octobre 2019
L M M J V S D
« Sep    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Catégories

Lire

Je lis les ouvrages d’Amélie Nothomb depuis sa première parution.
Et j’attends toujours avec impatience et curiosité celui qui sort chaque année en été, et que je présente ensuite… sur Ecriplume!
Cette femme étonnante a le chic pour m’étonner.
Cette fois, elle a fait plus que cela.
Je n’ai pas voulu lire ou écouter les interviews qu’elle a données avant d’avoir lu son livre, afin que la surprise soit totale.
Je ne savais donc pas que, pour écrire Soif elle s’est glissée dans la peau de… Jésus.
Lorsque je l’ai compris, j’ai été extrêmement mal à l’aise.
Je n’avais pas envie de ce sujet, pas envie de lire ce qui nous avait été enseigné pendant des années, pas envie de revivre encore et encore le calvaire que l’on a fait endurer à cet homme.
Mais je me suis accrochée.
D’un bout à l’autre, le malaise par rapport au sujet ne m’a pas quittée.
Et pourtant, j’ai la sensation, à présent que je l’ai terminé, d’avoir lu un roman philosophique important  dans lequel l’auteure a mis beaucoup d’elle-même.
Elle s’est glissée dans la peau de Jésus à partir de son procès jusqu’à sa mort, en passant par l’épisode atroce de la crucifixion.
Et ce que dit le personnage est passionnant: ses analyses, ses réflexions, que ce soit sur Judas, sur l’incarnation, sur l’amour, sur les hommes, sur les choses de la vie qu’il a aimées (ah, le doux passage de la pluie sur le toit…), sur les phrases qui lui seront attribuées dans les Evangiles mais qu’il n’a pas prononcées…
J’ai refermé le livre avec le sentiment qu’il était différent des précédents, plus fort, plus profond.
Jésus, cet homme qui a vécu il y a si longtemps et que la tradition religieuse nous a présenté comme une lointaine icône, prend ici une dimension humaine qui le rend plus attachant encore.
J’ai aimé ce livre.
Et, étrangement, alors que je l’ai terminé depuis plusieurs heures, il continue à évoluer en moi.
Certaines phrases me reviennent, j’en relis des passages.
J’ai été très interpellée par celui consacré à Judas.
Et notamment par ceci « Si je n’avais fréquenté que les autres disciples, j’aurais peut-être oublié que j’étais venu pour des gens comme Judas: les problèmes vivants, les faiseurs d’embarras, ceux que Simon appelle les emmerdeurs. »

Martine Péters


 


Ces derniers temps, je me suis procuré quelques livres qui ne sont plus disponibles que sur le marché de l’occasion, sur des sujets très précis.
Et notamment sur Joséphine de Beauharnais qui est une femme qui me captive depuis des années, pour son destin, bien sûr, mais aussi pour le rôle très important qu’elle a joué en tant de botaniste avertie et grande spécialiste des roses de son époque.
Je  n’ai pas franchement le temps de me plonger dans la lecture ces jours-ci, mais j’ai quand même pris le temps de lire la préface.
En quelques lignes, j’étais plongée… dans la perplexité.
Car j’ai appris que les fameuses roseraies de Joséphine dont nous parle la tradition orale en les situant à la Malmaison… n’ont jamais existé.
Les rosiers de Joséphine étaient cultivés dans des pots sortis uniquement en mai et en juin au moment de la floraison.
Les passionnés du monde entiers venus découvrir les fameuses roses tombent souvent de la lune en apprenant qu’elles n’existent pas.
Ce qui ne veut pas dire que les jardins ne méritent pas le détour.
A l’occasion d’une exposition organisée par la Malmaison sur « Un jardin d’expérience », un autre livre a été publié (aux éditions des Falaises): Auguste Garnerey vues du jardin de Joséphine  par Christophe Pincemaille.
Voici le texte de présentation de ce livre… que j’aimerais beaucoup voir faire son entrée dans ma bibliothèque!

L’aménagement du jardin de Malmaison, entre 1800 et 1814, fut la grande entreprise de l’impératrice Joséphine (1763 – 1814). Elle trouva en Jean-Marie Morel (1728 – 1810) le peintre-jardinier capable de répondre à ses attentes. Il conçut pour elle un jardin composé de paysages variés qui étaient traités comme des tableaux peints grandeur nature. Elle désirait voir partout de l’irrégularité et du mouvement pour retrouver la vérité des horizons et exalter les beautés de la nature. Elle voulait aussi qu’on se crût au coeur des forêts d’Amérique, d’où sa passion pour la botanique. Les aquarelles d’Auguste Garnerey nous font entrer dans cette utopie que Joséphine, en souvenir de sa jeunesse antillaise, avait poursuivie à Malmaison et qui disparut avec elle.

Martine Péters


Le charme des récits de Marcel Pagnol me prend à chaque fois que je les lis.
J’ai adoré chacun de ses livres, et particulièrement « La Gloire de mon Père » et « Le Château de ma Mère » que j’ai lus et relus avant de déguster leurs adaptations cinématographiques.
Difficile de résister à l’envie de découvrir le petit Marcel et les savoureux personnages qui l’entouraient dans son enfance en BD… même si j’appréhendais un peu le résultat.
L’exercice était périlleux: l’amour profond et l’admiration que le petit garçon vouait à son père, ces souvenirs d’enfance délicieux, ces vacances en famille riches de tant d’aventures, cette mère tendre et belle et tous ces détails précieux qui font le charme des ouvrages de Pagnol…
Comment une oeuvre aussi subtile, aussi émouvante allait-elle être traitée en bande dessinée?
Le travail a été confié à Serge Scotto, Eric Stoffel et Morgann Tanco qui ont réalisé ces deux albums paru dans la collection « Grand Angle ».
Et c’est une double merveille qu’ils nous offrent…
Deux livres qui ont demandé énormément de travail, et qui ne se dévorent pas en une heure.
Tout est parfait…
Les dessins rendent les personnages attachants et nous plongent avec délice dans ces paysages provençaux, au coeur de la garrigue.
L’ambiance, le phrasé inimitable, la culture, l’éducation, la tendresse… tout y est…
Fidèles à ces livres, monuments de la littérature française, ces deux BD sont de petits trésors à lire, relire et à faire découvrir aux enfants…

Martine Péters

« La Gloire de mon Père » et « Le Château de ma Mère », Serge Scotto, Eric Stoffel et Morgann Tanco, Grand Angle, disponibles, entre autres, aux Editions France Loisirs.