décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Objets

Le parapluie de Jouy

S’il est un objet que j’aime beaucoup… et que je n’utilise pratiquement pas par la force des choses et de la météo, c’est le parapluie.
Vous allez me dire  qu’il n’y a rien de plus banal et classique.
Faux.
J’aime les croiser, les regarder, les détailler…
Et parmi les différents modèles existants, certains dont très originaux.
Comme le parapluie cloche, qui crée une bulle de protection, et qui est généralement transparent pour des raisons évidentes de visibilité

Parapluie inversé

Le plus ingénieux est certainement le parapluie inversé qui évite d’être mouillé en le refermant, et qui résiste bien au vent.
Il y a aussi le délicieux parapluie froufoutant à volant, qui tient presque de l’ombrelle, ancêtre du parapluie, et le parapluie pagode dont certaines versions comme celle de Chantal Thomass sont magnifiques.

Parapluie à volant
Parapluie pagode signé Chantal Thomass
Parapluie de Jouy

Ce modèle pagode a ma préférence, mais il en existe un autre qui  s’inscrit pour moi dans le palmarès des petites merveilles:
celui de Jouy qui mêle la qualité à l’élégance…

Irrésistible…

A propos, saviez-vous que le parapluie tel que nous le connaissons aujourd’hui et utilisé comme accessoire de mode, a été créé au XVIIe siècle?
Quant à mon amour pour l’objet en question, ne cherchez pas. 
Il me vient de… Mary Poppins!

Martine Bernier

matriochka-legendes-russes

A chaque fois que je vois des matriochkas, je fonds.
matriochka-manga-500x400Au sens figuré, hélas.
matriochka-fleurs-fond-sombre-585x400Certaines de ces poupées russes sont si belles qu’il est impossible de ne pas prendre le temps de les détailler.

SI les dessins sont très importants dans ce genre d’artisanat, la qualité d’une belle série est évidemment liée au nombre de poupées contenues dans les autres, et aux finitions de chacune, y compris des plus petites.

J’ai eu envie de savoir depuis quand étaient fabriquées ces petites merveilles et j’ai appris que les premières dataient de 1890.
Ce qui est assez récent.
Mais la chose qui a attiré mon attention est que ces poupées auraient été inspirées de poupées japonaises.
Regardez sur Internet:  vous ne trouverez pas les représentations de cet art du jouet en bois en mode asiatique, à une ou deux exceptions près.
Un peu comme s’il  ne se faisait plus.
Pourquoi me suis arrêtée à ce détail?
Parce que je savais que les Chinois ou les Japonais avaient eux aussi cédé à l’attrait des matriochkas.
Parmi les objets qui me suivent depuis que je suis adolescente, se trouve deux séries de poupées gigognes.
La première, russe, n’a que peu d’intérêt.
Elle est basique, le dessin est très simpliste et elle ne comporte que quatre pièces.
Mais la seconde, achetée pour trois sous dans un  magasin chinois dans les années 1970, est très différente.
Elle est étonnante de finesse et d’ingéniosité.
Alors que le corps de la « poupée mère » est plus fin que celui de la première matriochka, elle en contient une de plus que la précédente.
Et la dernière  poupée a la taille d’un grain de riz.
Cerise sur le gâteau: la tête des trois premières poupées est mobile, reliée au reste du corps par un petit bout de bois.
La seule représentation que j’ai trouvée sur Internet de ce type de poupées, je l’ai trouvée sur e-bay: la voici ci-contre.s-l225
Apparemment, elles ne se font plus.
Dommage…

Martine Bernier

 

250454_orig

 

Quand j’étais enfant, jouer aux billes était considéré comme une activité de garçons.
Ce qui tombait plutôt bien: cela ne m’attirait pas.
En revanche, j’aimais bien détailler les « agates », celles qui avaient un coeur de couleur. billes-7
Pour avoir eu l’occasion de voir le travail des souffleurs de verre, j’imaginais bien que c’était à eux que devait être confié la tâche de réaliser les billes les plus sophistiquées… mais je n’imaginais pas comment ils arrivaient à « faire entrer » ces vagues élégantes au coeur du verre.
Par curiosité, j’ai cherché et trouvé une vidéo qui suit le travail de l’artisan réalisant ces petites merveilles.
Comme je l’ai fait pour les mines dans les crayons, je partage ici mon nouveau savoir…

Quant  à moi, les billes n’ont pas tout à fait disparu de mon univers.
Il y a longtemps, quelqu’un m’a offert un jeu de solitaire provenant d’un pays s-l225d’Afrique, si ma mémoire est bonne.
Un jeu identique à celui ci-contre.
De déménagement en déménagement, il m’a suivie et continuera  à le faire… sans que je perde la moindre bille!

 

Martine Bernier