décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Catégories

Pratique

– Est-ce que tu sais comment on pèse l’alcool?

J’ai regardé mon Capitaine avec un sourcil en accent circonflexe.pèse-alcool
Peser l’alcool?
Il a sorti un alcoomètre et m’a fait la démonstration, me montrant comment mesurer le taux d’alcool dans un alcool distillé.
L’alcool n’étant pas ma tasse de thé (heu… le thé non plus, pour être honnête!), je ne suis pas familière de ce genre d’instrument.
J’en ai vu d’un peu similaires chez les vignerons auquel j’ai consacré des articles, mais celui-ci m’était inconnu.

Moi qui suis allergique à la physique lorsqu’elle n’est pas accompagnée d’une expérience claire, j’ai assisté en direct à une démonstration du principe d’Archimède: moins le liquide est dense et plus l’alcoomètre s’enfonce, et vice-versa.

Martine Bernier

 

1

Toutes les personnes qui ont des enfants chez elles à demeure ou ponctuellement, savent que l’opération rangement n’est pas ce qu’il y a de plus simple.
Vous avez beau installer des coffres à jouets et autres boîtes de rangement, il y a toujours quelque chose qui ne trouve pas sa place.
Comme nous ne disposons pas des talents de Mary Poppins et que nous aimons en général faire place nette après le temps du jeu, il faut trouver des solutions, si possible ludiques.
J’en ai trouvé une que les enfants découvriront dans quelques semaines: le tapis-sac de rangement.4
Le principe est simple.
Quand vous l’ouvrez, il devient un tapis sur lequel ils peuvent jouer.
Pour ma part, j’en ai choisi deux qui peuvent être coloriés avec les feutres spéciaux joints à l’envoi.
Quand les enfants en ont assez de leurs couleurs, le tapis passe dans la machine à laver et en sort avec les dessins d’origine, neutres, prêts à être colorés.
2Une fois que les jeux sont finis, vous tirez sur les cordons et vous obtenez un baluchon qu’ils peuvent emporter où ils le veulent.
Et le tour est joué!
Enfin… en principe.
Je précise que je ne les ai pas encore testés sur mes petits-enfants!
Ca ne saurait tarder…

Martine Bernier

Plusieurs fois au cours de ces dernières années, des médecins m’ont conseillé de passer par un Centre ou une clinique du sommeil afin de comprendre les troubles qui lui sont liés.
Je n’ai pas donné suite, tout en sachant que ces insomnies chroniques, même si j’ai appris à vivre en leur compagnie, ne sont pas d’excellentes choses.

Et puis… j’ai réalisé que cette fameuse montre Alta dont j’ai parlé ici voici quelques jours, disposait d’une fonction sommeil.
Je ne voyais pas trop à quoi elle pouvait servir, mais j’ai fini par la brancher par curiosité, et j’ai laissé passer une semaine.
Hier soir, je me suis décidée à regarder le journal de mon sommeil.
Et j’ai découvert des tableaux statistiques et des indications m’apprenant de combien d’heures de sommeil, d’agitation et de phases de réveil étaient composées mes dernières nuits.
Le choc.

Comme beaucoup d’entre nous, je m’arrange pour aller coucher sagement à une heure qui me permet en principe de disposer de sept à huit heures de sommeil si possible.
Mais en découvrant ces graphiques qui prennent également en compte les heures du coucher et de réveil, j’ai réalisé que le sommeil réel était réduit à peau de chagrin avec une moyenne se situant entre 4 et 5 heures par nuit.
De quoi expliquer bien des choses.
Phase 2 pour moi: trouver des solutions maintenant que j’ai précisément pris conscience du problème.
Pourquoi ai-je choisi d’en parler sur Ecriplume?
Certainement pas pour ouvrir le journal d’une insomniaque, mais pour signaler à celles et ceux qui se posent des questions sur leur propre sommeil que ce genre d’analyse est possible.
Et qu’elle est plutôt intéressante pour apprendre à mieux connaître ce qui se passe dans nos périodes d’inconscience ou de semi-conscience…

Martine Bernier