février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Catégories

Catégories

Voyage

Je meurs  d’envie de consacrer un texte à ce matin magique que nous avons passé…
Mais comme je n’ai pas accès aux photos que nous avons prises et que ce sujet mérite d’être servi par des images, je vais résister et attendre d’être rentrée en Suisse pour le présenter comme il le mérite.
C’était en tout cas la plus belle rencontre de notre périple, et le moment le plus attendrissant…
Ce sera donc pour samedi matin, et, en attendant de me consacrer à ce petit récit, j’envoie un grand bonjour à Muriel et Eric qui se reconnaîtront!
En les quittant pour rejoindre notre dernière étape, nous avons traversé le plateau du Larzac où mon Capitaine a séjourné durant sa carrière militaire.
J’ai été impressionnée par la beauté sauvage de cet endroit.
Des cirques, des gorges, des falaises à perte de vue…
Et j’y ai vécu la deuxième belle émotion de la journée.
Alors que nous nous apprêtions à redescendre vers Millau, nous avons réalisé que nous étions survolés par trois grands rapaces.
Beaucoup plus grands que des buses ou des milans…
J’ai mis quelques secondes avant de réaliser qu’il s’agissait de trois aigles.
Des aigles…
Arrivés à l’hôtel je me suis empressée de vérifier: est-il possible d’avoir vu de tels oiseaux à cet endroit?!
Et… oui.
La région possède bel et  bien une richesse ornithologique saisissante.
Et, parmi ces hôtes particuliers, quinze couples d’aigles royaux.
Quelle émotion de les voir en liberté…
Demain, nous reprendrons la route, la tête pleine d’images et de souvenirs…
Et le coffre rempli de trouvailles, parmi lesquelles de quoi enrichir mon herbier débutant!

Martine Bernier

 

Pour tout vous dire, j’ai un rendez-vous demain dans la région de Lodève.
Nous avons donc voyagé jusqu’à cette ville blessée voici quelques mois par une crue épouvantable.
Comment décrire le plaisir que nous avons eu sur ce trajet qui nous menait jusqu’ici?
Le vol des flamands roses sur un étang de Camargue, la saveur de grappes de raisins de muscat que nous avons achetés dans une boutique de bord de route, auprès d’une dame Thaïlandaise qui m’a fait penser à notre Fleur d’Asie, une courte rencontre avec un couple de Québécois  qui voyagent depuis un mois en Europe et qui reprendront le chemin du pays mercredi…
Et puis un repas savoureux dans un minuscule restaurant bien caché derrière un olivier lourd d’olives noires: le resto de Saint Jacques, à Saint Félix de Lodès.
Sur la route, j’ai eu envie de voir de plus près de quel type de plantes est composée la garrigue.
Entre les pages de mon carnet de bord, un brin de thym parfume mes lignes…
A Lodève, grand passage de mauvaise humeur lorsque nous découvrons l’hôtel où mon Capitaine a innocemment réservé  pour la nuit.
J’ai rarement vu  un lieu aussi  défraîchi, inhospitalier et laid.
Nous avons dû y rester dix minutes avant de partir à la recherche d’un lieu plus adapté.
Un conseil si vous passez par Lodève: évitez la Croix Blanche au profit d’un petit Logis de France…
Demain sera un jour de belle découverte…

Martine Bernier

 

 

Il a suffi que je découvre la foule et  la circulation qui hantaient Avignon pour n’avoir qu’une envie: tourner les talons.
Nous avons donc jeté un rapide coup d’œil au pont de la chanson enjambant le Rhône, et nous avons filé vers ce qui restera pour moi le Petit Avignon: Villeneuve-lès-Avignon.

A une poignée de kilomètres de la ville des Papes, elle est plus petite, charmante.
Tiens, nous avons découvert qu’il peut pleuvoir en Provence.
Et quand il pleut, il pleut.
J’ai compris  la crainte d’une partie de la population dès que le ciel se couvre.

Martine Bernier