juin 2020
L M M J V S D
« Mai    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Catégories

Pratique

L’été dernier, j’ai écouté l’une des filles de ma chère Dame de Chiboz me parler de son coach électronique et… je me suis laissée tenter.
Je me suis procuré un Alta, petit objet qui fait également office de montre, qui se fixe au poignet et qui compte vos pas, vous rappelant à l’ordre si vous ne bougez par assez.
Brave petit.
L’objet en question est doublé d’une connexion sur votre compte en ligne, qui vous permet de visualiser vos progrès.
A ceci près que, pour moi, la connexion s’et faite une unique fois… puis la synchronisation n’a plus fonctionné.
J’ai mis un mot l’équipe Fitbit qui m’a donné quelques conseil.

J’ai essayé sans succès de les appliquer… et je n’ai pas insisté.
Mon Alta a continué à être un compagnon de tous les jours qui me motive par de petites vibrations lorsqu’il voit que je ne bouge pas assez, et me donne mes progrès de la journée sans concession.

Le temps s’est écoulé.
Prise par mon emploi du temps, je n’ai pas cherché à recontacter la marque.
Jusqu’à ce mois de janvier.
Frustrée de ne pas pouvoir synchroniser l’Alta avec le compte, j’ai expliqué mon problème par mail au service après-vente en ligne, sans grand espoir.
Nous avons échangé plusieurs messages sans jamais réussir à régler le problème.8d3a53b7-9747-46a9-ba15-202dde9d2b07.jpg.w480
Finalement, en peu de temps, Fitbit a décidé de me remplacer l’objet défectueux et m’en a fait parvenir un autre par Poste.
Pendant quelques jours, impossible de connecter le nouveau venu non plus.
Dépitée, j’ai recontacté mes interlocuteurs, toujours aussi disponibles (y compris le week-end!).
Et j’ai fini par réussir l’opération en neutralisant le premier appareil.
Depuis, tout fonctionne parfaitement.

Pourquoi diable consacre-t-elle un article aussi publicitaire à un produit sur un site qui n’a aucune vocation mercantile, me direz-vous?
Simplement parce que j’ai rarement profité d’un service après-vente aussi rigoureux et aussi aimable.
Le respect de la clientèle n’est pas un vain mot pour eux, visiblement, et cette philosophie m’a touchée.
C’est suffisamment rare pour que cela mérite d’être signalé!
Martine Bernier

 

PS: Merci à celles et ceux qui m’ont avertie que, en raison d’un incident technique, une partie de mon texte avait été escamoté. Le souci est réglé!

 

 

 

chanel-n-19

L’histoire des parfums est fascinante…
J’ai envie de vous proposer cette fois un petit voyage sur les traces de l’un de ceux faisant partie de la famille Floral-Vert. 
Depuis que Marilyn Monroe a répondu à un journaliste qui lui demandait ce qu’elle portait pour dormir:  » Chanel  N° 5 « , ce parfum est devenu l’article phare de la prestigieuse maison de couture, celui que l’on appelle « le Parfum du Siècle ».
Au risque de paraître sacrilège, je ne fais pas partie de ses adeptes, le trouvant trop lourd, trop capiteux.
En revanche, alors que j’étais encore adolescente, j’ai découvert un autre Chanel, très spécial, qui, lui m’a séduite et qui me plaît toujours: le N° 19.

Cette semaine, alors que je rangeais une armoire, j’en ai retrouvé un flacon au trois quarts vide.
Comme je l’avais perdu de vue depuis un bon moment, j’ai pensé que son contenu n’avait pas dû résister au temps.
Je l’ai testé pour constater que… il n’a  pas bougé.

Pour les amoureux des fragrances, je dirais que celle-ci est à la fois tonique et un peu mystérieuse.
On y retrouve, pour le côté fraîcheur, de la bergamote et du néroli de Grasse, l’iris de Florence, puis de la rose et l’ylang-ylang, le tout se terminant sur une note épicée composée de cuir de Russie et de bois de santal.

Pour la petite histoire, le N° 19 a été le dernier parfum choisi par Gabrielle Chanel elle-même.
Elle avait souhaité un parfum audacieux porté par un ingrédient luxueux:  l’iris de Florence.
Coco Chanel était née un 19 août… c’est donc ce chiffre qui a été retenu pour le nom.
Et comme elle était née sous le signe du Lion, elle l’a voulu « de caractère » tout en gardant une touche de féminité.
C’est au parfumeur Henri Robert qu’elle a fait confiance pour créer son dernier parfum.
Mais c’est elle qui en a dessiné le flacon, sobre, carré allongé.
J’ai deux versions sur la date de la sortie du N° 19. 
Selon certains ouvrages, il est sorti en 1971, année de sa mort.
D’autres disent qu’il a été présenté en 1970 pour l’anniversaire de la la créatrice de mode.
Encore un détail si vous avez envie de l’essayer: n’en mettez qu’une goutte: il fait partie des parfums qui « tiennent »…

Martine Bernier

Il y a quelques mois, je vous avais parlé des parfums chyprés, mes préférés.
Le monde des parfums me fascine et m’enchante… et j’ai été touchée de voir, par les réactions que vous m’avez envoyées par plusieurs canaux différents, que j’étais loin d’être la seule dans ce cas.

Et parmi ceux qui font partie de ma vie se trouvent les « hespéridés », l’une des plus anciennes familles de parfums au monde… et la préférée des hommes, paraît-il.
On raconte que ce sont les trois  nymphes appelées les hespérides veillant sur les arbres aux pommes d’or, dans le jardin des dieux qui les ont inspirés…
Ces parfums ont tous une facette  « zestes d’agrumes » rappelant l’orange, la mandarine, le citron, le pamplemousse, la limette, la bergamote.

Pour moi, ce sont les parfum d’été par excellence, ceux que l’on porte lorsque l’on a envie d’une fragrance tonique, confortable, pas compliquée.
Ils sont frais et légers comme des nuages fruités.
Ils me donnent du « pep » les jours où j’en ai moins.

En tête de ma liste des favoris: la très classique eau de toilette Ô de Lancome, évidement…
Dans le genre vivifiant et fruité, elle est incontournable.
Viennent ensuite l’Eau d’orange verte d’Hermès, et l’Eau de Rochas…
En fouillant bien, j’ai compris pourquoi ils me plaisaient autant: ils font partie de ceux qui disposent d’un fond chypré…
On ne se refait pas!

Martine Bernier