janvier 2020
L M M J V S D
« Déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Catégories

Roses et jardins

Photo Martine Péters

Cette saison sans roses me parait longue… alors qu’elle n’en est encore qu’à ses débuts.
Pour me consoler, je pose des bouquets dans la véranda et dans la maison, je me plonge dans mes livres dédiés au sujet et.. je rêve.
Mardi, en fin de matinée, j’ai demandé à mon Capitaine si nous pouvions faire un crocher par le petit magasin de ma fleuriste préféré, à St Germain, avant de rentrer.
J’avais envie de fleurs…
Dans la conversation, je lui ai une fois encore demandé si elle avait pu se renseigner à propos de cette fameuse rose sublime qu’est la rose Juliet de David Austin, donc j’ai déjà parlé ici.   A la recherche de mon Graal
Et là, surprise… elle m’a expliqué que, oui, elle a interrogé son fournisseur qui  lui a garanti pouvoir s’en procurer.
J’ai aussitôt commandé un bouquet prévu pour arriver jeudi en fin de matinée.
En sortant de la boutique, j’avais du mal à y croire… j’avais enfin trouvé cette rose sublime que je cherche depuis de longs mois.
Ce jeudi, j’étais comme une enfant en attente de son cadeau de Noël.
Lorsque j’ai poussé la porte du magasin, j’étais très impatiente…
Quelques instants plus tard je me trouvais devant l’une des plus belles roses que l’on puisse imaginer.
Une rose romantique à souhait, aux formes généreuses, couleur pêche, au parfum très léger de rose ancienne… 
J’en prends le plus grand soin: ces fleurs sont extrêmement fragiles.
Pour en savoir un peu plus, vous pouvez rebondir sur l’article que je leur ai consacré sur Le Jardin d’Ecriplume…

Martine Péters



Incroyable Scepter d’Isles.
Ce vaillant petit rosier anglais que j’aime tant ne semble pas avoir compris qu’il a le droit de se reposer pour l’hiver…
Il vient de sortir deux roses et est toujours en boutons.
Pourtant, la météo ne le ménage pas.
Preuve en est cette rose délicate couverte de glace que j’ai photographiée il y a deux ou trois jours…
Nous sommes en décembre, et il continue à fleurir.

Martine Péters 

Mon Capitaine a le don de me mettre en joie uniquement en prononçant une seule phrase:
– Il y a encore une place!

Pourquoi?
Parce que cette phrase magique veut dire que je peux encore choisir un rosier à ajouter au Jardin des Roses.
J’ai encore toute une série d’envies… sans doute trop pour pouvoir les satisfaire toutes.
Mais là, parmi les priorités, je souhaitais vraiment acquérir un rosier ancien, un rosier de Damas…
C’est ainsi que, jeudi soir, dans mon lit douillet, armée de ma tablette, j’ai recherché Ispahan, aussi surnommé « Le Pompon des Princes ».
Un rosier mauresque portant le nom de la capitale de la Perse, et cultivé

avant 1832.
Il est avant tout réputé pour son parfum, comme toutes les roses de Damas connues à ce titre depuis l’Antiquité.
Les parfumeurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompé, eux qui l’utilisent abondamment dans leurs préparations.
Une première série de recherches m’a déçue: il était introuvable ou épuisé sur les sites que j’ai l’habitude de fréquenter.
Finalement, je l’ai trouvé chez… David Austin.
Je reviens décidément toujours à lui…
Aussitôt commandée, ma Rose d’Ispahan viendra donc du Royaume-Uni!

Martine Péters
Pour en savoir plus:
Le Jardin d’Ecriplume