septembre 2020
L M M J V S D
« Août    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Catégories

Catégories

Voyage

715169-2

La Grande Muraille de Chine…
6700 km de muraille impressionnante.
Folle structure militaire grimpant au sommet des montagnes, redescendant vers la plaine, franchissant tous les obstacles et traversant le pays.
Elle a été construite à plusieurs périodes de l’Histoire chinoise, du  IIIe siècle avant J.-C. au XVIIIe siècle, sous plusieurs dynasties.
Aujourd’hui, elle attire les touristes, passionne les foules.

imagesDernièrement, des photos apparaissent  sur le Net, montrant deux des extrémités de l’édifice.
Perdues au milieu du désert ou en bordure de mer, elles marquent un début ou une fin…
Là où elles signent le commencement des travaux, j’imagine ce que devaient ressentir ceux qui ont été contraints de s’atteler à cette interminable construction.
Qui abrite, dit-on, le plus grand cimetière du monde, avec 10’000 dépouilles d’ouvriers qui auraient perdus la vie sur le chantier.
Que de drames…

En regardant ces photos, je pense à ceux qui ont terminé la construction de cette porte et de ce mur qui s’avance dans la mer.
Que leur a-t-on dit?
« C’est bon, vous pouvez rentrer chez vous » ou « Nous allons nous attaquer à un autre tronçon »?
Cette Muraille me fascine, comme elle fascine les hommes depuis des générations.
Etrange symbole de ce que peut être la démesure…

Martine Bernier

(Photo tirée du Blog Ici et Ailleurs)

(Photo tirée du Blog Ici et Ailleurs)

Si vous vous rendez en Bretagne, du côté de Carnoët, demandez le chemin de la colline de Quenequillec.
C’est là que l’Association la Vallée des Saints s’est lancée dans un projet complètement étonnant: créer une île de Pâques bretonne en y érigeant plus de mille statues.
Tout a commencé en juillet 2008 où trois hommes, Philippe Abean, Sébastien Mingus et Philippe Hajas ont créé l’association « La Vallée des Saints ».
Celle-ci reçoit le soutien de l’UNICEM Bretagne et du Syndicat des Granitiers, et est reconnue l’an suivant d’intérêt général à caractère culture.

Et le premier chantier de la Vallée des Saints commence en juin 2009.
Sept sculpteurs créent les sept saints fondateurs de la Bretagne (Saint Brieuc, Saint Corentin, Saint Malo, Saint Patern, Saint Paul-Aurélien, Saint Samson et Saint Tudgual) et le saint patron de la région, Saint Yves.
Les oeuvres sont monumentales, sont des statues-menhirs en harmonie avec le site de Carnoët qui va les accueillir, et avec l’esprit breton.
Et le projet continue…
En 2010, Sainte Anne, Saint Gildas, Saint Herbot, Saint Hernin, Saint Patrick et « Santig Du » rejoignent les premiers habitants de la colline.
Puis viendront Saint Carantec, Saint Clair, Saint Guirec, Saint Hervé, Saint Idy, Saint Telo, et Saint Tugdual.
Et en 2007, Sainte Brigitte, Saint Conogan, Saint Derrien, Saint Efflam, Sainte Koupaïa, Saint Miliau et Saint Trémeur font leur apparition.

Il faudra ensuite attendre 2014 pour que le sixième chantier soit lancé, donnant naissance à Saint Diboan, Saint Keo, Saint Merec, Sainte Nolwenn, Saint Tudec, Saint Tudy, Saint Turio et Saint Wino.

Une telle entreprise aussi monumentale demande du temps, de l’énergie… et des fonds.
La Vallée, qui est ouverte au public, propose une boutique et cherche toujours des soutiens financiers.
Le projet est un peu fou, c’est vrai… mais il fait partie de ceux qui font rêver des générations…

Martine Bernier

La Vallée des Saints

 

 

 

 

Photo Bruno Guédot

Photo Bruno Guédot

ChouetteChouette

Ce  qu’il y a de bien, lorsque l’on rentre de vacances, c’est de retrouver au retour les documents, objets et autres photos qui représentent autant de souvenirs du séjour.
Comme ma semaine est très chargée, j’ai encore eu peu de temps explorer toutes les photos prises par mon Capitaine.
Mais hier, j’ai pris un instant pour chercher celles qu’il a prises à la Volerie des Aigles, à Kintzheim.

Photo Bruno Guédot

Photo Bruno Guédot

Nous savons tous combien il est difficile de photographier des oiseaux… et ce d’autant plus lorsque les photos sont prises avec un petit appareil tout simple!
J’ai été surprise de voir la qualité de certaines images.

Je voudrais vous en  montrer deux, ce matin.
Elles sont liées aux  rapaces que je préfère, ces nocturnes si beaux et si fascinants.
La chouette Lapone vit dans les forêts de la Taïga nordique.
Quand elle est apparue dans la cour où était donnée la démonstration, j’ai frissonné d’émotion.
Ces oiseaux ont une présence très particulière.
Quant au hibou, ci-contre, j’ai une hésitation: je crois qu’il s’agit du Grand-Duc de Virginie, mais j’ai peur de le confondre avec le hibou Grand-Duc d’Europe que la volière abrite également.
Malheureusement, une personne est venue parasiter la photo, mais je la diffuse quand même pour le regard mystérieux de cet oiseau superbe.

Je crois savoir que la Volière des Aigles compte une chouette Harfang parmi ses protégés.
Ce jour-là, malheureusement, si c’est vrai, elle n’a pas fait partie du spectacle.

Le vent était très fort et les oiseaux avaient bien du mal à voler.

Les voir évoluer était… magique.

Martine Bernier

La volerie des aigles