Calendrier

octobre 2021
L M M J V S D
« Sep    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

L’Herbier des petits sorciers

Ce joli livre pour enfants leur ouvrira les portes de l’univers des plantes magiques.
Ces plantes et feuilles d’arbres que nous trouvons autour de nous et qu’ils apprendront à conserver dans leur herbier, ont toutes des histoires liées à leur nom.
Ils apprendront par exemple que  les serpents rajeunissent chaque année grâce au fenouil, quel le sureau noir est l’arbre aux sorcières, que la fougère attire la chance et bien d’autres choses encore…
Des recettes et des activités sont également à découvrir en fin de volume.

Sincèrement? J’aurais adoré recevoir un tel ouvrage lorsque j’étais fillette!

Martine Péters

Omnia Vanitas

Prenez un capitaine de police féminin, un commissaire misogyne, un tueur en série et un amant de la BRI et vous obtenez le triller de l’été.
Louisa Torrès est capitaine au 36 quai des Orfèvres, elle mène une vie écartelée entre sa profession, son fils de seize ans et ses amants passagers.
Sa hiérarchie guette la moindre faux pas pour la muter dans un autre service. Lorsqu’elle est missionnée sur une nouvelle affaire de meurtre d’hommes battus à mort puis travestis en femmes, elle se trouve entraînée dans une enquête aux frontières du bien et du mal avec un assassin qui s’intéresse un peu trop à elle.
Chaque meurtre est signé de la même locution latine : Omnia vanitas.
C’est le premier roman du Franc-comtois Emmanuel Valnet, roman qui se lit très vite grâce aux personnages attachants et aux situations ambiguës.

Bruno Guédot

OMNIA VANITAS d’Emmanuel Valnet Éditions France-Loisirs

Masques

Tout commence par une annonce invitant à participer à un jeu de rôle en plein carnaval de Venise. Il n’y aura que dix élus (5 hommes et 5 femmes) parmi tous les volontaires qui acceptent d’emblée une règle du jeu très évasive.

Le séjour est gratuit, à condition de se prêter à ce jeu dans lequel ils devront incarner tour à tour les principaux personnages de la « Commedia dell’arte ».

Les invités ne connaissent pas leur hôte, le baron Corvo, et sont accueillis par son majordome. Chaque soir, au dîner, le mystérieux baron les convie, à l’aide d’un message enregistré, à se prêter à une « murder party »costumée au cours de laquelle l’un d’entre eux est désigné pour en « éliminer » un autre le jour suivant.

Ce n’est pas de l’Agatha Christie, mais l’adaptation d’une expérience menée dans un laboratoire américain de 1962. C’est un jeune garçon, cobaye de cette expérimentation, tentant de mesurer l’acceptation de l’individu à un ordre qui n’est pas acceptable, qui veut renouveler l’expérience en choisissant l’Europe pour la mener.

Quatre des invités vont mourir brutalement dans des lieux emblématiques de Venise, au milieu de la foule en liesse. Les rescapés, conscients de l’enjeu et du risque qu’ils prennent, poursuivent néanmoins le jeu…

Les deux plus jeunes participants, Alice et Antoine vont tenter d’échapper à la mort et font front commun, Alice refuse de continuer à cautionner ce jeu morbide et contacte la police sans aucun résultat. Elle doutera pourtant de son camarade et le surveille de près.

Mais il faut attendre les dernières lignes pour démasquer l’instigateur de ce jeu mortel qui se joue de la police.

Ce livre nous interroge sur la propension des humains à se comporter en assassin pour se conformer aux ordres d’une autorité supérieure.

 

Bruno Guédot

MASQUES de James Barnaby, disponible notamment aux éditionsFrance-Loisirs