décembre 2021
L M M J V S D
« Nov    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Catégories

Bichon havanais

Demain vendredi, Kali fêtera son premier anniversaire.
Cette pétillante boule d’énergie et d’amour est avec nous depuis le mois d’octobre 2020 et est devenue un membre à part entière de la famille, au même titre que Pomme.
Vivre avec des demoiselles bichons havanais est un bonheur perpétuel.
Notre mini Mogwaï est joyeux et farceur du matin au soir.
Il arrive même à entraîner Pomme dans ses jeux deux ou trois fois par jour, elle qui avait perdu de son tonus avec l’âge.
Je remercie les éleveurs qui nous ont mis en présence de cette adorable boule de poils qui, comme Pomme, séduit tous ceux qui l’approchent…

Martine Péters

L’opération est tellement complexe que nous l’avions reculée le plus longtemps possible.
Mais là, il n’y avait plus à discuter: à force de jouer dans jardin et dans la maison, Kali avait vraiment besoin d’un bain.
Connaissant l’asticot, son énergie, et son pelage blanc et noir duveteux et très fourni, j’avais enrôlé mon Capitaine pour qu’il m’apporte son soutien.
Samedi, en fin d’après-midi, nous sommes donc passés aux choses sérieuses.
Toujours adorable, Kali est entrée de bonne grâce dans la salle de bain et a accepté avec curiosité que je la mette dans la baignoire.
Elle a ensuite supporté aussi bien que possible le shampoing que nous lui avons donné, n’essayant qu’une ou deux fois d’échapper à cette épreuve déplaisante pour elle.
Puis est venu le moment de la sécher.
Le pire.
Trois grandes serviettes de bain et beaucoup de patience ont été nécessaires pour le premier séchage, sommaire.
Le plus dur était encore à venir: l’opération sèche-cheveux.
Depuis son arrivée, Kali a à son égard une réaction étrange.
Elle lui fait face dès que nous l’allumons, et semble vouloir « avaler » l’air qu’il dégage, ce qui rend le séchage assez compliqué.
Mon Capitaine est donc intervenu en douceur, tenant notre boule de poils en lui parlant doucement tandis que je séchais et brossais de mon mieux.
Le tout sous l’oeil de Pomme qui se tenait prudemment à l’écart de ces grandes manoeuvres auxquelles elle a momentanément échappé.
Une heure plus tard, Kali avait retrouvé sa beauté et un poil magnifique.
Depuis plusieurs mois, je l’habitue à être coiffée, brossée, ce qui n’est pas encore complètement gagné.
Mais nous n’avons pas le choix: elle n’a pas le même pelage que Pomme et demande beaucoup plus de soins, comme autrefois Benjie, ma tendre Bearded Collie, ou Scotty, ma petite Scottish Terrier.
Mon Capitaine et moi, en la regardant à nouveau transformée en peluche vivante bien proprette, avons eu la même réflexion: si Kali n’avait pas eu cette légère déformation de la dentition qui a incité ses éleveurs à ne pas la conserver comme chienne de concours et de reproduction, je n’aurais pas pu l’adopter.
Et elle aurait eu une vie bien différente de celle, très libre, qui est la sienne aujourd’hui…

Martine Péter

Les animaux sont comme nous: leur personnalité évolue en prenant de l’âge.
J’ai toujours observé Pomme avec attention depuis son plus jeune âge, comme je l’ai fait avec mes précédents chiens avant elle et comme je le fais également avec Kali.
Mon Mogwaï me charme depuis 11 ans par son caractère attachant, drôle et plein de surprises.
Son comportement est très proche du nôtre, lorsque les années commencent à nous taquiner.
Aujourd’hui qu’elle est entrée dans une nouvelle tranche de sa vie, elle a un peu plus de peine à se déplacer, a besoin de davantage de repos et est moins disposée à tolérer ce qui lui semble intolérable, s’éloignant quand quelque chose la contrarie, et venant se réfugier auprès de moi ou dans un endroit sûr.
Mais chaque matin, dès qu’elle se lève, elle file rejoindre Kali avec laquelle elle entretient une relation très particulière.  
Kali, boule d’énergie tendre, malicieuse et joyeuse, qui adore faire des farces, jeter ses jouets en l’air à la manière d’une majorette lançant son bâton,  et dont l’une des activités favorites est de jouer avec son aînée…
Plusieurs fois dans la journée, toutes deux se lancent dans des courses poursuites interminables, dans des parodies de combats de chiens où aucune des deux ne fait jamais mal à l’autre, mais où les mimiques sont redoutables.
Les crocs des bichons havanais ne sont peut-être pas, à priori, la vision la plus terrifiante que l’on puisse imaginer, mais ils font leur petit effet!
Kali adore taquiner Pomme qui lui fait comprendre de manière claire qu’il y a des limites à ne pas franchir, toujours sans la pincer ou la mordre.
Mais dès que Pomme a une baisse de régime, et file se percher sur la place qui lui est réservée sur le canapé, Kali vient la voir avec une douceur inédite, lui fait des petits bisous délicats et ne l’ennuie plus.

Au moment où j’écris ces lignes, mes deux petites chiennes sont chacune dans un panier à côté de mon bureau.
L’aînée se repose, et la plus jeune ronge un os, s’interrompant de temps en temps pour vérifier que tout va bien pour Pomme. 
Qui, elle, lui jette un coup d’oeil en levant ses sourcils broussailleux…
La présence de ces deux petits personnages est un bonheur…

Martine Péters