juin 2019
L M M J V S D
« Mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Catégories

Mon Capitaine

Sweet Delight

Vendredi.
Premier jour de l’été, jour de la Fête de la Musique et… anniversaire de notre mariage.
Chaque année, je cherche pour mon Capitaine un cadeau ayant trait avec le nom de l’anniversaire.
Cette année, c’était facile.
Pour les Noces de Chypre, j’ai fait confiance à Christian Dior qui a créé un magnifique parfum chypré pour hommes.
L’Eau Sauvage a été son premier parfum masculin, créé  en 1966.
Expérience faite, cette composition contrastée et élégante va merveilleusement à ma tendre Moitié.
Comme il sait désormais très bien ce qui me fait plaisir, mon Capitaine m’a lui aussi réservé un cadeau odorant.
Un rosier » Sweet Delight »  rose carminé extrêmement parfumé m’attendait à la table du petit déjeuner.

Sweet Delight


Il a été créé par le rosiériste français, Michel Adam.
Ils sont douze obtenteurs de roses à exercer en France.
Ces derniers mois, j’ai reçu en cadeau plusieurs spécimens qui ne donnent pas des roses anglaises, mais qui ont à mes yeux des qualités indéniables au niveau des parfums, et de leur résistance aux maladies.

Sweet Delight

Une partie du jardin des roses leur est donc consacrée…
Je pense notamment aux  capiteux rosiers espagnols de mon amie Josy, et au rosier Marie Curie que m’a offert mon fils. 
Un rosier qui nous offre en ce moment des fleurs au parfum d’une délicatesse infinie…
Quant  à moi je vais étudier ce que je peux trouver sur Michel Adam qui a récolté une belle moisson de prix et qui me permet de faire un pas de plus dans cet univers fabuleux de la rose…

Martine Péters 

Lundi midi.
J’arrive à table avec mon dictaphone, annonçant à mon Capitaine que, pendant le repas, je vais l’interroger sur trois sujets et enregistrer nos trois conversations.
Les deux premières portent sur deux livres en cours d’écriture, pour lesquels j’avais besoin de son éclairage.
La troisième est liée à mon sens de l’orientation que je peux qualifier de dramatiquement pitoyable.
Nous sommes installés depuis un an et demi dans la région, et je suis toujours incapable de m’y retrouver.
Même si c’est mon Capitaine qui conduit, j’avais besoin, pour ma quiétude morale, de savoir par où aller pour me rendre dans les endroits les plus courants.
J’ai donc demandé à ma tendre Moitié de me donner les itinéraires pour chacune de ces destinations de la vie quotidienne.
A ma décharge, nous sommes à la campagne, et il y a très peu de points de repère… sans compter le fait que mon chauffeur privé n’emprunte pas forcément toujours le même chemin ce qui a le chic pour m’embrouiller.
Avec une patience d’ange, tout en dégustant ses pâtes relevées d’un filet d’huile d’olive, il m’a détaillé chaque itinéraire.
– Pour aller chez le médecin, on prend à gauche jusqu’au carrefour, puis… etc, etc…
Le lendemain matin, j’ai téléchargé les conversations sur mon ordinateur.
Et j’ai débuté un nouveau petit carnet moleskine dans lequel j’ai noté mot à mot tout ce qui m’a été indiqué.
Prochaine étape: je serai armée de mon petit carnet pour la prochaine sortie!

Martine Péters

Un  matin de cette semaine, à la table du petit-déjeuner, mon Capitaine me dit:
– J’ai fait un rêve formidable, cette nuit… Je parlais avec le général de Gaulle. Je pense que tu devais être là aussi car nous avons parlé d’Ecriplume.
– Ah bon? Il connaissait Ecriplume, dans ton rêve?
– Oui, il le lisait tous les jours.
– Et il aimait?!
– Beaucoup.

La journée commençait bien!

Martine Péters