juillet 2021
L M M J V S D
« Juin    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Catégories

Lire

Ce n’est pas la première fois que je parle de mon ami Jean Lugrin dans ces colonnes.
Nous nous connaissons depuis très longtemps, avons partagé de belles et joyeuses aventures avec son épouse Solange et quelques amis, et je n’oublie pas qu’il est la dernière personne à être venu me dire au-revoir la veille de mon déménagement pour la France.
Jean, architecte de profession, a de multiples talents qu’il cultive plus que jamais depuis qu’il a atteint le cap de la retraite.
Dans son nid d’aigle des Diablerets, jolie station de sports d’hiver des Alpes vaudoises, il donne libre cours à une créativité qui nous ravit.
Cette semaine, il m’a fait parvenir son dernier livre, en version informatique.
Je n’ai pas pu résister à le feuilleter sans attendre: ses livres sont toujours des surprises inattendues.
Celui-ci m’a fait monter les larmes aux yeux. 
Dans « J’aime mon métier », il présente une série de petits portraits de personnes de tous âges de la Vallée des Ormonts, en Suisse, qui, toutes, ont accepté de lui parler de leur profession.
Chaque texte est accompagné d’une photo de chaque interlocuteur.
Ce livre est né d’une exposition que Jean avait réalisée pour le Musée des Ormonts, où il avait présenté vingt-sept portraits de personnes qui lui expliquaient pourquoi elles aimaient leur métier.
Des années plus tard, l’exposition devient livre…
L’émotion que j’ai ressentie vient du fait que je connais beaucoup de ces personnes, que je n’ai plus croisées depuis un bon moment.
Et la beauté des photos noir-blanc fait la force de ce livre témoignage destiné aux jeunes, qui souligne l’importance du choix de sa profession.

Martine Péters

Il y a deux ou trois ans, la Dame de Chiboz m’a offert un tout petit livre provenant de la collection des petits collectors de Marabout.
Il s’appelait: La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite… et autres leçons de vie, écrit par Olivier Clerc.
Je l’ai lu, de plus en plus captivée au fil des pages.
L’auteur utilise des allégories et des fables pour nous permettre de prendre conscience et de mieux comprendre diverses situations auxquelles nous sommes potentiellement confrontés.
J’ai pris l’habitude de prendre ce mini livre avec moi lorsque je vais devoir patienter dans une salle d’attente. 
Et, à chaque fois, je redécouvre un nouvel élément qui vient étoffer ma réflexion.
Alors que nous étions en voiture, j’ai raconté à mon Capitaine l’histoire de la Grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite, et ses aboutissants.
Sa réaction m’a fait comprendre que le bouquin l’intriguait et pourrait l’intéresser autant que moi.
Très bientôt, donc,  il aura son exemplaire qui lui permettra de se plonger avec délice au coeur des réflexions de cet auteur passionnant…

MP

Les hasards du calendrier de mon imprimeur a fait que deux de mes nouveaux livres sont sortis la même semaine!
Après Roses de Charme du Jardin d’Ecriplume paru la semaine dernière dans la collection Nature et Jardin, voici le quatrième volume des Histoires de Mamitine: Le Fantôme de Brigasou.

La grand-mère de Maxime annonce à sa famille qu’elle vient de racheter le petit manoir de Brigasou, berceau de sa famille où elle a vécu lorsqu’elle était enfant.
Personne ne se demande pourquoi les nombreux propriétaires qui l’ont acquis par la suite l’ont tous revendu au bout de quelques mois.
En allant passer quelques jours de vacances chez sa grand-mère, Max réalise que, dans cette ravissante maison se passent des choses très étranges… 

Brigasou est un livre né de mes souvenirs d’enfance, lorsque je m’inventais des histoires pour m’aider à m’endormir…
S’adressant aux enfants de 6 à 12 ans et abondamment illustré de photos, Le Fantôme de Brigasou vous emmène à la rencontre d’un bien mystérieux marquis…

Pour m’accompagner dans cette aventure, j’ai pu compter sur un adorable petit garçon, Maxime, sur lequel je reviendrai dans un prochain Ecriplume!

Comme tous les livres des Editions Ecriplume, Le Fantôme de Brigasou est disponible sur le site de la maison d’édition.

Martine Péters