février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Catégories

Catégories

Voyage

Je pense que la plupart d’entre nous ressent la même chose à chaque retour d’escapade…
Il y a, pendant un jour ou deux, cette étrange sensation bien présente de passer d’un monde à un autre.
C’est notre cas aussi, après une semaine riche en rencontres, en émotions, et… en manque de sommeil!
Les premières heures après un voyage, aussi modeste soit-il, sont toujours consacrées au rangement.
Etape obligée où se vident les valises…
C’est un moment que j’appréhende et que j’aime tout à la fois.
Si les rangements ne sont pas drôles, retrouver les notes, les photos et les trésors ramenés est toujours un moment spécial.
Particulièrement cette fois où notre visite à Giverny m’a permis d’enrichir ma collection d’ouvrages concernant Monet.
Gratifiée d’un « nonosse » tout neuf et de tous les soins possibles et imaginables, Pomme a vécu le retour sans accroc.
Découvrant que j’étais revenue avec une nouvelle marionnette destinée aux enfants, elle a discrètement essayé de la chiper pour l’emporter dans son panier.
Dans son esprit, un jouet tout doux posé sur la table basse du salon = jouet pour Pomme. 
Ce matin, dans mon bureau, elle s’est installée près de moi tandis que je commençais à travailler.
Plus question de farniente: nous voilà entrés dans un cycle de travail intensif qui durera plusieurs semaines.
Et c’est une chance!

Martine Bernier

100_6099

Photo Bruno Guédot

Ce vendredi matin, nous quittons Fontainebleau tôt.
Dans cette ville comme dans une ou deux autres qui lui sont voisines, une particularité me séduit: les doubles lignes d’arbres qui habillent d’interminables avenues, de part et d’autre.
Et le fait que ces arbres soient dotés… d’une coupe au carré!
C’est original et élégant…
Nous reprenons la route sous la pluie, mais nous retrouvons un temps plus sec en cours de route.
Partout, la campagne est découpée en mosaïques tracées par le jaune claquant des champs de colza.
C’est beau… et je me dis que si les champs de colza avaient été d’actualité à leur époque, les impressionnistes les auraient sans doute intégrés à leurs œuvres.
En début d’après-midi, nous arrivons à Beaune où nous avons décidé de faire halte avant de reprendre la route du Nid.
Evidemment, nous filons visiter les Hospices.
Un lieu imprégné d’histoire, une toiture sublime… je suis ravie d’avoir pu découvrir cet endroit que je ne connaissais que par les documentaires.
Ce samedi, nous reprenons le chemin de la Suisse.
Diantre… ma petite Pomme me manque!
Je suis ravie de la retrouver.
Puis il va falloir mettre de l’ordre dans mes idées et m’attaquer à la montagne d’articles qui m’attend!

Martine Bernier

 

 

 

 

Oui, nous avions passé la nuit à Versailles.
Et non, ce n’était pas dans l’optique de visiter le château le lendemain, mais de nous rapprocher du lieu de domicile du chanteur que je devais interviewer dans l’après-midi.
Pas question de nous laisser kidnapper par des embouteillages nous empêchant d’arriver à l’heure!
En définitive, nous sommes arrivés en avance… et nous avons passé avec lui  4h30 magnifiques.

En fin de journée, alors que nous prenions la route pour Fontainebleau, j’étais fatiguée.
En lisant les panneaux indicateurs, sur la route, j’ai pensé tout haut:
– Chilly-Mazarin… Mazarin, je connais…. mais Chilly? C’est un nom de personne aussi?

Sérieux comme un pape (ou comme un cardinal), mon Capitaine a répondu:
– Non. C’est un prénom.
– Un prénom?
– Oui. Celui du Duc Concarne.

Le duc Chilly Concarne…
J’ai eu le fou rire pendant un bon bout de temps…

Martine Bernier