décembre 2019
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Catégories

Nature

Grande Aigrette (photo Wikimedia)

Jeudi matin.
Alors que nous roulions vers mon lieu de rendez-vous, mon regard a été attiré par une forme blanche marchant lentement au milieu d’un pré.
Un grand oiseau, qui n’était pas un héron couramment observés au même endroit.
Il n’était pas possible de prendre le temps de s’arrêter pour l’observer, malheureusement… 
De retour au Grand Nid, j’ai cherché quel oiseau pouvait bien être ce bel inconnu… et j’ai trouvé.
Il s’agit d’une Grande Aigrette, protégée en France et bien présente dans la région.
Ce genre de rencontre est un cadeau
Non?

Martine Péters

J’en avais parlé ici: mon Capitaine et moi avons pris l’habitude de consacrer la deuxième partie de nos soirées à suivre des cours et des conférences en ligne, en fonction de notre emploi du temps.
Cette semaine, nous avons terminé le cycle consacré à la couleur au Moyen-Age, et c’est avec regret que nous avons écouté le très érudit Michel Pastoureau mettre un terme à la dernière intervention.
Jeudi soir, j’ai donc proposé à ma grande Moitié (je devrais dire « à mon trois-quarts », pour être tout à fait juste!), une conférence de Francis Hallé, célèbre botaniste, biologiste et dendrologue français.
Nous avons découvert avec un autre sujet, une autre personnalité et un univers d’autant plus passionnant que nous le vivons au quotidien.
Ce grand défenseur des végétaux et des forêts primaires parle avec talent de l’intelligence des arbres, de leur façon de communiquer entre eux, du respect que nous leur devons pour tout ce qu’ils nous apportent.
A découvrir ou redécouvrir…

Martine Péters

Septembre a à peine fait ses premiers pas que, déjà, l’automne pointe son nez…
Les raisins de la vigne qui court sur certains murs de la maison arrivent à maturité pour la plus grande joie des oiseaux.
Les coings, les noix et les châtaignes mûrissent et les tomates du jardin  continuent à rougir au soleil.
Un été plus doux…
A ceci près que le soleil a fait place à une bonne pluie et un vent assez violent samedi en fin de journée, alors que mon Capitaine travaillait à achever la rosace dallée de l’allée centrale de la roseraie.
Trempé comme une soupe, il a dû s’interrompre à regret tandis que j’allais rentrer mes petites poules affolées par la force du vent.
Au milieu de cet épisode un peu mouvementé, la roseraie reste imperturbable.
Les roses semblent s’être donné le mot pour s’ouvrir à tour de rôle sans jamais laisser le jardin sans fleurs…
Près de vingt-cinq d’entre eux nous gratifient en ce moment de roses magnifiques et odorantes, tandis que les autres s’accordent une pause.
Je passe chaque jour du temps avec elles, tout en commençant à préparer la liste des rosiers que je souhaite acquérir cet automne.
Il a fallu plus de cinquante ans pour que je comprenne enfin de l’intérieur la fascination que les jardiniers ressentent pour leurs plantations…

Martine Péters