février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Catégories

Catégories

Société

Il y a quelques années, j’avais longuement travaillé sur la symbolique des contes, pour les besoins d’un dossier.
Puis je suis passée à autre chose.
Samedi, j’ai reparlé du sujet avec Stéphane qui ignorait que j’avais développé le thème… et qui m’a appris quelque chose que je ne savais pas!

– Tu connais la véritable histoire de Blanche-Neige?
– Non…

Caramba… ce conte ne faisait pas partie de ceux qui avaient servi de support à mon travail!
Le voilà qui m’explique que différents éléments ont été modifiés comme il le faisait lorsqu’il les reprenait en dessins animés.
Et notamment la fin où le châtiment de la Reine après sa tentative de meurtre sur sa belle-fille est assez sadique.
Le prince devenu roi lui fait confectionner une paire de chaussure en fer, chauffées au feu jusqu’à rester rouges.
Et le souverain ordonne que la « méchante reine » enfile les chaussures chaudes et danse jusqu’à en mourir.

Gloup… pas tendre…
J’ai lu quelques données sur le sujet sur Internet, depuis, mais je vais essayer de me procurer le conte initial.
12715686_10207267605320167_8610078568027806859_nMême si, pour ma part, je ne suis pas pour autant négative par rapport à l’oeuvre édulcorée de Walt Disney.
Elle a fait et fait toujours rêver des millions d’enfants… et même si son univers est discutable, il fait partie de notre cultureProcessed with Moldiv
Pour peu que l’on ne nourrisse pas l’imaginaire des enfants uniquement avec lui, il y a sa place, de fait…

Toujours très touchée par Alice aux Pays des Merveilles qui revient de façon cyclique dans ma vie, je me suis amusée à regarder s’il avait inspiré des objets divers, en dehors du marché Disney.
Et j’ai découvert un petit univers dont voici quelques échantillons…

Martine Bernier

 

Au risque de passer pour la ronchonne de service, je dois bien l’avouer: j’ai horreur de la mode des selfies.
A la limite, que ceux qui en sont friands se prennent en photo devant un paysage ou un monument, ou en famille, pourquoi pas.
Mais la pratique prend des dimensions effrayantes.
Quatre exemples entre mille:

– Je parlais avec une personnalité connue.
Dans la conversation cet homme me dit: Avant, nous étions arrêtés en rue par des gens qui nous demandaient un autographe.
En général, c’était plutôt bon enfant…
Maintenant, c’est à peine si on vous demande l’autorisation de se prendre en photo avec vous.
Vous vous retrouvez tout à coup avec quelqu’un qui se plante à côté de vous, qui vous enlace pratiquement, et qui vous prend en photo avec lui.
Et cela plusieurs fois par jour.
C’est une véritable agression.
Au début, j’acceptais.
Maintenant, je refuse.
Et la plupart ne comprennent pas pourquoi!

– Autre exemple: les musées d’art.
Deux ou trois personnes admirent les oeuvres quand elles se font bousculer par une personne qui vient se planter devant tout le monde pour photographier un tableau qu’elle ne prend même pas le temps de regarder avant de passer à la toile… ou plutôt à la photo suivante.
J’aimerais que l’on m’explique l’intérêt de la démarche…

– Faites une recherche sur Internet, par curiosité pour découvrir le nombre de personnes décédées en prenant leur selfie dans des situations périlleuses.
Vous serez étonnés…

– Plusieurs médias sur le Net ont repris  une information lamentable.
En Argentine, des baigneurs ont croisé deux bébés dauphins fransiscana, espèce considérée comme vulnérable.
La foule a atteint un degré de stupidité en les sortant de l’eau pour se photographier avec eux.
Résultat: l’un d’eux est mort déshydraté après être passé de main en main.

La bêtise et la frénésie narcissique font des victimes collatérales…

Martine Bernier

 

 

J’ai un « truc » imparable pour éviter le blues dû au temps qui passe.
Ou en tout cas celui lié à l’âge.

Quelques semaines avant mon anniversaire, je cherche ce qu’on fait à cet âge certains de ceux qui nous ont précédés.
Ce printemps sera pour moi le 57e.
Déjà.
Et voici ce que j’ai trouvé:

Emmanuel Kant, le philosophe allemand né en 1724, a écrit à cet âge la Critque de la raison pure.
George Washington (1732) avait 57 ans quand il est devenu le premier président des États-Unis d’Amérique en 1789…

Et dans le registre du pouvoir, Louis-Philippe d’Orléans (1773) a été proclamé roi des Français sous le nom de Louis-Philippe 1er en 1830.
Au même âge, Gustave Eiffel (1832), inaugurait sa fameuse tour en 1889.
Et Edith Cresson (1934) devenait en France, en 1991,  la première femme nommée Premier Ministre.

Autant dire que tous autant qu’ils sont, ils n’ont pas chômé.

Martine Bernier

réf.: « Bon anniversaire de 1 à 100 ans » de Catherine Grive-Santini et Bertrand Beryern, Ed. Marabout