août 2021
L M M J V S D
« Juil    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Catégories

Livres jeunesse

Un coup de sonnette, une livraison… et voilà arrivé mon nouveau livre pour enfants paru aux Editions Ecriplume: Les Visiteurs de la Nuit.
Après plusieurs nuits passées à entendre du bruit dans le grenier, la petite Pauline se décide à y monter, à la recherche d’une éventuelle fouine un peu trop bruyante.
Ce qu’elle va découvrir est bien loin de ce qu’elle a imaginé…
D’étranges visiteurs semblent avoir pris possession des lieux: les espiègles Mimousses qu’elle va apprendre à connaître…
Une fois encore, la petite héroïne de l’histoire est une petite fille de ma connaissance.
Comme sa cousine Méline, personnage principal du « Cadeau Enchanté », la délicieuse Pauline vit dans le canton du Valais, en Suisse, au sein d’une famille aimante, dans un cadre de vie idéal pour attirer les Visiteurs de la Nuit…

Martine Péters

Les hasards du calendrier de mon imprimeur a fait que deux de mes nouveaux livres sont sortis la même semaine!
Après Roses de Charme du Jardin d’Ecriplume paru la semaine dernière dans la collection Nature et Jardin, voici le quatrième volume des Histoires de Mamitine: Le Fantôme de Brigasou.

La grand-mère de Maxime annonce à sa famille qu’elle vient de racheter le petit manoir de Brigasou, berceau de sa famille où elle a vécu lorsqu’elle était enfant.
Personne ne se demande pourquoi les nombreux propriétaires qui l’ont acquis par la suite l’ont tous revendu au bout de quelques mois.
En allant passer quelques jours de vacances chez sa grand-mère, Max réalise que, dans cette ravissante maison se passent des choses très étranges… 

Brigasou est un livre né de mes souvenirs d’enfance, lorsque je m’inventais des histoires pour m’aider à m’endormir…
S’adressant aux enfants de 6 à 12 ans et abondamment illustré de photos, Le Fantôme de Brigasou vous emmène à la rencontre d’un bien mystérieux marquis…

Pour m’accompagner dans cette aventure, j’ai pu compter sur un adorable petit garçon, Maxime, sur lequel je reviendrai dans un prochain Ecriplume!

Comme tous les livres des Editions Ecriplume, Le Fantôme de Brigasou est disponible sur le site de la maison d’édition.

Martine Péters

Chaque livre que je lis m’apporte quelque chose.
Il en est des livres comme des gens: certains nous déçoivent et prennent un autre chemin que le nôtre, d’autres nous suivent toute une vie durant, d’autres encore s’égarent, d’autres nous enchantent et nous offrent une nouvelle facette d’eux-mêmes à chaque retrouvailles.
Mais l’un d’eux m’a laissé un sentiment de malaise qui ne m’a jamais quittée.
J’étais à l’école, dans le années 1970, je crois.
Notre professeur nous a demandé de lire « Le Pays où l’on n’arrive jamais ». d’André Dhôtel
J’ai trouvé ce titre extraordinaire… et je me réjouissais de le découvrir.
Ce qui m’est arrivé ne m’est arrivé que deux fois dans ma vie… j’ai détesté ce livre.
Autant j’avais adoré son titre, autant l’histoire d’errance de Gaspard et de son ami fugueur m’a déçue.
Je m’étais imaginé quelque chose de très différent… 
La sensibilité de l’auteur ne correspondait pas à la mienne.
J’avais, je pense une attente beaucoup trop éloignée de la réalité du récit.
Comme j’étais très jeune, je me suis demandé avec inquiétude si cela marquerait la fin de mon goût pour la lecture…
J’ai lu le livre jusqu’au bout, comme cela nous avait été demandé, ayant à chaque page le sentiment de plus en plus fort de malaise, comme si je m’enfonçais dans une brousse inhospitalière.
Pourtant, cet ouvrage avait reçu le Prix Fémina et avait été un grand succès de librairie.
Beaucoup de mes camarades de classe l’avait d’ailleurs beaucoup aimé.
Mais j’avais sans doute besoin de réalité, pas de merveilleux…
Plusieurs fois par la suite, j’ai essayé de le relire avec le sentiment d’être passée à côté de quelque chose… et j’ai toujours été arrêtée dès les premières pages par le même sentiment de rejet.
Il a donc quitté ma vie.
Mais, étonnamment, des années plus tard, je pense toujours que ce titre est l’un des plus beaux que j’ai croisés…

Martine Péters