février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Catégories

Catégories

Couture

Depuis des années, je rêve d’avoir le temps de progresser en couture.
Et quand je dis « progresser »… il y a tout à faire!
Je ne me suis pour le moment aventurée qu’à petits pas dans ce domaine, attendant le moment propice pour pouvoir poursuivre mon exploration.
En attendant de me lancer, j’ai donc dévoré une multitude de livres et autres magazines sur le sujet, ai visionné consciencieusement les replay de l’émission « Cousu Main » et me suis nourrie de théorie pour mieux assimiler les bases.

Ensuite  je me suis fait la main sur des petites choses simples, réprimant une folle envie de faire des bonds de kangourou à chaque fois que je réussissais quelque chose.

Et puis… nous sommes arrivés dans la maison.
Cette maison à laquelle je me suis attaché rapidement moi qui, jusqu’alors, ne m’étais jamais vraiment sentie « chez moi ».
Depuis notre installation, nous passons énormément de temps à l’embellir, mon Capitaine et moi.
Il gère les gros travaux et le fonctionnement des installations, et je m’occupe du reste.
Parmi « le reste », j’avais gardé un peu pour la fin la confection des rideaux.
Je savais qu’il me faudrait du temps: vu le nombre de fenêtres à habiller, j’en avais seize à réaliser.
Et pour douze d’entre eux, j’ai bon espoir de réutiliser les longs voilages  qui ornaient les vitres de notre précédent domicile.
J’ai donc investi le coin couture que mon Capitaine m’a installé, et j’ai réfléchi… réfléchi… réfléchi…
Oui, c’est l’un de mes défauts: j’ai un peu de peine à me lancer dans la coupe de peur de faire une bêtise.
Donc, je prépare… interminablement!

Depuis deux jours, je me suis enfin décidée à me lancer en ayant le sentiment de m’attaquer à la Muraille de Chine.
Pour l’instant, six voilages et rideaux filets sont terminés.
Et le résultat est présentable.
Je ne crie pas victoire trop vite: il m’en reste dix.
Mais quel excellent entraînement dans mon apprentissage de la couture!
Ma machine et moi sommes désormais habituées l’une à l’autre et je n’ai plus besoin de m’en référer au mode d’emploi pour savoir comment enfiler l’aiguille.
Ce que je considère comme un progrès…

Lorsque toutes les fenêtres auront été parées, je m’attaquerai à un autre projet pour lequel j’ai déjà commandé le matériel nécessaire.
Mais ça… c’est pour plus tard.
Il me faut d’abord terminer mes rideaux.
Et lorsque je commence à penser qu’il y a décidément beaucoup de fenêtres, je me dis que c’aurait pu être pire.
Nous aurions pu habiter dans la maison de Balthus, le Grand Chalet de Rossinière, en Suisse, qui en possède… 113!

Martine Bernier

assortiment-de-4-coupons-tissus-liberty-of-london-thorpe-et-3-autres

Il y a environ deux semaines, j’ai fait l’achat d’une machine à coudre.
Cela faisait longtemps que j’y pensais, caressant le projet de me mettre à la couture lorsque j’aurais un peu plus de temps… et de pep.
Ce qui n’a pas été le cas jusqu’à hier.
Jusqu’alors, je m’étais contentée de lire de A à Z le mode d’emploi de ma nouvelle copine, échafaudant 31XAPU5zDdLsans la toucher des projets de petits travaux, en attendant des jours meilleurs.
Pas question pour moi de me lancer dans la confection d’un vêtement avant d’avoir appris à maîtriser la bête et les patrons que je comptais bien me procurer.

Hier,   pour la première fois depuis des mois, je suis sortie de l’hôpital porteuse d’une bonne nouvelle.
Côté pep, autant dire que cela m’a permis de refaire le plein!
J’ai donc demandé à mon Capitaine si nous pourrions nous arrêter dans un magasin de tissu au retour.
Il s’agit d’une grande surface dont je savais qu’elle vendait des coupons depuis longtemps.
Comme je ne connais pas ou très peu la planète mercerie, je n’ai pas encore de bonnes adresses où trouver ce que je cherche.
Et là, ne trouvant pas les coupons en question, j’ai fini par m’adresser à la vendeuse qui m’a expliqué que ce que je cherchais n’était pas accessible en ce moment pour cause d’inventaire.
tissus-habillement-assortiments-de-5-coupons-de-toiles-5873427-image-1460c-7a381_bigDéçue, je lui ai demandé si elle savait où je pourrais trouver des morceaux de tissus bien précis pour réaliser différents objets.
Elle m’a entraînée trois mètres plus loin, à la découverte d’un large rayon entièrement dédié à ce genre d’articles.

Alleluia!
J’ai fait le plein de merveilles et nous sommes rentrés au Nid, le coeur beaucoup plus léger que lorsque nous l’avions quitté quelques heures auparavant.
J’ai immédiatement été emportée dans un tourbillon de travail.
Mais lorsque la vague s’est un peu calmée, plus tard dans la journée, je me suis approchée de ma machine et je l’ai délivrée de sa protection.
C’est intimidant de se retrouver face  à un nouveau jouet…
J’en ai déjà utilisé  il y a longtemps, mais je me demandais si j’allais encore être capable de faire quelque chose de correct.
Lors de notre escapade au magasin, j’avais vu un petit sac bourse doté d’un fermoir, posé là en exposition.
Et je m’étais mis en tête d’en réaliser un identique.
Sans patron et sans avoir eu la bonne idée de le prendre en photo, autant dire que j’avais peu de chance de réussir.
Mon Capitaine ayant un esprit technique bien plus développé que le mien, je lui ai demandé son aide.
Il m’a dessiné une ébauche et je suis partie à la découverte de mon nouvel univers.
Mon idée était de coudre une première bourse taillée dans un vieux rideau, en essayant de suivre les conseils donnés.
Un peu plus tard, c’était fait…
Sans patron réel, mon « oeuvre » manquait un peu de précision, mais ressemblait bel et bien à ce que j’espérais!
Et, surtout, la machine et moi avions commencé à faire connaissance, sans heurt.
Incorrigible que je suis, je l’ai mentalement baptisée Jeannette, lui parlant comme je le fais avec Max, mon ordinateur.
Oui je sais, mes neurones fatiguent!
Mais cette machine m’a entraînée dans une opération-charme…
Le courant est passé immédiatement entre nous.
J’ai même été surprise de sa douceur, de la facilité avec laquelle elle a répondu à mes attentes en y mettant une bonne volonté évidente.
Cela fait plusieurs années que je me dis que je me réserverai un jour du temps pour m’essayer à d’autres activités que celles qui font ma vie aujourd’hui.
J’y suis!

Martine Bernier