juillet 2020
L M M J V S D
« Juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Catégories

Musée

A l’époque des Pharaons, les Egyptiens aimaient déjà les jardins, les fleurs, les beautés de la nature.

L’une des preuves que l’on en a sont les guirlandes de fleurs retrouvées dans les tombes.
Comme on peut l’imaginer, le temps n’a pas aidé à leur conservation, et elles sont aujourd’hui très rares.
Elles font cependant partie des trésors qui seront exposés à Lausanne lors d’une exposition croisée, au Jardin Botanique et au Musée.
Son thème: « Le jardin des Pharaons, archéologie et botanique, regards croisés », qui aura lieu du 20 mai au 30 octobre 2016.

Je parlais de cette exposition avec son maître d’oeuvre, et nous nous sommes retrouvés sur le fait que ces vestiges floraux retrouvés dans ces tombes éveillent une émotion très particulière…
Ces parures de fleurs composées avec soin ont perdu leurs couleurs, bien sûr, mais ces fragiles offrandes qui accompagnaient les défunts dans leur dernier voyage sont des témoins de gestes revenus du passé.

Martine Bernier

Adresse: Place de Milan, Montrions, Lausanne.
Tous les jours de 10 à 18 heures du 20 au 30 mai.

03_st_ours,1798,portrait_jaques_trembley,©_mah_geneve_photo_Maurice_aeschimann.

03_st_ours,1798,portrait_jaques_trembley,©_mah_geneve_ photo_ Maurice_aeschimann.

Il est arrivé il y a environ deux semaines: le magazine des musées d’Art et d’Histoire de Genève.
Et j’ai eu un coup de coeur pour cette belle revue présentant merveilleusement les expositions et autres activités de ces musées.
En fait, non, je ne dis pas tout…
Le coup de coeur m’est d’abord venu en regardant la couverture.
Il s’agit du portrait de Jacques Trembley-Jaquet (1783 – 1817), peint par Jean-Pierre Saint-Ours qui sera exposé du 2 septembre au 31 décembre.
L’intelligence du graphiste a été de mettre en pleine page de couverture uniquement le personnage, en gros plan.
Cette seule image donne envie d’aller voir non seulement ce tableau, mais également les autres oeuvres de ce peintre…
Monsieur Trembley-Jaquet porte les vêtements de son siècle, et semble perdu dans la contemplation du lac.
Il est élégant, voire coquet, même si son gilet est négligemment déboutonné.
C’est « son » moment…  sa journée, sa promenade, sont interrompues par un instant de paix dans la campagne, avec son chien que l’on découvre dans le tableau complet.

Je n’arrive pas à mettre cette revue ailleurs qu’à côté de moi, sur mon bureau.
Et je rêverais de pouvoir entrer dans ce tableau, m’asseoir à côté de ce promeneur solitaire… et l’écouter me parler de lui, de sa vie, de son époque que le peintre a si bien saisie…

Martine Bernier

Musée d’Art et d’Histoire Rue Charles-Galland 2 Genève

En Suisse comme en France, en Belgique et dans tous les pays touchés par la Seconde Guerre Mondiale, un système de rationnement a été instauré durant ces années de disette.
Je le savais, bien sûr, mais je n’avais jamais eu le détail de cette méthode, et j’ignorais à quoi les habitants avaient droit.
Dans l’une des niches du mur de la cage d’escaliers du Musée du Chablais où a lieu l’exposition dont je vous parle depuis quelques jours, la commissaire d’exposition a affiché une carte des denrées alimentaires présentant la ration  mensuelle complète pour une personne adulte.
Et, à côté, elle a installé des bocaux en verre contenant les rations de sucre, de pâtes, de farine et de riz.
Ce qui permet de visualiser la maigreur des rations.

Pour un mois, donc, outre la viande et le fromage disponibles en très faibles quantités, chaque personne avait droit, pour se nourrir, à:

light-100_5743

Coupons de rationnement. Photo: Bruno Guédot

– Un oeuf (j’ai bien dit un oeuf par mois…)
– 250 g d’orge
– 125 g d’avoine
– 250 g de confiture, sucre, miel ou compote
–  250 g de pâtes alimentaires
–  250 g de riz
– 250 g de farine ou maïs
– 250 g de légumineuses
– 150 g de graisse
– 200 g de saindoux
A cela venait s’ajouter 11 litres de lait, fruits et légumes non rationnés

Visualiser ces portions permet de constater à quel point le régime était strict.
Dans l’une des salles de l’exposition, une vitrine permet de se familiariser avec les multiples sortes de coupons sans lesquels la population n’avait pas accès à la nourriture et à tout ce qui était nécessaire à la vie courante.

Ces cartes revenues du passé sont le témoignage d’une époque, non pas à travers les yeux des historiens qui nous la racontent, mais dans sa réalité de tous les jours.

Martine Bernier

Musée Historique du Chablais

Jusqu’au 16 novembre 2014: « 39 – 45: Le Chablais en temps de guerre »
Château de la Porte-du-Scex, Vouvry (Valais)
Site du Musée Historique du Chablais
Ouverture: du mercredi au dimanche de 14 à 17h30.
Fermeture hivernale du 18 novembre au 15 avril 2014