janvier 2021
L M M J V S D
« Déc    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Catégories

Catégories

Objets

J’ai toujours aimé les fèves cachées dans les galettes des rois.
J’en ai même une collection assez conséquente… 
Cette année, nous avons eu la main légère, et je n’ai donc qu’un trophée à rajouté à mon butin: cette petite moufle qui fait partie d’une collection typiquement de saison.
Jugez vous-même…

MP

 

J’ai un grand faible pour le Dodo, animal disparu qui m’intrigue depuis toujours… et que Bernard Pichon a rendu célèbre en Suisse dans les années 80, avec cette charmante fantaisie piquetée d’humour qui lui est propre.

Et là, ô bonheur, je retrouve « mon » Dodo en feuilletant un catalogue de jouets!
Ce que vous voyez ci-dessus est… un puzzle de 350 pièces.
Amusant…

MP

 

En fonction des livres sur lesquels je travaille, le matériel que j’utilise n’est pas toujours le même.
Pour les livres pour adultes, qui me prennent beaucoup plus de temps, j’ai recours à toutes les possibilités et les programmes de mon compagnon fidèle: mon ordinateur.
Pour les livres pour enfants, je fais la même chose… mais je m’adjoins en plus un élément incontournable: mon cahier de notes.
J’ai bien dit cahier, pas carnet…
Ma colonie de petits carnets sert, elle, à noter tout ce que je croise dans la journée et qui pourrait m’être utile par la suite.
Mon cahier, lui, est bien plus que cela.
C’est là que je trace les grandes lignes des scénarios de chaque livre pour enfants dès l’instant où l’idée a été décantée.
Les noms des personnages, les lieux, l’atmosphère, la trame de l’histoire… tous les détails dont je me resservirai ensuite trouvent leur place dans mon Cahier des Délires.
Jusqu’ici, je ne conservais pas ces cahiers.
Une fois qu’ils étaient remplis, ils prenaient le chemin du recyclage.
Pour les deux nouveaux ouvrages pour enfants que j’ai en tête, il me fallait choisir un nouveau cahier.
Parmi ceux qui occupent une étagère de ma bibliothèque, l’un d’eux m’a interpellée, comme pour me convaincre de lui attribuer ce rôle.
Il est bleu, beau et sobre, et ses pages sont délicatement imprimées.
Affaire entendue: je l’ai adopté pour ce rôle.
Je couvre ses pages d’une écriture bâtonnée qui me permet de relire facilement  mes notes de « gauchère corrigée ».
Alors que le prochain livre sortira au tout début du mois de janvier voire peut-être un peu plus tôt, les deux suivants prennent forme, quittent mon imagination pour s’installer dans  mon cahier, ultime étape avant l’écriture proprement dite.
Et je sais déjà que, lorsque mon nouveau Cahier des Délires sera rempli, je n’aurai pas le coeur de m’en séparer.
D’ailleurs il me le murmure depuis le premier jour: « Je vais t’aider, mais garde-moi! »

Martine Péters