octobre 2019
L M M J V S D
« Sep    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Catégories

Nature

J’en avais parlé ici: mon Capitaine et moi avons pris l’habitude de consacrer la deuxième partie de nos soirées à suivre des cours et des conférences en ligne, en fonction de notre emploi du temps.
Cette semaine, nous avons terminé le cycle consacré à la couleur au Moyen-Age, et c’est avec regret que nous avons écouté le très érudit Michel Pastoureau mettre un terme à la dernière intervention.
Jeudi soir, j’ai donc proposé à ma grande Moitié (je devrais dire « à mon trois-quarts », pour être tout à fait juste!), une conférence de Francis Hallé, célèbre botaniste, biologiste et dendrologue français.
Nous avons découvert avec un autre sujet, une autre personnalité et un univers d’autant plus passionnant que nous le vivons au quotidien.
Ce grand défenseur des végétaux et des forêts primaires parle avec talent de l’intelligence des arbres, de leur façon de communiquer entre eux, du respect que nous leur devons pour tout ce qu’ils nous apportent.
A découvrir ou redécouvrir…

Martine Péters

Septembre a à peine fait ses premiers pas que, déjà, l’automne pointe son nez…
Les raisins de la vigne qui court sur certains murs de la maison arrivent à maturité pour la plus grande joie des oiseaux.
Les coings, les noix et les châtaignes mûrissent et les tomates du jardin  continuent à rougir au soleil.
Un été plus doux…
A ceci près que le soleil a fait place à une bonne pluie et un vent assez violent samedi en fin de journée, alors que mon Capitaine travaillait à achever la rosace dallée de l’allée centrale de la roseraie.
Trempé comme une soupe, il a dû s’interrompre à regret tandis que j’allais rentrer mes petites poules affolées par la force du vent.
Au milieu de cet épisode un peu mouvementé, la roseraie reste imperturbable.
Les roses semblent s’être donné le mot pour s’ouvrir à tour de rôle sans jamais laisser le jardin sans fleurs…
Près de vingt-cinq d’entre eux nous gratifient en ce moment de roses magnifiques et odorantes, tandis que les autres s’accordent une pause.
Je passe chaque jour du temps avec elles, tout en commençant à préparer la liste des rosiers que je souhaite acquérir cet automne.
Il a fallu plus de cinquante ans pour que je comprenne enfin de l’intérieur la fascination que les jardiniers ressentent pour leurs plantations…

Martine Péters 

L’hiver n’est pas la saison que je préfère.
Je la sais utile pour permettre à la végétation de se reposer, mais voir le jardin en veille et mes animaux déprimés par la météo ne me fait pas plaisir.
Je rêve de retrouver la magie du printemps et des arbres en fleurs.
Mais comme ce n’est pas pour demain, je fais donc comme tout le monde: je prends mon mal en patience.
Et pour cela, j’essaie de voir le bon côté des choses.
Comme le fait que c’est durant cette saison de dormance que se plantent les rosiers qui fleuriront l’année suivante, par exemple.
Et puis, il  y a les parfums….
Je voue un amour fidèle aux parfums des fleurs de printemps.
Mais il en est un qui commence toujours à apparaître en hiver, et que je trouve irrésistible.
Discrètement, ces derniers jours, mon Capitaine a disposé des petits pots contenant des bulbes dans la véranda.
Les jours ont passé et, un matin, j’ai été happée par le délicieux parfum des jacinthes. 
Elles fleurissent les unes après les autres et baignent la pièce dans ce parfum enivrant qui séduisait déjà la Pompadour et Joséphine de Beauharnais.

Vous connaissez sans doute la légende liée à cette fleur?
Dans la mythologie grecque, Apollon et Hyacinthus étaient amis. Alors qu’ils jouaient au lancer du disque, Zéphir, dieu des Vents, jaloux de cette amitié, souffla depuis l’Ouest, et fit en sorte que le disque atteigne Hyacinthus à la tête, le tuant sur le coup.
Apollon, rempli de tristesse, créa les jacinthes du sang versé, s’assurant ainsi du souvenir toujours présent de son ami. 

Les fleurs qui ont fleuri dans la maison sont ensuite enterrées dans le jardin.
J’espère donc y voir refleurir les spécimens de l’année précédente d’ici quelques semaines…

Martine Péters (Bernier)