juillet 2020
L M M J V S D
« Juin    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Catégories

Catégories

Frédéric Lopez

frederic_lopez_emu

Il y a quelques jours, j’ai parlé du Corsaire, ce merveilleux ballet diffusé sur France 3 ces temps-ci.
Et je terminais mon texte en disant que j’éprouvais un deuxième coup de coeur pour une émission qui passe en ce moment, sur France 2.
Cette émission, c’est Mille et une vies, de Frédéric Lopez.
Ce n’est pas la première fois que je le dis: je suis sensible à la bienveillance et l’empathie que dégage cet homme.
J’ai la même vision que lui de l’interview qui, à mon sens, ne peut être vraiment réussie que lorsque nous nous impliquons et que la rencontre a véritablement lieu.
C’est la raison pour laquelle j’aime celles de ses émissions qui sont  intimistes, comme, il n’y a pas si longtemps, La parenthèse inattendue et, celle qui est devenue culte: Rencontre en terre inconnue.
Depuis la rentrée télévisuelle, c’est à lui qu’a été confiée la « case du début de l’après-midi ».
Celle qu’occupait jusqu’ici Sophie Davant avec Toute une histoire.

J’ai plusieurs fois eu l’occasion d’interviewer des personnes gravitant comme experts ou grands invités dans cette émission, et j’étais curieuse de savoir ce que Frédéric Lopez allait proposer.
La première semaine, je n’ai pas eu le temps d’y penser: trop de travail.
Puis, je me suis décidée à enregistrer le programme en me disant que je le regarderais plus tard.
Ce que j’ai fait.
Pour le moment, j’ai vu trois émissions… et je suis tombée sous le charme de sa première partie qui en est le coeur, celle de la rencontre proprement dite.
L’animateur reçoit des personnes qui ne sont pas des stars, mais qui ont un point commun: toutes ont eu une vie tumultueuse, riche, parfois désespérante et s’en sont servi pour construire un présent beaucoup plus lumineux.
Les épreuves semblent les avoir transcendées…
L’intelligence et la finesse de ces personnalités sont fascinantes.
Ici, pas de public applaudissant sur commande, pas de journaliste coupant la parole, pas d’agressivité ou de déclarations fracassantes.
Juste une conversation dans un élément toujours très important dans les émissions de Frédéric Lopez: un décor particulièrement soigné.
Celui-ci est cosy, fait pour que chacun s’y sente bien.
Les invités se voient proposer une boisson, sont accueillis, accompagnés.
Après l’entretien qu’ils ont avec le présentateur, ils retrouvent des proches qui se joignent à la conversation.
Cela marque pour moi la fin de l’émission telle que je l’aime, mais elle se prolonge ensuite avec quelques chroniqueurs, dans une pièce voisine.
Ces nouveaux arrivants sont tous des personnes manifestement sensibles, qui traitent de petits sujets intéressants, mais je n’ai pas encore vraiment pris le temps de suivre cette partie du programme.
Je le ferai sans doute, mais, jusqu’ici, je ne voulais pas diluer l’émotion ressentie au cours de la première partie.

Il paraît que les audiences  ne sont pas encore très bonnes.
J’espère que les décideurs de France 2 ne retireront pas ce programme de la grille et qu’ils lui laisseront le temps de trouver son public.
Un public qui le boycotte peut-être un peu par souci de loyauté par rapport à l’émission précédente.
Ce n’est évidemment pas moi qui vais changer la donne, malheureusement.
Mais je serais heureuse si ce petit texte pouvait vous donner l’envie de regarder cette émission.
Elle le mérite…

Martine Bernier

« Mille et une vies, du lundi au vendredi sur France 2 à 14 heures

La parenthèse inattendue

Dans le grand vide sidéral qui caractérise les programmes et les présentateurs de certaines chaînes de TV, Frédéric Lopez est un cadeau.
Un humain… un bel humain « normal », qui a le sens des valeurs, de l’amitié, qui n’agresse pas ses invités, qui s’intéresse réellement à eux, qui semble s’émerveiller des moments passer avec eux, qui nourrit les téléspectateurs avec des moments chauds.
Un bonhomme qui ressemblent à ceux que nous comptons parmi nos amis, qui respecte les autres, célèbres ou  anonymes…
Le public ne s’y est pas trompé: dès qu’apparaît l’une de ses émissions au firmament de l’horizon télévisuel souvent insipide, il est fidèle au rendez-vous. 
Au fil des années, cet homme qui se comporte en gentleman dans la vie comme à l’écran, si l’on en croit ceux qui le côtoient, a réussi à se forger une réputation.
Pourtant, la télévision n’a pas été tendre avec lui: par le passé France 2 et France 5 l’ont privé d’antenne alors qu’il était déjà au firmament.
Mais il est revenu. Et il a eu raison.
Et je fais partie de ceux qui enregistrent ses émissions pour ne pas risquer de les manquer.
« Rendez-vous en Terre Inconnue » , dont j’ai déjà parlé sur Ecriplume, est à mon sens l’émission la plus touchante, la plus intéressante et la plus intelligente du moment.
Depuis quelques semaines, « La parenthèse inattendue » est un enchantement.
Une escale dans la vie de ses invités qui se rendent, en barque, dans cette maison de campagne au décors cosy, remplie d’objets que nous avons tous croisés dans notre enfance.
Ceux qui y participent partagent un moment d’intimité et semble en ressortir émus.
Ceux qui la regardent ont l’impression d’être conviés eux aussi, et s’installent au coin du feu pour écouter les conversations.
C’est moelleux, tendre, drôle…
Pour ma part, je complète le tableau en filant sur le site de France Inter lorsque je suis seule.
Et j’écoute en différé « On va tous y passer », qui passe en direct entre 11h et 12h30 et qui, elle aussi fait un tabac.
Je vous conseille celle consacrée à Jamel Debbouze: elle est magnifique.
Dans cet exercice, il s’entoure de chroniqueurs hors norme.
Contrairement aux sempiternels faux indignés, râleurs et autres écorcheurs de la plupart des talk-show dont on se lasse très vite, cette équipe est composée de personnes qui ne cassent pas, qui ne cherchent pas le sujet qui blesse, mais qui mettent en valeur l’invité tout en étant inattendus.
J’adore…

Bref: les spectateurs et auditeurs semblent clairement partager mon sentiments, et les éloges méritées fusent de toute part.
Ce qui n’empêche pas que la qualité du travail de Frédéric Lopez reste une exception à la télévision.
Et que les programmes débilitants continuent à occuper la majeure partie des grilles de programmes, alors que le public montre pourtant où va sa préférence.`

Cherchez l’erreur?

Martine Bernier