octobre 2020
L M M J V S D
« Sep    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Catégories

Claude Rich

mort-de-claude-rich-cinq-de-ses-roles-marquants-au-cinema

Claude Rich…
Chacune de ses prestations d’acteur que j’ai pu voir au fil des années m’ont enchantée…
Il avait un petit je ne sais quoi de joyeusement et élégamment léger qui le rendait unique.
Une sorte de papillon flamboyant, talentueux et spirituel, dont on sentait qu’il était simplement un bel humain.
Un de ces personnages qui rendent agréable le fait d’habiter notre monde…
Comment ne pas le remercier à l’heure où il va retrouver ceux de ses amis qui l’ont déjà précédé?
J’ai eu envie, ce matin, de partager une interview qu’il avait donnée à 30 Millions d’Amis, dans laquelle il découvrait une autre façette de sa personnalité, ainsi qu’un document dans lequel il évoquait « l’après »…
Toujours avec cette grâce qui lui était propre…

Martine Bernier

http://www.huffingtonpost.fr/2017/07/21/quand-claude-rich-evoquait-la-mort_a_23041004/

Nous avions très envie de le voir, ce film réunissant des acteurs que nous aimons: Jane Fonda, Géraldine Chaplin, Guy Bedos, Claude Rich et Pierre Richard.

« Et si on vivait ensemble? » , c’est un morceau de l’histoire de cinq vieux amis qui, se sentant décliner, décident de tous vivre sous le même toit, histoire d’éviter la maison de retraite.
Qu’il est paradoxal, ce film tendre, grave et très drôle à la fois…
Invitée constante, la mort est là, en filigrane, toujours présente.
Les questions les plus graves se posent, dans ce scénario: que faire des dernières années qui nous restent à vivre, comment les passer au mieux, éviter la solitude?

Mais le vrai charme du film, c’est le bonheur de voir jouer ces acteurs.
Jane Fonda, incroyable de beauté et d’intelligence, Géraldine Chaplin, fine et juste, Guy Bedos, parfait d’humanité et de fragilité cachée, que je ne me lasse pas de retrouver, Pierre Richard, attachant dans son rôle d’homme dont la mémoire s’en va, et le malicieux Claude Rich, qui campe un vieux monsieur lubrique et ravi de l’être.

Ah, Claude Rich!
Quand je le regarde, je pense aux tableaux de Chagall,  aériens.

La réalisation de ce film n’est pas extraordinaire, mais les acteurs sont tellement bons que, lorsque le générique de fin arrive, on a l’impression d’avoir à peine assisté à la bande annonce, tellement le temps a passé rapidement.
Nous aurions aimé rester encore en compagnie de cette équipe pleine d’audace, de tendresse et de simplicité.

Martine Bernier