avril 2020
L M M J V S D
« Mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Catégories

Catégories

Pomme

J’ai eu tendance, durant ma vie, à consacrer à mon travail énormément de temps, souvent  bien au-delà d’un traditionnel temps plein.
J’avais donc forcément mis entre parenthèses une foule de petites choses et autres sujets qui m’attiraient sans que je puisse vraiment m’y attarder.
Aujourd’hui que mes activités sont beaucoup plus compartimentées, et que je vis en contact direct avec la nature, je rattrape ce temps, non pas perdu mais ancré dans une autre réalité.
Même si je n’ai pas souvent eu l’occasion de le faire, j’ai toujours aimé consacrer des articles aux grands botanistes, et j’aime écouter parler les personnes qui ont de vastes connaissances sur le sujet.
Parmi elles, la maman et l’oncle de mon Capitaine…
Immédiatement, en arrivant en Franche-Comté, j’ai commencé à… regarder.
Je n’ai jamais été insensible à la nature, mais là… j’ai commencé à prendre le temps de voir ce que je regardais mal.
Et ce jardin que j’adore est devenu un lieu d’apprentissage, d’expériences nouvelles, de découvertes, le tout appuyé par des recherches en matière de botanique, et par la lecture des écrits de sommités d’hier et d’aujourd’hui.
Plus que jamais, le retour du printemps est devenu pour moi le moment charnière de l’année.
Celui où tout recommence…
L’évolution climatique fait qu’il annonce son arrivée plus tôt dans l’année, Depuis plusieurs jours déjà, les végétaux se transforment… et les animaux changent de comportement.
Mes protégées à plumes recommencent à explorer le jardin en trottinant allègrement, picorant tout ORNI (Objet Rampant Non Identifié) visible, faisant la sieste au soleil et profitant de leurs nouveaux locaux d’appoint.
Pomme, ma petit demoiselle bichon havanais, est au diapason: elle furète un peu partout, fouille le moindre recoin, est d’humeur plus joyeuse.
Et, surtout, surtout… elle s’assied face au chemin qui un jour, sera porteur de la plus belle des nouvelles pour elle.
Ce chemin qu’emprunte son amoureux baroudeur, Sankha, lorsqu’il revient de ses voyages pour poser son sac dans la région avec son maître lorsque le printemps est installé…

Ecriplume
 

Dire que Pomme me fait fondre est peu dire…
Le trois photos ci-dessus la montrent à trois périodes de sa vie, de sa petite enfance, en bas à gauche, à aujourd’hui, toujours portée par ses grands moments de méditation transcendantale.
Elle est drôle, toujours « jouette » à dix ans, fidèle, adorable avec tout le monde…. et j’en passe.
Seul bémol: elle a encore un peu de mal à assimiler les règles de politesse élémentaire.
Exemple.
Vendredi soir, comme nous en avons pris l’habitude, je lui tends mon pot de yaourt nature vide pour qu’elle puisse le « nettoyer », ce qu’elle fait toujours très consciencieusement.
C’est la seule entorse que je consens à son régime habituel…
Une fois terminé, elle me jette un coup d’oeil pour voir si elle peut en espérer un deuxième et, voyant qu’il n’y en a pas à l’horizon, saute sur le canapé où je me trouve déjà, se met à l’extrême bout et me tourne le dos.
– Dis donc, toi! Mal élevée!
Surprise, elle tourne la tête vers moi et me regarde, d’un air interrogateur.
– Tu pourrais dire merci! Je ne sais pas moi… 
Elle prend une mine vexée et regarde ailleurs tout en écoutant.
Amusée, je laisse planer un petit silence et prononce le mot magique: 
Un petit bisou, par exemple?

Bonne pâte, elle se précipite vers moi et me fait un semblant de léchouille avant de me tourner à nouveau  le dos.
Ce qui provoque illico un concert de protestations de ma part:
– Ah non, ça, c’est une imitation de bisou! Moi, je voudrais un vrai, un énôôôrme bisou!
Elle tourne la tête vers moi, me lance un regard noir et renouvelle l’opération… ce qui provoque exactement la même réaction de ma part.
Cette fois, elle a compris que je joue…
Elle vient vers moi et entreprend de me lécher le visage avec un tel enthousiasme que je proteste:
– Hééé, c’est trop! 
Mais elle continue jusqu’à ce que je crie grâce.
Satisfaite, elle retourne à l’autre bout du canapé et se laisse tomber, comme épuisée par son raid.
Le regard qu’elle m’a lancé voulait tout dire… « Alors? Qui l’a eu, le dernier mot? Mmmm? »

Martine Péters

Mardi matin.
Je me remets d’un assaut aussi violent que passager de la part d’un virus très antipathique qui passait par là. 
Bien décidée à passer une meilleure journée que la précédente, j’ouvre les stores en m’attendant à voir, si pas un franc soleil, du moins de la lumière.
Mais… non.
Stores ouverts, il fait aussi sombre que s’ils étaient restés fermés.
Le temps passe… 
Huit heures et toujours pas un peu de clarté.
Le verdict est tombé: nous allons avoir droit à une météo tristounette et bien de saison, qui va mettre mes poules et mon Mogwaï de mauvaise humeur.
Je n’y coupe pas.
Pomme sort pour sa balade matinale et revient au pas de course en me lançant un regard noir.
Pour elle, je suis apparemment responsable du temps qu’il fait et qui ne lui plaît pas du tout.
Même topo chez mes poulettes qui n’ont aucune envie de se lever.
Je les pose sur le sol, leur propose des assiettes bien remplies contenant trois sortes de graines appétissantes, dans l’espoir de les amadouer… mais, peine perdue, elles s’éloignent en se dandinant et en lançant des « pôôôôt » réprobateurs.
Bon. Soit.
Du travail m’attend.
Vive la joie de vivre naturelle des animaux lorsqu’ils sont confrontés à la pluie!
Rien de tel pour le moral!
Je suis rentrée plutôt amusée.
Entre mon bichon boudeur et mes poules outrées, je suis gâtée!

Martine Péters