juin 2020
L M M J V S D
« Mai    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Catégories

Catégories

Terroir

1166.png

Lorsque j’étais enfant, un bonbon trônait régulièrement dans la boîte à bonbons familiale.
Un caramel au miel ou à la cassonade, plutôt long, au nom et au goût incomparables: la babelutte.
Si je trouvais fort bon cette friandise emballée dans un papier blanc agrémenté d’inscriptions en bleu, rose ou vert, selon les sortes, je trouvais complètement excentrique ce nom venu de je ne sais où.
J’ai grandi.
J’ai appris que ce super bonbon, même si la ville de Lille en fabriquait, elle aussi, était une friandise flamande.
Nous y avions droit lorsque nous allions « à la mer ».
Entendez par là la « Mer du Nord », où des boîtes plus appétissantes les unes que les autres se retrouvaient dans les vitrines des commerçants.
Mon père m’avait expliqué que c’était le produit phare de la ville de Veurne, en Flandres, que là étaient réalisées les meilleures, les plus goûteuses babeluttes du monde!
Mais pourquoi « babelutte »???
Il l’ignorait.
Et je continuais à rire à chaque fois que j’entendais le mot.

J’ai encore grandi, quitté la Belgique.
Et je n’ai pratiquement plus jamais mangé de babeluttes.
Mais ce nom rigolo me revient de temps en temps.
Comme ce matin où, regardant bêtement le pansement provisoire que j’avais bricolé sur mon doigt que j’ai délivré de son attelle pour quelques heures, je me suis dit: « Pansement raté. On dirait une babelutte. »

Tiens? Revoilà le mot extirpé de mon passé.
Cette fois, il fallait en avoir le coeur net.
J’ai cherché, et j’ai trouvé.
L’histoire dit que le nom proviendrait des mots flamands « babelen » et  » uit », qui signifient en français « parler beaucoup » et « terminé ».
La légende veut que, à l’époque, pour faire taire un bavard,on lui offrait une babelutte.
Essayez de parler avec cela dans la bouche… vous comprendrez!!

J’ai donc appris quelque chose.
Et je me souviens encore de la saveur de ce délicieux bonbon.
Pensez-y si vous allez vous balader en Belgique!

Martine Bernier

J’apprends à connaître la Franche-Comté, de l’intérieur, grâce à Celui qui m’accompagne.
Et j’ai été frappée par cette devise: « Qui que tu sois, là où flotte le drapeau Comtois… tu es chez toi! »
Il paraît que cela se dit, ici.

Les premières fois où j’y suis venue, l’été dernier, il m’a fallu du temps pour m’y acclimater.
J’y avais déjà fait escale par le passé, sans avoir été marquée.
Aujourd’hui, je découvre ses trésors, les personnalités qui y  sont nées.
Et je réalise que l’homme dont je partage la vie est très représentatif de sa région.
Ici, tout est solide, droit, clair, direct, naturel, sans chichis.
Comme l’architecture des vieilles maisons comtoises, aux volumes remarquables, aux pierres couleur crème.
Bien ancrés dans leur sol, debout, ceux d’ici qui ont marqué leur époque et leur région sont tous des êtres à l’esprit pratique, aux racines terriennes.
Ils empoignent les problèmes fermement, ne les lâchent que quand ils leur ont apporté une solution.
L’accueil est chaleureux, surtout si vous accompagnez l’un des leurs
Ils vous observent un peu, puis s’ouvrent.
Leur cuisine leur ressemble, comme souvent.
Riche, généreuse et savoureuse.
C’est dans les paysages, un peu sauvages, que se nourrit leur tempérament, leur goût pour l’indépendance et la liberté.
Des étendues de forêts à perte de vue, des rochers, des vallons, des prés, des villes très vertes.
Les gens d’ici sont très proches de la nature, beaucoup  »vont aux champignons », soignent leur jardin, connaissent les arbres.
Ils sont fiers de leurs grands hommes.

Des défauts?
Oui, il y en a, bien sûr, comme partout.
J’imagine qu’il n’existe pas de peuple parfait.
Ce n’est pas ce qui marque au premier abord.
Et certainement pas chez  ceux qui m’ont été présentés.

Il m’intrigue, ce coin de pays.

Martine Bernier

Th*** dit :

Ou flotte le drapeau Comtois:qui que tu sois tu es chez toi..
Bienvenue en Franche-Comté…..

 

Chaque région a ses expressions dont on ne connaît souvent pas l’origine.
Lorsque je dis à Celui qu’il m’accompagne qu’il est vraiment gentil, il répond presque à chaque fois: « Gentil n’a qu’un oeil… »

Je ne connaissais pas l’expression.
Je me suis donc documentée, apprenant qu’elle est très usitée en Normandie notamment.
Comme je voulais en connaître l’origine et la signification exacte, j’ai visité quelques forums.
Plusieurs explications sont avancées, parmi lesquelles les plus sophistiquées, mais personne ne sait vraiment ce que cela veut dire.

La dernière fois que Celui qui m’accompagne l’a utilisée, je lui ai donc demandé ce que cela voulait dire.
Et là, il m’a regardée, et a dit: « Gentil n’a qu’un oeil…. et moi, j’en ai deux. »

CQFD.
C’était tout simple!

Martine Bernier

 

TH* dit :

Bonsoir,bien rentrés,superbe journée,nous vous souhaitons une bonne soirée,et oui gentil n’a qu’un oeil ?