avril 2021
L M M J V S D
« Mar    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Catégories

Catégories

Philosophie

Je devais avoir 15 ans quand l’un de mes amis m’a offert un livre.
Un gros livre de poche dans lequel il avait griffonné quelques annotations… et dont il n’avait pas dépassé les dix premières pages.
Il s’agissait de « Ainsi  parlait Zarathoustra ».
Je découvrais l’univers de Nietzsche pour la première fois.
Ce livre m’a marquée pour le restant de mes jours.
Il est d’ailleurs toujours présent dans ma bibliothèque…
L’histoire… tout le monde la connait.
Zarathoustra revient parmi les hommes après dix ans vécus en ermite dans la montagne.
Il partage le fruit de ses réflexions avec ceux qui l’interrogent… ce qui donne vie à quatre parties très denses.
Des poésies, des chants, des paraboles: Zarathoustra m’a prise par la main pour m’entraîner sur les chemins de la philosophie de Nietzsche.
Je ne comprenais pas tout, le texte était difficile, et je trouvais certains passages presque désespérants, mais… c’était également et surtout une incroyable source d’inspiration.
C’est aussi l’époque où je découvrais Sartre.
Autant dire que je ne naviguais pas dans la légèreté!
A la bibliothèque j’avais découvert un livre qui regroupait des citations de Nietzsche.
Je recopiais les plus marquantes dans un carnet que je relisais de temps en temps quand j’avais besoin de réconfort.
Et hier, complètement par hasard, alors que je faisais une recherche sur internet, je suis tombée sur certaines d’entre elles qui ont accompagné mon adolescence.
Elles me parlent toujours aujourd’hui…
Et je pense à une jeune fille qui m’a dit, il y a quelques jours, qu’elle avait choisi l’option philosophie à l’école.
Elle est aux portes d’un univers passionnant…
Je lui dédie ces maximes. 

« Tu dois devenir l’homme que tu es. Fais ce que toi seul peux faire. Deviens sans cesse celui que tu es, sois le maître et le sculpteur de toi-même. » 

« La liberté, c’est de savoir danser avec ses chaînes. »

« Il faut savoir se perdre pour un temps si l’on veut apprendre quelque chose des êtres que nous ne sommes pas nous-mêmes. »

MP

Lorsque j’ai eu 30 ans, une personne que j’aime énormément m’a dit : Tu verras, la trentaine est la plus belle période dans la vie d’une femme.

 

L’académicien philosophe et mathématicien Michel Serres nous a quittés le 1er juin 2019, à l’âge de 88 ans.
Oui, la nouvelle est triste… mais quelle chance nous avons eue de pouvoir profiter de la pensée et du savoir de celui qui fut un philosophe optimiste.
Nous avions bien besoin de son univers joyeux et de sa pensée pour trouver des raisons d’espérer et de comprendre l’époque qui est la nôtre.
Une époque qu’il aimait malgré tout ce qu’elle peut contenir d’inquiétant, lui qui a un jour glissé que « l’homme est un pou pour l’homme »…
J’ai notamment appris à connaître son oeuvre à travers Philosophie Magazine dont il était proche.
Son enseignement m’a confirmé qu’il ne fallait pas craindre d’oser, de se projeter dans le futur plutôt que je ressasser le passé.
Une phrase qu’il avait dite à la radio m’avait beaucoup marquée
« Si vous regardez globalement ce qui se passe depuis 10, 20, 100 ans, la violence ne cesse de baisser: c’est presque contre-intuitif, personne ne le croit! » 
Oui vraiment, le lire fait du bien… 

Martine Péters