octobre 2020
L M M J V S D
« Sep    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Catégories

Vie quotidienne

  • La France se reconfine… mais un reconfinement réaménagé. Jusqu’à nouvel ordre, les écoles et les activités périscolaires continuent à fonctionner. En principe, dans quelques jours, donc, je rencontrerai les enfants qui s’embarqueront avec moi dans le monde des ateliers d’écriture…
  • Nos deux canards s’adaptent dans leur nouvel habitat, avec leurs congénères. Ils ont fait connaissance avec les oies et avec la mare… Les nouvelles sont bonnes, l’ambiance est paisible.  Et, pour compléter l’opération « bien-être des canards », deux nouvelles canes ont intégré elles-aussi le poulailler de nos amis. Tout a été fait pour que l’harmonie règne dans les deux poulaillers…  

MP

Depuis des mois, il est l’hôte indésirable, celui dont personne ne veut, qui impose sa présence nocive dans nos vies et remet en question l’économie du monde entier.
Son nom, Corona 19, fait penser à un nom de code ou au nom d’un robot tout droit sorti d’un film de science-fiction qui n’amuse personne.
Il tue, épuise patients et personnel médical, effraye, fâche, désorganise…
Nous devons apprendre à vivre avec lui, et ce n’est pas  une mince affaire.
Outre ses effets directs, ce virus a la particularité de révéler des facettes parfois insoupçonnées de certaines personnalités.
Il y a celles et ceux qui se dévouent sans compter, souvent bien mal récompensés pour leurs efforts.
Il y a ensuite la masse de personnes dont je fais partie, qui respectent les consignes de sécurité sanitaire, en s’efforçant ainsi que de contribuer à canaliser l’épidémie.
Et puis il y a toute une frange de la population qui estime qu’il est intolérable de lui demander de respecter un couvre-feu, des limitations au quotidien, le port d’un masque, etc.
Lorsqu’un micro se tend vers elles, ces personnes dénoncent une atteinte à leur liberté individuelle, estiment que ni elles ni celles et ceux qu’elles fréquentent ne courent le moindre risque de contamination, que leur comportement n’est un danger ni pour elles ni pour qui que ce soit.

Comme d’habitude, il faut quelque temps avant qu’elles ne se rendent compte qu’elles avaient tort, soit en tombant elles-mêmes malades, soit en infectant leurs proches.
Le cerveau humain est décidément complexe…

MP

 

Il est très rare que je saute un jour dans la parution des textes sur Ecriplume, ou que je prenne un peu de retard pour les publier.
Ca a été le cas hier où je n’ai mis mon article en ligne que peu avant 10 heures.
Ce petit retard a suffi  pour que m’arrivent quelques messages inquiets me demandant si tout allait bien.
Voyez-vous… écrire un petit texte chaque jour demande  un peu de temps. 
Cela ne me pose généralement aucun problème, mais il arrive que mon emploi du temps s’emballe et me contraigne à travailler toute la semaine, y compris le week-end pour livrer à temps les articles qui m’ont été demandés.
Ce n’est pas une contrainte pour moi mais un plaisir: j’adore ce métier, les rencontres qu’il me procure, l’enseignement que je tire de chacune d’elles et parfois, les moments de grâce qui me sont donnés à vivre.
Ce fut le cas ce samedi, et je ne pense pas oublier l’entretien de ce jour-là avec un bel humain,  ostéopathe-posturologue de son état.
Ecrire les articles qui découlent de ces interviews demande du temps, et je n’aime pas attendre pour les rédiger, pour ne  pas voir s’atténuer la magie de l’instant.
Il m’arrive donc parfois de reculer un peu  la rédaction de mon clin d’oeil sur Ecriplume, afin de terminer correctement l’écriture d’un travail important.
La semaine qui s’ouvre s’annonce  bien chargée, elle aussi, mais je ne relèguerai pas pour autant notre rendez-vous quotidien aux oubliettes!

MP