avril 2019
L M M J V S D
« Mar    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Jardin

Souvenez-vous…
Il y a quelques jours, j’avais publié quelques lignes concernant Charles Lamont, dont le nom est associé à de nombreux végétaux vendus dans le commerce.
Je voulais savoir qui était ce monsieur, et je ne trouvais rien de probant sur Internet.
Je me suis donc adressée à la bibliothèque générale d’Agrocampus Ouest du Campus d’Angers… et j’ai eu une réponse!
Le lendemain de l’envoi de mon message, la très efficace responsable de ce service m’a fait parvenir deux articles dont un était un extrait de rubrique mortuaire.
Grâce à ces documents, j’ai appris que Charles Peter Lamont était, en 1933, conservateur adjoint aux jardins botaniques royaux d’Edimbourg. 
Il a réalisé des croisements entre des plantes et effectué des recherches pointues dans le domaine horticole.

Originaire de Upper Deeside, dans l’Aberdeenshire, Charles Lamont était entré au Jardin botanique royal en tant qu’étudiant en foresterie en 1914, après avoir été employé en foresterie au château Hopetoun House.
Il a rejoint l’armée en 1914  dans le bataillon Royal Scots et participa aux débarquements de Gallipoli, où il fut grièvement blessé.
Après avoir récupéré de sa blessure, il rejoignit son bataillon et continua à servir dans l’Armée jusqu’à la fin des hostilités.
En février 1919, il retourne au Jardin Botanique Royal pour poursuivre ses études interrompues et est nommé à la tête du département des activités extérieures du jardin en 1921.
Il connaissait parfaitement les rhododendrons, l’espèce la plus récemment introduite, qui a grandi en culture sous ses soins à Edimbourg.
Dans plusieurs  domaines de son métier, son jugement était infaillible: pour toutes les questions culturelles concernant les arbres et les arbustes, il possédait une connaissance approfondie et ses conseils étaient fréquemment sollicités.
Ses recherches étaient multiples…
Il avait notamment croisé les Viburnum Grandiflorum et Viburnum Fragrans en 1933, et les plantes résultantes fleurissaient dans son jardin depuis de nombreuses années avant qu’il n’en parle à quiconque.
Admiré des étudiants et de ses collègues, Charles Peter Lamont était une sommité…
Son nom apparaît accolé à de nombreux arbustes et autres plantes vendus dans le commerce car ces variétés ont été obtenues au Royal Botanic Garden, grâce à ses recherches.
Et pourtant, il est difficile de trouver des renseignements sur son parcours et son travail sauf peut-être dans les filières professionnelle.
Je ne connais pas la date de naissance de Monsieur Lamont, mais je sais désormais qu’il est décédé le 26 mai 1949 des suites d’un accident de vélo intervenu le 18 janvier de la même année, sur le chemin de son travail.
Une fin certainement prématurée puisqu’il travaillait encore… 

Martine Péters

Depuis que la maison d’à côté a repris vie avec la visite de la parenté d’Alsace, nous avons de passionnantes conversations tournant autour des jardins.
L’oncle de mon Capitaine est un passionné de jardin en général et d’arbres en particulier, s’est formé à la taille comme le fait aujourd’hui mon  mari, et est un puits de sciences en la matière.
C’est d’ailleurs semble-t-il une caractéristique familiale…
J’ai reçu beaucoup de conseils sur les sujets qui m’occupent en ce moment, et notamment sur l’une de nos prochaines acquisitions: un ou plusieurs arbustes qui fleuriraient en hiver et qui, si possible, dégageraient un parfum.
C’est la tante de mon Capitaine qui a trouvé le Graal en nous parlant des viornes, ces arbustes à la floraison parfumée.
Nous approfondissions le sujet lorsque notre oncle nous a dit que pratiquement tous les végétaux de ce type adaptés à nos latitudes portent l’appellation « Charles Lamont ».
Le lendemain matin, seule avec Pomme dans mon bureau, j’ai consulté les notes prises la veille au cours de la conversation et j’ai trouvé très facilement l’arbuste qui trouvera sa place dans le jardin pour y fleurir de novembre à mars.
Là où les choses se sont compliquées, c’est lorsque j’ai voulu savoir qui était Charles Lamont.
Ma première recherche m’a menée sur un acteur américain qui n’a rien à voir avec la personne en question.
Des centaines de végétaux sont bien vendus sous l’appellation en question, mais nulle part je n’ai trouvé le moindre renseignement sur ce monsieur.
Jardinier? Pépiniériste?
Je vais donc poursuivre mes recherches en espérant en savoir un peu plus sur cet homme dont le nom est si étroitement lié à nos jardins…

Martine Péters 

Au sommet de l’une des falaises d’Etretat, en 1905, une comédienne alors célèbre, Mme Thébault, a planté un premier arbre.
Elle ne  le savait pas encore, sans doute, mais ce geste donnera naissance à ce qui deviendra un siècle plus tard les Jardins d’Etretat,  un lieu composé de différents espaces, chacun baigné dans une atmosphère bien particulière.
Ce jardin est né de l’imagination et du talent de l’architecte paysagiste

Alexandre Grivko, qui a joué avec l’harmonie existant entre ses sculptures végétales et le paysage exceptionnel qui les entoure.
Ce qui m’interpelle le plus?

Les  têtes énigmatiques de l’artiste espagnol Samuel Salceco assoupies dans des corolles végétales, et… Monet peignant ce paysage qui l’a lui aussi inspiré…

Cheminer entre les topiaires et arriver sur cette stature en bambou… bel hommage et Maître!

Martine Péters