juin 2021
L M M J V S D
« Mai    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Catégories

Catégories

Ecriplume

Cette semaine de congé que mon Capitaine et moi nous sommes offertes est déjà terminée…
Nous avions choisi, pour la première fois, de ne pas quitter la région, en dehors d’un court week-end en Franche-Comté, et de quelques escapades en Haute-Savoie, mais de nous consacrer à… ce que nous avions envie de faire.

Je garde de ces sept petits jours des images et des moments précieux, liés entre eux par cette complicité joyeuse et tendre qui saupoudre nos journées.
A mon tour de faire quelques flash-back sur les points forts d’une semaine toute simple… et appréciée!

*
Il pleut doucement, il fait doux et les couleurs autour de moi sont celles de l’automne.
Je m’installe dès le petit matin sur la terrasse pour peindre… des objets en bois!
Là, dans l’écrin de fleurs et de verdure qu’a créé mon Capitaine, je suis isolée du monde…
Pomme, appuyée sur le muret du balcon,  s’intéresse à ce qui se passe aux alentours.
Celui qui m’accompagne vient de temps en temps s’occuper de ses fleurs.
Il flotte un parfum d’herbe mouillée.
Le temps s’est arrêté…

**
Tanawee s’esclaffe face aux câlineries de Pomme.
Il a déjà un an, petit lutin irrésistible…
Kim m’interroge sur le scoutisme.
Je lui raconte des anecdotes, il en redemande…
Il s’amuse des facéties de mon Capitaine, ravi de déclencher ses rires sous l’oeil bienveillant de Yann et Jee.
Aurélien, notre petit-fils né le 16 septembre, avec un mois d’avance, a pris du poids!
Une excellente nouvelle pour  ses parents comme pour nous tous qui attendons avec impatience qu’il franchisse la barre des trois kilos!
Une famille en or…

****
Ce samedi matin, le ciel est violet lorsque je me lève.
Cela ne dure que quelques minutes… je retiens mon souffle en profitant du spectacle…

*****
Prise d’un  élan de courage  passager, je décide de passer l’aspirateur dans la voiture!
Pomme n’a qu’une sympathie très modérée pour ce genre d’engin, mais va se percher sur les sièges arrières plutôt que de jouer dans le jardin.
La présence de mon petit bouddha poilu me touche et, tout en passant l’aspirateur à l’avant, je lui parle:
« Tu es décidément un formidable petit chien… c’est génial que tu restes près de moi! Je suis touchée! »
Je me retourne: elle a disparu!
Trois minutes après elle revient dans la voiture et semble rire, comme si elle avait trouvé très drôle ce qu’elle venait de faire!

*****
La Dame de Chiboz me donne cette semaine une nouvelle preuve de son amitié et de son indéfectible loyauté.
Sa sensibilité est telle qu’elle préserve farouchement la mienne.
J’ai de la chance d’avoir dans ma vie une telle personne qui porte en elle, de façon innée, le respect de l’Autre et le désir de ne jamais lui faire de mal.
Un désir qui ne s’arrête d’ailleurs pas au voeu pieux: elle est d’une incroyable droiture.
Quel cadeau…

******
Nous revenons de nos courses avec un grand coffre et deux blocs tabourets-mini-coffres.
Je passe deux bonnes heures à préparer un coin enfant dans le salon, avec des jeux et des jouets pour tous les âges.
Pour que chacun se sente bien…

*******

Vendredi soir, en sortant du cinéma, nous le contournons en voiture pour retrouver la route.
Ils sont là, sur l’escalier de métal donnant dans le parking…
Un garçon et une fille, assis sur les marches.
Chaque fois que nous avons été voir un film cette semaine, ils étaient là, tous les deux, à la sortie, perchés sur leur escalier.
Ce doit être leur lieu de rendez-vous.
Certains se retrouvent dans des parcs enchanteurs, d’autres dans un café…
Eux, ce sont les inconnus de l’escalier…

Martine Bernier

 

 

Il y a deux jours j’ai réalisé que les chiffres de fréquentation d’Ecriplume flirtaient avec un passage important.
Et c’est fait… dans la nuit, la barre des 600’000 visites a été franchie.
Au début, je saluais une centaine, puis 500, puis 1000, 5000, pour m’extasier devant les 10’000.
Lorsque le Cap 100’000 a été dépassé, j’ai eu un heureux choc.
Puis j’ai arrêté de compter, ne saluant plus que les passages aux gros chiffres.
C’est le cas aujourd’hui où je n’ai pas eu le temps de voir passer le chiffre rond: il a immédiatement filé pour continuer son chemin vers la suite.
Comme à chaque fois, ces étapes sont pour moi l’occasion de faire un petit point sur les statistiques du site, histoire de voir si elles ont évolué au cours de ces derniers mois.

Les visiteurs français sont très largement en tête du classement des passages, suivis, par nom de pays,  de la  Suisse, des États-Unis et de la Belgique.

Comme j’ai reçu des messages me demandant la liste  des pays visiteurs, par ordre d’importance des passages, je la recopie donc, pour vous faire partager mon étonnement et mon émerveillement!
Parce que, oui… je reste toujours aussi touchée de voir que vous qui me lisez venez de partout…

Après la Belgique, viennent donc l’Ukraine, le Canada, l’Allemagne, l’Espagne, la Chine, la Russie, la Tchéquie, la Hollande, le Japon, la Tunisie, l’Angleterre, la Pologne, le Vietnam, Israël, l’Algérie, le Portugal, l’Italie, le Danemark, la Roumanie, la Norvège, le Luxembourg, l’Irlande, le Brésil,  l’Arabie, saoudite, la Turquie, les Philippines, l’Australie, l’Autriche, la Thaïlande, le Sénégal… 

J’en passe: 50 pays sont affichés.

J’envoie une pensée à chacun d’entre vous qui fréquentez Ecriplume, par hasard ou régulièrement.
Et j’avoue que je reste perplexe de voir qu’un site sans prétention, qui ne vend rien et n’aborde pas les sujets racoleurs ou faiseurs de buzz puisse être aussi fréquenté…
C’est un cadeau que vous me faites… et je suis toujours aussi heureuse de vous accueillir dans mon monde, aussi modeste soit-il!

Martine

 

 

Il y a quelques jours, j’ai reçu un message qui m’a particulièrement touchée.
L’une des lectrices d’Ecriplume, dont la famille est disséminée de par le monde, m’a adressé un petit mot plein de poésie pour m’expliquer que, dans sa famille, Ecriplume a franchi les mers par la magie d’Internet.

Sans trahir son identité ni celle des membres de sa famille, je voudrais vous livrer des passages de ce message:

« Pour ma part, « Ecriplume » a traversé l’Atlantique.
Elle s’est arrêtée à  
Varennes au bord du fleuve Saint-Laurent chez ma soeur.
Poursuivant son chemin, toujours au bord du fleuve, elle s’est posée à  Saint-Jean d’Iberville chez mon frère. 
Et pour finir, et encore 
au bord de l’eau,  à Notre-Dame de Pierreville où elle a terminé sa course chez mon(autre) frère.

Ecriplume a aussi traversé une bonne partie de la France.
À Beaupréau 
dans le Maine et Loire … »

Je voudrais leur adresser une pensée amicale, à eux ainsi qu’aux personnes qui passent par Ecriplume à partir, aujourd’hui, de quelque 50 pays différents.

Martine Bernier