juin 2021
L M M J V S D
« Mai    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Catégories

Catégories

Kali

Les animaux sont comme nous: leur personnalité évolue en prenant de l’âge.
J’ai toujours observé Pomme avec attention depuis son plus jeune âge, comme je l’ai fait avec mes précédents chiens avant elle et comme je le fais également avec Kali.
Mon Mogwaï me charme depuis 11 ans par son caractère attachant, drôle et plein de surprises.
Son comportement est très proche du nôtre, lorsque les années commencent à nous taquiner.
Aujourd’hui qu’elle est entrée dans une nouvelle tranche de sa vie, elle a un peu plus de peine à se déplacer, a besoin de davantage de repos et est moins disposée à tolérer ce qui lui semble intolérable, s’éloignant quand quelque chose la contrarie, et venant se réfugier auprès de moi ou dans un endroit sûr.
Mais chaque matin, dès qu’elle se lève, elle file rejoindre Kali avec laquelle elle entretient une relation très particulière.  
Kali, boule d’énergie tendre, malicieuse et joyeuse, qui adore faire des farces, jeter ses jouets en l’air à la manière d’une majorette lançant son bâton,  et dont l’une des activités favorites est de jouer avec son aînée…
Plusieurs fois dans la journée, toutes deux se lancent dans des courses poursuites interminables, dans des parodies de combats de chiens où aucune des deux ne fait jamais mal à l’autre, mais où les mimiques sont redoutables.
Les crocs des bichons havanais ne sont peut-être pas, à priori, la vision la plus terrifiante que l’on puisse imaginer, mais ils font leur petit effet!
Kali adore taquiner Pomme qui lui fait comprendre de manière claire qu’il y a des limites à ne pas franchir, toujours sans la pincer ou la mordre.
Mais dès que Pomme a une baisse de régime, et file se percher sur la place qui lui est réservée sur le canapé, Kali vient la voir avec une douceur inédite, lui fait des petits bisous délicats et ne l’ennuie plus.

Au moment où j’écris ces lignes, mes deux petites chiennes sont chacune dans un panier à côté de mon bureau.
L’aînée se repose, et la plus jeune ronge un os, s’interrompant de temps en temps pour vérifier que tout va bien pour Pomme. 
Qui, elle, lui jette un coup d’oeil en levant ses sourcils broussailleux…
La présence de ces deux petits personnages est un bonheur…

Martine Péters

 

 Kali a un moyen très personnel de me faire savoir qu’elle réclame mon attention.
Si je suis sur le canapé, elle se dresse sur ses pattes arrières, me regarde  dans les yeux, très droite, et attend sans baisser le regard.
Dès que je lui parle, elle commence a remuer doucement le bout de la queue, puis finit par sauter sur moi pour me couvrir de léchouilles.
Ensuite, systématiquement, elle court vers Pomme et lui réserve le même traitement.
Quant elle a terminé, elle laisse passer un peu de temps et revient se mettre dans sa position initiale.
Cela veut généralement dire qu’elle souhaite quelque chose de précis.
Si mon Capitaine est absent, elle a besoin de savoir s’il va revenir rapidement ou non.
Je lui explique donc.
Si ce n’est pas ce sujet qui la préoccupe, je dois tester diverses solutions jusqu’à trouver la bonne.
« Tu veux manger? Tu n’as plus d’eau? Tu veux sortir? Tu veux un câlin? Tu veux jouer? »

En général, elle réagit au mot qui résume sa demande, ce qui me permet de faire ce qu’elle attend de moi.
La Statue de la Justice se transforme alors en joyeux Spirou ravi de s’être fait comprendre.
Puis elle fonce partager sa joie avec Pomme qui semble s’amuser des facéties de sa cadette.
Puis elle retourne à ses jeux, s’intéressant à tout ce que je lui présente, fascinée par tout ce qu’elle ne connaît pas encore…

Martine Péters

 

 

Mercredi, alors que j’étais plutôt pour laisser nos deux Mogwaïs à la maison pendant que nous devions nous absenter à Vesoul, mon Capitaine a plaidé leur cause pour qu’ils puissent nous accompagner, sachant qu’il restait avec eux durant mon rendez-vous.
J’ai accepté, sachant que ce ne serait pas simple.
Si Pomme a toujours adoré la voiture, ce n’est pas le cas de Kali.
Au bout d’une petite poignée de kilomètres, elle a commencé à nous faire part de son mécontentement en recommencant à « parler » comme elle l’a fait dès le premier jour de notre rencontre.
Quand elle est contrariée, Kali chante et parle d’une manière très explicite.
Nous avons pourtant tenu bon, la laissant à l’arrière avec Pomme qui, elle profitait du trajet.
Bébé Mogwaï insistait en revanche pour nous rejoindre à l’avant… sans succès.
Lorsque j’ai retrouvé mes trois complices après mon rendez-vous, mon Capitaine m’a dit que Kali avait été malade.
Nous avons donc programmé différemment le retour, pour qu’elle évite de s’énerver à nouveau.
Cette fois, je l’ai prise sur mes genoux et je m’en suis occupée durant tout le trajet.
Plus calme, elle a cependant bien marqué sa désapprobation d’être dans ce véhicule qu’elle n’apprécie pas.
Une fois de retour au Nid, elle a retrouvé le jardin et la maison avec un plaisir tellement évident que c’en était drôle à voir.
La décision est donc prise pour les prochaines sorties de ces prochains mois, confinement oblige: nous l’habituerons sur de courtes distances, peu à peu. 

Toute la soirée, elle  m’a prouvé sa reconnaissance pour mes attentions… tendre comme peut l’être un affectueux bâton de dynamite!

Martine Péters