avril 2020
L M M J V S D
« Mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Catégories

Catégories

Poules

Est-ce à force de fréquenter Pomme, ma petite chienne bichon havanais? 
Je l’ignore… mais ce que je sais, c’est que Neige, poule hollandaise de son état, se comporte comme un mini chien.
Toutes nos poules sont très familières, mais Neige et sa soeur Kiwi bien davantage que les autres…
Pour qu’elles puissent déambuler à leur guise, nos huit Boulettes disposent donc d’un grand enclos et d’un deuxième, tout aussi vaste, qui est une petite partie du jardin à coté de la roseraie.
Ces deux parcelles sont délimitées par un filet amovible qui nous permet d’agrandir ou de limiter ce deuxième enclos selon les besoins.
A cette période de l’année, nous le maintenons pour  protéger les jeunes feuilles de nos rosiers dont nos protégées raffolent.
Dès que j’apparais dans le jardin, mes poules accourent et m’appellent à grands cris.
Neige ne fait pas exception, au contraire.
Tenace, si elle réalise que je ne vais pas pénétrer dans l’enclos et que je vais rester auprès des rosiers, elle longe le filet sur toute sa longueur pour chercher une faille lui permettant de me rejoindre.
Ce qu’elle a fait il y a quelques jours, où elle l’a franchi sans que je comprenne par où elle était passée.
La conclusion est toujours la même… je la prends dans mes bras, la caresse et lui parle avant de la déposer auprès de ses copines.
Elle repart alors rassérénée et mène sa petite vie de poule, curieuse et très affairée.
A voir Neige et Kiwi galoper toute la journée, il est clair qu’elles ont un agenda surbooké!
Nous verrons cet été, mais j’aimerais leur laisser libre accès à la roseraie et à une partie encore élargie du jardin qui leur permettra de venir jusqu’à la porte de la véranda et de mon bureau, comme nous l’avons fait les années précédentes.
Elles savent qu’elles n’ont pas le droit d’entrer, mais les voir perchées sur le pas de la porte à m’appeler en poussant des petits cris et en passant la tête à l’intérieur avec précaution a le don de me mettre en joie… et de captiver Pomme!

Martine Péters

Après plus de dix jours de fièvre et de joyeusetés du même genre, il me semble que je reviens à la normale!
Mais ce jeudi, par mesure de précaution, c’est  toujours mon Capitaine qui est allé s’occuper des poules le matin.
Sans qu’il le sache dans un premier temps, je les ai regardés depuis la véranda, suivant la scène discrètement.
Et j’ai été charmée…
Imaginez un grand bonhomme de près de deux mètres suivi par une minuscule poule hollandaise blanche qui lui arrive à peine à la cheville.
Neige est très, très familière.
Elle ne peut s’empêcher de se coller à  nous dès qu’elle nous voit, imitée par Kiwi, sa petite soeur, au point que nous devons toujours faire très attention de ne pas les blesser en nous retournant.
Mon Capitaine paraît immense à côté de mes Boulettes, toutes très curieuses de voir ce qu’il fait dans leur poulailler.
Elles étaient là, en rangs serrés, le suivant partout où il allait sous les yeux de Pomme et les miens, les observant depuis notre poste de guet.
Il avait pour elles toutes les attentions.
Et c’est en toute confiance que mes beaux oiseaux le suivaient pas à pas et profitent de sa présence.
Un spectacle parfaitement craquant!

Martine Péters

Depuis que mon Capitaine a terminé le grand abri anti-intempéries qu’il a destiné à mes mini poules, la vie de celles-ci a changé.
Fini d’être exposées au vent et aux intempéries lorsqu’il y en a.
Fini de voir la nourriture inondée par la pluie.
Fini de se disputer par qu’il n’y a que trois points de nourriture alors qu’elles en voudraient chacune une privée.
Désormais, elles peuvent s’abriter à leur guise tout en voyant ce qui se passe à l’extérieur grâce à une petite partie vitrée, et peuvent choisir de picorer dans les assiettes ou dans l’une des nombreuses moitié de noix de coco remplies de graines fixées à leur hauteur.
Et quand elles ont envie de prendre un bain de sable, il leur suffit de se vautrer goulument dans le sable couvre-sol.
Décidément très gâtées, mes poules décident le matin de ce qu’elles ont envie de faire dans la journée.
Une fois sortie du poulailler, elles se dirigent vers le grand abri, mangent, puis, s’il fait beau, partent en procession vers le deuxième enclos, plus herbeux, où elles s’en donnent à coeur joie sur la pelouse ou sous le couvert des arbres.
Comme certains arbustes des haies recommencent à verdir, elles sautillent pour attraper les jeunes pousses, ce qui nous offre un spectacle hilarant.
Lorsque nous sommes dehors à nous occuper du jardin, elles suivent le moindre de nos faits et gestes, guettant le moment où mon Capitaine leur apportera un ver de terre.
Leur grand espoir serait que nous déplacions la clôture souple pour leur permettre de se déplacer dans la roseraie.
Mais nous savons qu’il ne leur faudrait pas longtemps pour semer la pagaille dans les plate-bandes…
Seule Pomme a donc le droit de se balader où elle veut.
Les rosiers sont rassurés.

Martine Péters