’engouffrer dans notre haie, entrant  dans le deuxième petit jardin situé devant la maison.
J’ai eu le temps de  prendre les paonnes en photo avant qu’elles passent par la haie chez le voisin, et ce n’est qu’en fin de journée que nous les avons revues, perchées à huit mètres du sol dans un immense noyer près de la maison.
Elles y ont passé une partie de la nuit avant de poursuivre leur périple ailleurs.
Quelque part, quelqu’un est sûrement inquiet d’avoir perdu ces deux oiseaux magnifiques…
Nous ignorons à qui  ils appartiennent, et nous ne pouvons donc prévenir personne de leur présence dans les alentours… 

Martine Péters

Nous rendions visite à un couple âgé lorsque mon Capitaine m’a dit, en entrant dans le jardin, qu’il voulait me montrer quelque chose.
Il m’a menée devant ces pierres, étrangement rondes et de gabarits identiques, comme si elles avaient été taillées.
Ces pierres qui dorment parmi l’herbe folle seraient des vestiges de l’époque romaine.
A cette époque, nous ont raconté les propriétaires, la voie romaine passaient à peu près au niveau de la route actuelle, devant la maison.
Et ces blocs ont été mis à jour alors que les travaux pour la construire commençaient.
Depuis, elles ont été respectées et restent là où les hommes d’autrefois les ont posées…

Martine Péters

En 1950, en Italie, le village de Curon, situé dans les Alpes, a été englouti par les eaux afin d’augmenter la production d’énergie hydraulique.
Depuis, les habitants de la région avaient pris l’habitude de ne voir surgir des eaux que le sommet du clocher de l’église…
Mais depuis quelque temps, alors que des travaux doivent être effectué sur le réservoir, le lac artificiel est vidangé.
Sous les yeux des observateurs,  les 160 maisons refont surface…
L’événement est d’autant plus marquant que, comme l’a indiqué le journal Ouest France, le projet de recouvrement par les eaux de plus de 500 hectares avait suscité de très vives oppositions de la part de la population, déchirée à l’idée de devoir quitter les lieux.
En désespoir de cause, le curé du village avait sollicité une audience auprès du Pape pour venir au secours de la très belle église du village.
Rien n’y a fait, dix ans après, les habitants avaient été sommés de quitter leurs maisons, leurs terres, leurs racines et leurs souvenirs pour être  relogés ailleurs.

Depuis, les touristes se déplacent pour voir le clocher qui émerge du lac, et plusieurs livres ont été dédiés au sujet qui a même inspiré une série italienne, Curon, diffusée en 2020 sur Netflix.

Autant dire que la réapparition momentanée du village englouti, désormais en ruines, représente un événement.
D’autant plus qu’une fois que les travaux seront achevés, Curon redisparaîtra…

MP