juin 2020
L M M J V S D
« Mai    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Catégories

Insolite

(photo wikimedia commons – Aurbina)

Il y a plus de deux mois maintenant, une nouvelle très particulière est arrivée  jusqu’à moi.
Elle m’a semblé tellement énorme que je me suis dit que je la vérifierais… ce que j’ai fait.
Elle était véridique.
Le 1er mars, un Chilien habitant sur l’île de Pâques a détruit… une statue moaï.
Son pick-up alors sans conducteur semble avoir eu un problème de freins, a  dévalé une pente et s’est écrasé sur l’une de ces  sculptures classées au patrimoine mondial de l’Unesco.
La statue et son socle se sont brisés en plusieurs morceaux.
L’émoi est évidemment considérable sur l’île comme ailleurs devant la perte de ce trésor inestimable.

J’ai une pensée compatissante pour le malheureux propriétaire du pick-up.
Il y a des endroits où mieux vaut ne pas être distrait…

Martine Péters

 

 

Lure est une petite ville prospère située non loin de chez nous.
Elle possède un passé historique copieux, mais, surtout, un surnom: La Cité du Sapeur.
Un surnom mérité par le fait qu’elle est le berceau du fameux Sapeur Camembert.

Ce sapeur est le héros de l’une des premières BD françaises créée par Georges Colomb, dit Christophe, né à Lure le 25 mai 1856
Ephraïm Camembert, jeune campagnard vaillant et un peu niais, qui va vivre des situations burlesques dès l’instant où il va être intégré comme soldat du génie militaire. 

Au diapason de l’enfant du pays que fut Georges Colomb, les habitants de Lure ne manquent pas d’humour et manient l’autodérision avec talent.
Ils ont crée la Confrérie du Sapeur Camembert qui organise des manifestations autour de leur héros, et deux statues à son effigie ont été installées dans la ville.
Impossible de les manquer… si vous passez par là… cherchez!

Martine Péters

 

Il y a quelques années, après avoir enregistré et analysé 31 idiomes différents dans toutes les langues, sur les cinq continents, des chercheurs néerlandais ont réussi à trouver un mot d’une seule syllabe commun à toutes ces langues.
Un mot tout simple, ayant à chaque fois la même utilité: inviter l’interlocuteur à répéter ce qu’il venait de dire.
Ce mot, vous le prononcez sans doute régulièrement, sans savoir que vous utilisez un terme universel.
Lequel est-ce?
Tout simplement… hein.

Martine Péters