décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Bec-en-sabot:Le plus mystérieux des oiseaux

Lorsqu’Aurélien, 3 ans, et son papa viennent passer la fin de la semaine avec nous comme c’est le cas ce week-end, il y a toujours un moment où mon fils et mon Capitaine partent entre hommes faire quelques courses pendant que mon petit-fils et moi restons  seuls à la maison.

C’est toujours le temps de moments touchants et drôles.

Samedi, nous devisions dans le canapé avec Pomme  lorsqu’Aurélien a commencé à me regarder attentivement allant jusqu’à se mettre debout pour mieux m’examiner:

– Mamitine! Tu ne peux pas bien voir: tes lunettes ne sont pas propres!
– Ah bon, tu trouves?
– Oui, attends!

Il court chercher une petite lingette dédiée au nettoyage des verres et me demande:
– Donne tes lunettes, Mamitine! Allez!
– Tu es sûr que tu sais faire ça ?
– Oui, oui, moi aussi je nettoie mes lunettes….

Allez savoir pourquoi… il a beau n’avoir que 3 ans, je sais que je peux lui faire confiance.
Aurélien est un enfant qui prend soin des objets, et qui les aborde avec douceur… sauf lorsque lui prend l’envie de lancer un ballon ou un « vilain doudou » à travers la pièce!
Je n’ai pas tort: il fais très attention et frotte délicatement les verres.

– Bravo,  tu es très minutieux.
– Mmm?
– Ca veut dire que tu fais très attention à bien faire….

Son travail terminé, il grimpe à nouveau sur le canapé et pose soigneusement les lunettes sur mon nez.
S’ensuit un câlin maison et…:
-Mamitiiiiiine! On va encore sauver le bonhomme avec l’hélicoptère?
– D’accord!
Nous avons commencé ce jeu le mois dernier.
Parmi ses cadeaux, le Père Noël lui avait apporté un gros hélicoptère de sauvetage muni d’un treuil, d’une nacelle et de petits personnages.
Nous avions donc mis le jeu en scène: une serviette bleue pour faire la mer, et un scénario, à peu près toujours le même, pour effectuer le sauvetage de notre pauvre naufragé.
Cette fois, Aurélien voulait savoir comment ce dernier avait fait pour se retrouver au milieu de la mer, tout seul.
Nous avons donc inventé une histoire de pêche à bord d’un bateau « un peu cassé », qui a mal tourné.
Mais tout est bien qui finit bien puisque les sauveteurs arrivent toujours à temps pour le sauver avant que la nuit tombe (notre petit bonhomme a peur du noir et n’a pas envie d’arriver en retard pour le repas du soir!).
Pendant près de trois quarts d’heure, nous avons joué avant qu’il ne se lasse et reporte son attention sur Pomme, qui ronge son os sur son coussin.

Il s’accroupit à côté d’elle, la regarde avec attention et… :
– Bravo Pomme, tu es très… heu..  « minuscule », c’est bien!

Martine Bernier

18920883_1523732014311901_2780571985991988798_o

Le Bec-en-Sabot du Nil, pensionnaire de Pairi Daiza, en Belgique, se porte bien et est toujours aussi beau!18953224_1523732137645222_4385397427988049383_o
C’est ce que j’ai pu constater hier lorsque Sabrina, dont le conjoint travaille au parc animalier, m’a envoyé une série de superbes photos signées Magali Dubois.
18920910_1523732024311900_3905827085103962371_o

 

 

 

Un immense merci à elle d’avoir pensé à moi, et à Magali qui m’a autorisée à diffuser ses images!18920979_1523732104311892_1761789750167204626_o
Quant à moi… je me fais un plaisir de partager avec vous ces clichés de cet oiseau fascinant…

Martine Bernier

18953199_1523732077645228_7296869610020395632_o

Photo: Théo Dufourni

Photo: Théo Dufourni

Je ne vais pas vous refaire la genèse de l’histoire qui me lie au bec-en-sabot, cet oiseau fabuleux qui semble rescapé de la Préhistoire… et qui me conserve sous hypnose depuis des années!
J’en ai déjà beaucoup parlé sur Ecriplume.
Vous l’aurez deviné: je suis donc forcément intéressée par les sites qui l’accueillent…
Et parmi eux,  Pairi-Daiza, en Belgique, seul parc au monde où le bec-en-sabot du Nil peut se reproduire en captivité.

C’est en regardant les images liées à ce lieu que j’ai découvert celles de Théo Dufourni.
Ce jeune homme est visiblement un grand amoureux des animaux qu’il passe beaucoup de temps à photographier.
Pour avoir eu la chance de côtoyer quelques très bons photographes animaliers, je connais les trésors de patience qu’il faut déployer pour obtenir un bon cliché.
Lorsque je vois ceux de Théo, très doué pour accrocher le regard de l’animal, pour saisir la posture ou l’instant fugitif qui rend le moment magique, il réussit des photos magnifiques.

Je lui ai demandé s’il accepterait que je publie ici une de ses images du bec-en sabot, et il a accepté.
Revoilà donc mon bel oiseau…

Merci à Théo (que vous pouvez suivre sur Facebook)… et à youtube qui m’a fourni la vidéo ci-dessous!

Martine Bernier