novembre 2020
L M M J V S D
« Oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Catégories

Catégories

Travail

Depuis toujours, j’ai préféré travailler depuis chez moi que depuis un bureau dans lequel nous étions plusieurs à avoir nos quartiers.
La solitude me rend plus efficace, et me permet, comme je m’impose des horaires de travail un peu particuliers, d’accomplir beaucoup plus de tâches que  je ne le ferais à heures fixes dans un endroit où je peux être distraite par le va-et-vient, etc.
J’avais bien sûr à me déplacer pour me rencontrer les personnes que je devais interviewer, mais toute la partie écriture se faisait dans mon propre bureau, comme c’est toujours le cas aujourd’hui.

Si j’ai pu appliquer cette méthode dans plusieurs de mes postes, ce n’a pas été le cas partout, malheureusement.
Mais depuis que j’ai quitté la Suisse pour la France, j’ai la chance inestimable de pouvoir continuer à assumer mes mandats à distance.
Internet et les vidéo conférences sont en cela un atout précieux qui ouvre de vastes horizons.
Aujourd’hui, en pleine épidémie de coronavirus, les entreprises semblent découvrir les bienfaits de ce que l’on appelle désormais le télétravail, qui, dans le cas présent, signe la survie de plusieurs d’entre elles alors que certains de leurs employés doivent restés confinés chez eux.
J’ai été impressionnée d’entendre que si leur économie est en danger, la pollution en Chine fait un énorme bond en arrière depuis le début de l’épidémie.
Depuis surtout que tout le monde est confiné.
Et les spécialistes expliquent que c’est finalement le bon côté du phénomène (pour peu qu’il puisse y en avoir un…): nous savons désormais que nous pouvons agir sur la pollution, et ce rapidement.
Tout le monde ne peut malheureusement pas bénéficier du télétravail, pour des raisons évidentes.
Mais pour ceux dont le travail s’y prête et qui sont capables de se discipliner, je suis convaincue qu’il s’agit d’une option qui se développera dans l’avenir et qui pourrait révolutionner notre modèle de société.

Martine Péters
 


J’ai toujours eu envie d’avoir le temps de me remettre à étudier certains sujets qui m’intéressent.
Aujourd’hui, ce temps, je peux le prendre plus facilement et je ne m’en prive pas!
J’ai terminé lundi matin l’une des formation que je souhaitais suivre.
Pour tout dire, j’ai choisi de mener deux voies parallèles en fonction de l’urgence des projets auxquelles elles doivent me mener.
Depuis quelques mois, le codage informatique est la formation principale que j’ai suivie avec délectation.
Mais il a fallu que je m’interrompe pour des raisons professionnelles.
Je me suis donc consacrée à ce que je devais faire, puis j’ai remis un projet de livre sur les rails…
Et c’est là que j’ai compris que, comme je comptais m’occuper seule de la mise en page, il allait falloir que j’approfondisse l’utilisation d’un logiciel spécialisé que je n’avais jamais eu le loisir d’étudier en profondeur.
Cette fois, c’est fait: j’ai enfin appris à maîtriser la palette de possibilités qui s’offrait à moi à travers ce programme.
J’allais résilier mon abonnement à la plate-forme de formation que je fréquentais lorsque mon attention a été retenue par un cours un peu particulier.
Il ne prenait qu’une ou deux heures et était consacré aux couleurs.
Les couleurs…. mon péché mignon!
Lundi matin donc, je me suis connectée et j’ai suivi ce que je considère plus comme une conférence que comme une formation.
Mais j’ai appris deux ou trois éléments qui me seront utiles, me régalant d’entendre parler de ce sujet qui me séduit.
Je vais donc pouvoir poursuivre mes cours de codage à présent que je suis à jour avec ce que je voulais savoir.
Et comme je n’ai pas envie de ne faire que cela, je suis déjà à la recherche d’une autre formation qui pourrait m’en apprendre davantage sur les sujets qui me passionnent.
Il n’est jamais inutile d’approfondir!
Bref… même si toutes les formations en question ne se valent pas il n’empêche que les suivre apporte toujours quelque chose d’intéressant.
Internet nous a décidément ouvert une belle porte sur le savoir…

Martine Bernier

Nous fonctionnons tous de la même façon, semble-t-il…
Chaque jour, nous effectuons un certain nombre de tâches que nous accomplissons par ordre de priorité.
Il y a les essentielles, qu’il faut exécuter de manière indiscutable (les soins aux enfants, le travail etc…) et celles qui sont en bas de liste et qui attendent que nous arrivions à dégager du temps pour nous y consacrer… et qui parfois attendent longtemps.
A chaque période de notre vie, le même scénario se répète.
Depuis que nous sommes installés en Franche-Comté, j’ai pu réaliser que la configuration a évoluée mais n’a pas vraiment changée dans nos vies.
Les journées ont toujours le même nombre d’heures, et j’ai de plus en plus de choses à faire.
Des choses différentes, mais qui me passionnent.
Ecrire, avoir une vie sociale et s’occuper du Grand Nid prend du temps.
Etudier en prend tout autant.
En attendant que je dégage quelques plages de « rien » au milieu des mille et une autres tâches qui m’appellent, un meuble en bois brut m’attend patiemment au milieu de la véranda.
Dès que j’aurai terminé les choses les plus urgentes, je m’occuperai de lui et lui offrirai une nouvelle vie en le peignant, comme je l’ai fait voici quelques semaines pour l’un de ses cousins.
Au moindre rayon de soleil, la température dans la véranda rend l’atmosphère printanière.
18 degrés hier, alors que la température extérieure était plus basse.
Même s’il fait froid dehors, elle devient un cocon.
De quoi m’encourager à reprendre mes pinceaux!
Bientôt j’espère…

Martine Bernier