octobre 2019
L M M J V S D
« Sep    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Catégories

Catégories

Pomme

Pomme a été opérée de la patte arrière le 14 août dernier.
Notre vétérinaire avait bien précisé qu’il fallait compter six bonnes semaines pour qu’elle soit parfaitement remise.
Depuis, comme je l’ai déjà expliqué, nous la portons pour monter et descendre les escaliers ou le canapé.
Une seule fois, elle m’a suivie à l’étage… une initiative que je n’ai pas vu venir qui lui a fait du mal.
Nous étions donc très vigilants.
Mais dimanche soir, après avoir sorti mon petit Mogwaï qui était en grande forme et d’humeur joyeuse depuis le matin, je l’ai confié à mon Capitaine pour qu’il la monte tandis que je me rendais moi-même à l’étage pour la nuit.
J’étais encore dans le couloir lorsque j’ai entendu le bruit très caractéristique de petites pattes montant l’escalier à toute vitesse.
Le temps de me retourner et elle était là, bien campée sur ses quatre pattes, me regardant avec une lueur amusée dans le regard.
– Mais! Pomme!  Tu  ne veux plus attendre Bruno? Kwacéça?
Pour les non-initiés, le fameux « Kwacéça » que l’on peut traduire par « c’est quoi ça? » est la phrase magique qui déclenche illico des rires d’Aurélien… et de Pomme.
Elle a remué la queue, consciente que je n’étais pas fâchée, puis  est venue me faire un câlin maison, ravie de mon accueil.
Nous l’avons quand même descendue nous-mêmes le lendemain matin.
Mais en consultant mon calendrier et en faisant le calcul, j’ai bien dû admettre qu’elle avait raison: nous entamons la huitième semaine…
Je vais donc laisser mon Mogwaï décider lui-même de la suite à donner à sa convalescence!

Martine Péters

C’est fou le nombre de fois où j’ai déjà entendu cette question…
Et c’est vrai que, ces derniers temps, j’ai peu parlé de mon Mogwaï.
Après la lourde opération de la patte qu’elle a eu à subir, la convalescence a été très longue.
Elle est aujourd’hui presque entièrement remise, si ce n’est que nous la portons toujours pour franchir l’épreuve des escaliers.
Le retour de l’automne et, surtout, de la pluie, a eu le don de la mettre d’humeur maussade.
Mais un soir, j’ai réalisé qu’elle allait beaucoup mieux.
J’étais dans le canapé lorsqu’elle s’est approchée de moi, ce qu’elle ne faisait plus depuis des semaines.
Ces derniers temps, elle passait d’un canapé à l’autre, visiblement handicapée par cette pauvre patte arrière.
Et puis un jour, elle s’est dressé sur ses pattes arrière en prenant appui sur le canapé, et m’a regardée en agitant la queue.
L’air de me dire: « Si tu m’aides, je viens près de toi! »
Un petit coup de main plus tard, elle retrouvait sa place près de moi… sautant d’elle-même sur le sol un peu plus tard sans que j’aie eu le temps d’intervenir.
Depuis, dès que je suis à cette place, elle vient me rejoindre, toujours avec mon  aide.
Le mois prochain, mon Mogwaï aura dix ans.
Je n’aime pas pour elle cette notion de temps qui passe…
Mais je continue à tout faire pour qu’elle aille le mieux possible.
En retour, je suis récompensée par son attitude.
Elle est plus jolie que jamais, gambade partout et a manifestement retrouvé sa santé et sa bonne humeur!
Encore un grand merci à notre vétérinaire dont Aurélien, 5 ans, disait il y a quelques jours: « Mes poules seront mieux avec toi. En plus, tu as un super vétérinaire: il soigne les éléphants! »
Ce qui est vrai!

Martine Péters

Pomme en plein effort…

Chacun sait qu’une opération des ligaments croisés est douloureuse et que la rééducation est longue.
Près de 20 jours après avoir subi la sienne, Pomme commence à voir le bout du tunnel.
Bien sûr, elle boîte toujours, mais elle s’accommode de la situation.
Elle n’hésite pas à gambader quand elle en a envie, à entamer de courtes parties de football avec mon Capitaine, puis à aller récupérer de son effort en s’offrant une sieste en compagnie de sa « baballe » favorite.
Ce qui me fait dire qu’elle va vraiment mieux?
La position qu’elle adopte pour dormir.
Lorsqu’il entame, pattes en l’air, une séance de méditation transcendantale sur son matelas à mémoire de forme, je sais que mon Mogwaï va bien…
Foi de Grand Gourou.

Martine Péters