février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Catégories

Catégories

Santé

Elle est arrivée avec mes voisins, lors de leur retour d’un voyage au Tyrol.
Ils m’ont affirmé qu’elle s’était imposée… je pense qu’ils disaient vrai: certains spécimens n’ont aucune éducation.
Très décidée à visiter un maximum de choses dans la région, elle s’est incrustée dans l’appartement voisin de palier avant de faire son apparition chez nous.
Une visiteuse comme elle, je n’en souhaite à personne.
Je n’ai pas l’habitude de parler de cette manière mais… elle était vraiment très pénible.
Alors que nous profitions d’une escale à Evian pour aller prendre un café avec les enfants, mon fils cadet, m’a dit, deux jours après, qu’elle en avait profité pour s’incruster chez eux également.
Lorsque Celui qui m’accompagne a pris la route, lundi, pour passer une semaine en France pour son travail, elle s’est glissée dans sa voiture sans lui demander son avis et ne l’a plus quitté.
Je n’espérais qu’une chose: qu’il la perde en cours de route et qu’elle ne revienne pas sous nos contrées.
Oui, je sais…
Vous allez dire que je n’ai pas le sens de l’hospitalité.
Mais là, vraiment… la grippe est envahissante, cette année.

Martine Bernier

Aujourd’hui était un jour un peu redouté: celui où, pour la première fois, je devais me rendre chez le néphrologue.
Je connais l’enjeu: c’est ce médecin qui va tout mettre en oeuvre pour m’offrir une vie à peu près normale.
Direction l’hôpital, donc, où, au bout de quelques minutes d’attente, un immense bonhomme en blanc est venu me chercher.
Jovial, drôle, plein d’humour: le contact s’est installé immédiatement entre nous.
Au bout de quelques instants d’entretien, alors qu’il me posait des questions sur mon passé médical, la conversation a pris une tournure inattendue:

– Et vous avez donné un prénom à votre rein malade??
– Oui, depuis que j’ai dix ans. J’avais envie de personnaliser nos contacts!
– Comment l’avez-vous appelé?
– Gérard.
– Non?! C’est la meilleure! Je n’y crois pas!!!

Il riait tellement que j’ai eu un doute:
– Ne me dites pas que…
– Si!!!
– Vous vous appelez Gérard???
– Oui!!

Je me suis demandé comment j’allais bien pouvoir me sortir de ce mini pétrin.
Je n’avais pas envie de vexer mon futur sauveur avant même qu’il ne m’ait soignée!

– Heu…. Et bien il semble évident que vous êtes faits pour vous entendre!
– C’est certain! Bon, je vais vous prendre la tension. Vous allez voir: les néphrologues sont des experts en hypertension.
– Je n’ai pas d’hypertension.
– Nous allons voir. Ne bougez pas, c’est moi qui viens à vous et qui relève votre manche.

Il s’assied à côté de moi, installe son matériel et, tandis qu’il procède, il s’appuie sur ma cuisse en m’expliquant:
– Excusez-moi, mais c’est la position la plus confortable. Une de mes patientes m’a un jour dit: « Mais docteur, comment voulez-vous que je ne sois pas hypertendue alors que vous avez votre main sur ma cuisse? ». Donc, excusez-moi!

J’ai coulé un petit regard vers lui et lui ai dédié un sourire un chouillat amusé:
– Pas de souci. J’ai beaucoup vécu.

L’examen s’est déroulé dans une bonne humeur que même l’annonce de la nouvelle batterie d’analyses qui m’attend n’a pas réussi à assombrir.
– Venez, je vous accompagne au labo pour vous donner le matériel.
– Mais… et les autres patients qui vous attendent?
– Nous allons passer devant la salle d’attente, et vous verrez qu’ils ne diront rien!

En effet, il salue chaleureusement les deux hommes qui font semblant de ne pas trouver le temps long, et me précède à l’ascenseur.
– Vous voyez! Bon, notez qu’ils vont me passer un savon quans je vais remonter!
Cette fois, c’est moi qui ai ri:
– Vous êtes un cas…
– Vous trouvez! Si l’on ne pouvait pas passer de bons moments avec les patients, ce serait d’un triste!
– C’est vrai. Les médecins ont bien changé au cours de ces dernières décennies. C’est presque un plaisir d’être malade!

Et je le pense!

Martine Bernier

Selon la gravité du problème de santé que vous pouvez rencontrer, le chirurgien qui vous surveille décide de vous revoir régulièrement.
Dans mon cas, la « visite annuelle » avait été avancée pour devenir la « visite des six mois ».
Et ré avancée encore lorsque les médecins qui me suivent ont constaté certaines anomalies.

La visite des six mois, c’était aujourd’hui.
En y allant, je me sentais l’âme d’une voiture en partance pour son service des 50 000 kilomètres.

Vous n’avez encore jamais été sérieusement malade?
Les cyniques vous diront: ne vous inquiétez pas, tout le monde y passe!
Autant donc savoir ce qui vous attend.

Il faut savoir que, lorsque vous êtes dans l’état…. comment dirais-je… d’une voiture d’occasion rafistolée après un gros accident, la fameuse visite des six mois est angoissante.
Pas si vous avez le sentiment que tout va bien, non.
Là, vous y allez presque en gambadant.
Lorsque vos analyses sont mauvaises, voire très mauvaises, c’est une autre affaire.
Vous savez que ce qui vous attend ne va pas forcément être hilarant.

Autre particularité.
Lorsque vous pénétrez à l’hôpital dans le service tenu par « votre » spécialiste, le mini vedettariat involontaire que vous procure votre état de santé dans votre cercle intime disparaît.
Ici, tout le monde est malade, sauf le personnel soignant.

La complicité qui s’instaure entre les patients en salle d’attente, dans ces cas-là, je ne l’ai pas connue ce soir.
Dernier rendez-vous de la journée, j’étais seule à attendre.
Malgré l’angoisse qui me serrait le coeur, j’ai été heureuse de retrouver « mon chirurgien ».
Qui, après une échographie et des prises de sang, m’a annoncé que, dorénavant, un deuxième spécialiste allait devoir entrer dans la ronde.

– Vous verrez, il est très gentil. Vous êtes trop fatiguée, ce n’est pas normal. Il va essayer de comprendre pourquoi. Et il va peut-être trouver un autre médicament que vous supporterez mieux. Et comme cela, nous serons deux à vous avoir à l’oeil. Vous lui téléphonerez pour prendre rendez-vous?
– Promis.
– Et nous, nous nous revoyons dans six mois. Et si la prise de sang révèle quelque chose d’anormal, je vous tiens au courant.

Il ne peut pas savoir à quel point le savoir aussi attentif et compétent me rassure.
L’idée d’avoir bientôt deux anges gardiens en blouse blanche est plutôt sympathique!

Martine Bernier

Th* dit :

Je suis de votre avis,aller en visite est toujours angoissant,même si le praticien est sympa….J’ai connu ça.Vous donnerez des nouvelles;bon courage pour le déménagement.Bonne soirée,bisous de nous deux*