avril 2019
L M M J V S D
« Mar    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Nature

L’hiver n’est pas la saison que je préfère.
Je la sais utile pour permettre à la végétation de se reposer, mais voir le jardin en veille et mes animaux déprimés par la météo ne me fait pas plaisir.
Je rêve de retrouver la magie du printemps et des arbres en fleurs.
Mais comme ce n’est pas pour demain, je fais donc comme tout le monde: je prends mon mal en patience.
Et pour cela, j’essaie de voir le bon côté des choses.
Comme le fait que c’est durant cette saison de dormance que se plantent les rosiers qui fleuriront l’année suivante, par exemple.
Et puis, il  y a les parfums….
Je voue un amour fidèle aux parfums des fleurs de printemps.
Mais il en est un qui commence toujours à apparaître en hiver, et que je trouve irrésistible.
Discrètement, ces derniers jours, mon Capitaine a disposé des petits pots contenant des bulbes dans la véranda.
Les jours ont passé et, un matin, j’ai été happée par le délicieux parfum des jacinthes. 
Elles fleurissent les unes après les autres et baignent la pièce dans ce parfum enivrant qui séduisait déjà la Pompadour et Joséphine de Beauharnais.

Vous connaissez sans doute la légende liée à cette fleur?
Dans la mythologie grecque, Apollon et Hyacinthus étaient amis. Alors qu’ils jouaient au lancer du disque, Zéphir, dieu des Vents, jaloux de cette amitié, souffla depuis l’Ouest, et fit en sorte que le disque atteigne Hyacinthus à la tête, le tuant sur le coup.
Apollon, rempli de tristesse, créa les jacinthes du sang versé, s’assurant ainsi du souvenir toujours présent de son ami. 

Les fleurs qui ont fleuri dans la maison sont ensuite enterrées dans le jardin.
J’espère donc y voir refleurir les spécimens de l’année précédente d’ici quelques semaines…

Martine Péters (Bernier)

04835562-81b7-431d-b3ee-867a0914d52f

Il était 23 heures quand mon  téléphone portable me signale bruyamment que j’ai reçu un message.
Je regarde et découvre que mon fils m’a envoyé deux photos représentant 849ade8b-dac3-4d3c-affb-b7f0eeeadf01une « drôle de bête ».

Je lui réponds en m’extasiant devant le « dinosaure »… et je reçois en retour un petit mot hilare me précisant qu’il s’agit d’un triton alpestre.

Il eut été dommage de ne pas vous en faire profiter!
Martine Bernier

Photo Martine Bernier

Photo Martine Bernier

Quand je dis que nous vivons au milieu des oiseaux, je n’exagère pas…
Samedi, j’ai entendu un bruit significatif.
Je suis allée dans la véranda où l’un d’eux était entré et n’arrivait plus à sortir.
Dans sa course folle vers la liberté, il s’est heurté à la porte-fenêtre du salon.
Il était là, au sol… une jeune sittelle torchepot apeurée…
Comme elle ne faisait pas mine de bouger, mon Capitaine l’a posée dans un ravier dans lequel il a improvisé un nid de foin, et a été jusqu’à lui offrir une mouche pour le goûter.
Au moment où il a posé l’abri de fortune au jardin, à l’ombre, l’oiseau s’est envolé en direction des arbres.
La saison des naissances est suivie de ce genre de mésaventures chez les passereaux encore inexpérimentés…
Plus de peur que de mal pour celui-ci!

Martine Bernier