octobre 2020
L M M J V S D
« Sep    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Catégories

Monet

J’ai toujours aimé tout ce qui touche à la Belle Epoque.
Les salons de jardin de ce style n’y échappent pas…
Pour moi, un jardin romantique possédait nécessairement un petit coin au charme d’hier où l’on pouvait s’attarder au milieu des fleurs.
Au moment de quitter la Suisse pour nous installer ici, en Franche-Comté, j’avais hésité à emmener avec nous une large table de jardin ronde gris métallisé que j’avais mise sur le balcon.
Elle n’avait aucun charme.
Mon Capitaine a insisté pour la prendre.
Il avait de son côté six chaises foncées dont j’aimais les formes, mais pas les couleurs.
Il y a quelques mois, je lui ai annoncé que je voulais repeindre tout cela en blanc.
J’avais le sentiment que l’ensemble repeint pourrait ressembler au salon de jardin que j’espérais pour la roseraie.
Le travail étant énorme, mon Capitaine a demandé à l’un de ses amis, carrossier, s’il serait d’accord de s’en charger, ce qu’il a accepté.
Cette semaine, lorsque le confinement s’est assoupli, le salon a donc fait son entrée dans le jardin.
Je l’avais imaginé durant tout l’hiver, installé dans un écrin de verdure, entouré de roses…
Il a trouvé sa place au-milieu des rosiers et des pivoines en boutons… prêt à accueillir de jolis moments!

Martine Péters 

 

Au sommet de l’une des falaises d’Etretat, en 1905, une comédienne alors célèbre, Mme Thébault, a planté un premier arbre.
Elle ne  le savait pas encore, sans doute, mais ce geste donnera naissance à ce qui deviendra un siècle plus tard les Jardins d’Etretat,  un lieu composé de différents espaces, chacun baigné dans une atmosphère bien particulière.
Ce jardin est né de l’imagination et du talent de l’architecte paysagiste

Alexandre Grivko, qui a joué avec l’harmonie existant entre ses sculptures végétales et le paysage exceptionnel qui les entoure.
Ce qui m’interpelle le plus?

Les  têtes énigmatiques de l’artiste espagnol Samuel Salceco assoupies dans des corolles végétales, et… Monet peignant ce paysage qui l’a lui aussi inspiré…

Cheminer entre les topiaires et arriver sur cette stature en bambou… bel hommage et Maître!

Martine Péters

dejeuner

« Le Déjeuner », Claude Monet, vers 1874. Musée d’Orsay, Paris.

Parmi les innombrables tableaux de Monet qui me touche se trouve tous ceux qu’il a consacrés à ses jardins.
Pendant des années, je les ai regardés avec tendresse, fascinée par l’ambiance qui s’en dégage.
Aujourd’hui que j’ai la chance de disposer d’un grand jardin, il m’arrive d’avoir le sentiment d’être rentrée dans l’un ou l’autre de ces tableaux.
Et je ne suis pas la seule à avoir cette impression…
Claude Monet a beaucoup travaillé sur ses jardins, les a créés au prix d’une réflexion pointue, jusqu’à obtenir des résultats magnifiques, avec celui de Giverny en  point d’orgue.
Il a inspiré de nombreux jardiniers dont certains se sont appliqués à recréer des massifs proches des siens, à retrouver les mêmes fleurs, les mêmes camaïeux de couleurs.
Le tableau que j’ai choisi ce matin a été peint à Argenteuil, dans le jardin de la première maison de Monet, aujourd’hui disparue.
Le désordre de cette fin de repas fait presque de nous les invités ayant participé à ce moment d’intimité en famille…
Sans doute est-ce pour cela qu’il me touche tellement…

Martine Bernier