juillet 2021
L M M J V S D
« Juin    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Catégories

Littérature

Entre 14 et 17 ans, j’ai lu les livres de Jean-Paul Sartre.
A chaque fois, j’ai pris un coup à l’estomac, extrêmement impressionnée par la pensée de cet auteur que mes professeurs, pour diverses raisons, ne m’encourageaient pas à lire. 
Bien plus tard, j’ai dévoré « Le Deuxième Sexe » de Simone de Beauvoir, compagne de Sartre, et j’ai été fascinée par l’intelligence et la justesse de son essai devenu une oeuvre magistrale sur la condition de la Femme.
Je partageais ses idées et ne pouvais qu’être admirative de sa façon magistrale de les exprimer.
Chacun à leur façon Sartre et Simone de Beauvoir, surnommée « Le Castor » par ses proches, ont enrichi ma réflexion, m’ont apporté des éclairs de lucidité sur la condition humaine, comme d’autres philosophes et écrivains l’ont fait eux aussi.

Je n’avais pas eu l’occasion de voir le téléfilm en deux parties de Claude Goretta: Sartre, l’âge des passions, sorti en 2006.
Quand j’ai vu par hasard le week-end dernier que les deux épisodes étaient programmés à la suite l’un de l’autre, je suis restée devant l’écran.
Mon Capitaine m’y a rejointe et nous avons enregistré la deuxième partie pour la voir le lendemain.
J’ai été totalement impressionnée par la prestation des deux acteurs principaux Denis Podalydès et Anne Alvaro…
La ressemblance physique avec les personnages, leur jeu subtil, l’histoire, l’immersion dans cette époque si agitée et pourtant si riche… tout a contribué à me captiver.
Dans la foulée, j’ai voulu voir le documentaire sur Simone de Beauvoir, qui avait été programmé après la deuxième partie du film.
Il arrive que la télévision soit passionnante lorsqu’elle prend l’option de ne pas céder à la médiocrité.

Martine Péters

Il y a deux ou trois ans, la Dame de Chiboz m’a offert un tout petit livre provenant de la collection des petits collectors de Marabout.
Il s’appelait: La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite… et autres leçons de vie, écrit par Olivier Clerc.
Je l’ai lu, de plus en plus captivée au fil des pages.
L’auteur utilise des allégories et des fables pour nous permettre de prendre conscience et de mieux comprendre diverses situations auxquelles nous sommes potentiellement confrontés.
J’ai pris l’habitude de prendre ce mini livre avec moi lorsque je vais devoir patienter dans une salle d’attente. 
Et, à chaque fois, je redécouvre un nouvel élément qui vient étoffer ma réflexion.
Alors que nous étions en voiture, j’ai raconté à mon Capitaine l’histoire de la Grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite, et ses aboutissants.
Sa réaction m’a fait comprendre que le bouquin l’intriguait et pourrait l’intéresser autant que moi.
Très bientôt, donc,  il aura son exemplaire qui lui permettra de se plonger avec délice au coeur des réflexions de cet auteur passionnant…

MP

J’ai pris l’habitude de commencer mes journées très tôt en consacrant une petite heure à l’étude alors que je suis encore couchée.
En l’occurence, depuis quelques mois, je lis tout ce qui concerne le métier de l’édition, et j’apprends beaucoup grâce, notamment, aux instances professionnelles.
Hier matin, en consultant le site du Syndicat national de l’édition, j’ai découvert ceci:

Il y a environ 10 000 éditeurs en France… Cette densité est voisine de celle de nombreux pays d’Europe. Bien sûr, il y a les « grandes maisons » – 20 éditeurs ont plus de 5 000 titres chacun – et il y a les « petites structures éditoriales » – environ 5 000 éditeurs ont moins de 10 titres chacun.

Dans mon cas, je ne publie que mes propres ouvrages, écrits seule ou éventuellement à quatre mains comme ce sera le cas pour l’un d’eux actuellement en cours de rédaction.
Sortir un livre est donc plus long puisque  je dois l’écrire et l’illustrer.
Mais je me suis fixé un objectif que je me donne deux ans à atteindre: éditer dix titres dans un premier temps et quitter ainsi  la catégorie des petites structures éditoriales.

Trois livres sont disponibles à la vente pour le moment, deux  sont en cours d’écriture et d’autres sont prévus d’ici  la fin de 2021, si tout va bien.

C’est faisable.

Martine Péters