décembre 2019
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Catégories

Catégories

Poules

Tous ceux qui ont été scouts ou guides, tous ceux qui ont lu le Livre de la Jungle ou vu l’une de ses adaptations au cinéma connaissent le Rocher du Conseil.
L’endroit où la meute  se retrouve pour délibérer, le faisant exceptionnellement sous le regard de la panthère Bagheera perchée dans un  arbre.
C’est cette image que j’ai devant les yeux chaque jour lorsque je rentre dans le poulailler.
Toutes mes poules sont réunies sur les perchoirs et les plates-formes où il reste de la place.
Toutes sauf une, Bulle, qui, depuis ses premiers jours au sein du groupe, a préféré se percher sur une étagère encore plus en hauteur, où nous entreposons le sac de foin.
C’est depuis son observatoire qu’elle suit les conciliabules de ses congénères et qu’elle passe ensuite la nuit.
Bulle, à la fois familière et sauvageonne qui, à elle seule, pourrait prouver que les poules ont bien des personnalités bien distinctes…

Martine Péters

Cela fait moins d’un mois que les deux petites poules de mon fils ont rejoint notre poulailler.
Si les débuts ont été difficiles, j’ai reçu cette semaine une belle preuve de la réussite de leur intégration.
Jusqu’ici, même si les tensions ont pratiquement disparu et si la cohabitation est paisible, il était pourtant encore évident que les deux petites nouvelles n’étaient pas tout à fait les bienvenues au sein du groupe.
Elles étaient donc souvent seules, ce qui me poussait à m’occuper énormément d’elles, leur parlant beaucoup.
La semaine dernière, j’ai remarqué que lorsque j’enfilais ma veste dans la véranda pour aller les rejoindre, mes deux nouvelles protégées agissaient désormais comme les autres.
Elles se pressaient vers les treillis pour m’accueillir à grand renfort de côôôt enthousiastes.
Et vendredi, ce fut la cerise sur le gâteau.
Nous rentrions d’avoir fait des emplettes et, comme d’habitude, je suis allée rendre visite à mes poulettes.
Il a suffi que je les appelle une seule fois pour voir arriver tout le groupe au grand galop.
Pas un groupe de six et un groupe de deux, non: les huit Boulettes couraient  ensemble, ventre à terre.
Ce spectacle m’a touchée.
Il y avait là les six Pékin à l’unisson, ma petite Neige, poulette hollandaise toujours aussi familière, et sa soeur, Kiwi.
Bien qu’elle soit très handicapée avec sa patte gauche atteinte par un arthrite insoignable, celle-ci courait elle aussi, aussi vite que les autres.
Il ne me manquait que Plume, ma jolie grisette que j’ai perdue voici quelques mois.
Tout ce petit monde a été récompensé par une bonne ration de différentes graines que je mélange moi-même. 
Car si le groupe s’est reformé, il faut encore l’aider à franchir le cap délicat de la saison froide…

Martine Péters

Il aura donc fallu moins d’une semaine pour que la paix revienne durablement sur le poulailler…
A force de m’y rendre toutes les heures et de multiplier mes soins, mes efforts ont payé…
Désormais, mes deux petites poulettes suisses, même si elles se tiennent encore à l’écart des autres, peuvent déambuler en paix ou presque.
« Presque » car  la nourriture reste  un point chaud…
Dès qu’elles s’approchent de l’une des assiettes, elles se font chasser par Chine, Praline déplumée ou Kaki de France, même si ces celles-ci picoraient dans un autre plat jusque là.
Comme cette réaction est claire mais pas très violente, je n’interviens pas, me contentant de donner des graines à la volée dans suffisamment d’endroits pour que mes deux protégées puissent se nourrir paisiblement.
Je me suis attachée très vite à ces deux adorables nouvelles recrues.
Tina est une pétillante petite Pékin noire.
Elle parle beaucoup, semble parfaitement décomplexée, et ne quitte pour ainsi dire jamais sa copine Kaki de Suisse.
Celle-ci est une Pékin bleue, plus imposante et un peu lascive, qui aime parler elle aussi.
Elle m’avait été présentée par mon fils comme cheffe de clan, mais sa position en arrivant ici a été très nettement mise à mal…
Elle se laisse porter assez facilement, est douce et belle.
Même si elles ont toujours un statut de petites nouvelles, elles ont exactement la même importance que les autres pour moi.
Chacune de ces petites poules a une personnalité bien à elle, des traits de caractère bien particuliers… 
Je craque pour chacune d’elles… et je ne suis pas la seule.
Car voir mon Capitaine appeler Bulle, la benjamine, qui arrive en courant dès qu’elle entend son nom, est un spectacle dont je ne me lasse pas!

Martine Péters