juillet 2021
L M M J V S D
« Juin    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

Catégories

GPS

Sur la route du retour de notre escapade en Provence, mon Capitaine m’a dit:

– Je voudrais que tu écrives une suite au texte que tu avais publié sur Ecriplume il y a quelques mois, et qui parlait du GPS.
-Mmmm… pourquoi?
– Parce que j’avais raison! Il est dyslexique, n’a pas le sens de l’orientation, et, en plus, a fait une erreur de 4 minutes sur l’estimation de notre heure de retour!
– Ah oui… quatre minutes sur plus de 600 kilomètres de voyage… c’est énorme!

Drapé dans sa dignité, Celui qui m’accompagne fait semblant de ne pas percevoir la touche d’ironie.
À part le fait que la  voix féminine m’agace avec sa façon de nous conseiller de tourner à « droiiiiiiiite » d’un air pédant, le fameux GPS nous a sorti de plusieurs situations improbables.
Mon Capitaine n’en a cure.
Il m’assène son ultime argument:

– En plus, lorsque nous sommes  partis pour repérer l’emplacement du musée Renoir, il nous a baladés dans Cagnes-sur-Mer en nous faisant faire des détours impossibles!
– C’est vrai. Mais il nous a finalement menés à bon port…
– Oui… et une fois arrivé, il ne savait même pas que le musée était fermé!

Martine Bernier

Parmi les articles d’Ecriplume qui ont le plus de succès, se trouvent celui sur les chaînes à neige et un autre sur la relation de mon compagnon avec le GPS (voir lien ci-dessous).
A chaque fois, il s’agit de sujets qui mettent en scène Celui qui m’accompagne.
Qui a une mémoire d’éléphant….
Cette semaine, il entend par hasard à la télévision qu’une émission va traiter du sujet GPS lors d’un court reportage.
Sa réaction ne s’est pas faite attendre:

– Celui-ci, je ne veux pas le manquer!

A l’heure dite, nous voilà donc  installés devant l’écran où nous découvrons les péripéties d’un homme qui, en suivant à la lettre les ordres de son GPS, s’est retrouvé à contresens sur une entrée d’autoroute.
Ce qui lui a valu un accident spectaculaire, évidemment.
Je me mords les lèvres pour ne pas faire remarquer qu’il ne faut quand même pas être très futé pour suivre aveuglément les ordres d’une machine qui vous envoie dans un sens interdit.
Pendant une fraction de seconde, je me suis dit: « Bon, je sens que l’histoire ne va pas en rester là… »
Je ne me trompais pas.
Mon Capitaine, qui était installé à côté de moi, A tourné son visage vers moi et m’a dit, très digne:

– Je le savais! On ne peut pas faire confiance à ces trucs-là! Tu vois, j’avais raison!!!

Je l’ai regardé.
Surtout, ne rien dire.
Il avait ce regard pétillant qu’il a lorsqu’il va partir dans un éclat de rire.
Il rit avec les yeux, comme Pomme…
Il a poursuivi, toujours imperturbable:
– Donc, dès demain, tu vas retourner sur Ecriplume et tu vas expliquer à la terre entière que j’avais raison. Et que les GPS ne sont pas fiables!

Le reportage a continué, montrant un homme qui, ayant trouvé un logiciel gratuit sur Internet lui permettant d’enregistrer des voix, se faisait guider par celle de sa petite fille.
Mon Capitaine m’avait déjà dit par le passé qu’il n’aimait pas ces voix fantaisistes.
Il m’a regardée et, avec un large sourire, je lui ai susurré:
– Aimerais-tu avoir ma voix pour t’accompagner sur la route pendant tes trajets? Imagine le rêve: je ne te quitterais plus, tu n’arriverais plus à te débarrasser de moi!

Je m’attendais à un non virulent, à une indignation feinte et hilarante comme je les aime.
Au lieu de cela, il a posé sur moi un regard plein de douceur et m’a répondu:
– Ah oui, tiens… J’aimerais bien…
Avouons-le: cet homme me fait fondre et m’étonnera toujours.
Si je veux provoquer un certain attachement de sa part  pour son GPS, je sais ce qu’il me reste à faire…

Martine Bernier
https://www.ecriplume.com/2012/05/parole-dhomme-le-gps/

– Mais… pourquoi as-tu tourné à droite alors que le GPS te disait le contraire?
– Mmmm… j’ai mal compris.

Trois minutes plus tard:

– Mais??? Tu continues tout droit… mais le GPS te disait de tourner à gauche…
– Oui.
– Tu ne lui fais pas confiance??
– Non! Je ne ferai JAMAIS confiance à ce genre de machine qui me dit par où passer.
– Mais… c’est un GPS… c’est son travail de savoir où il va!
– Peut-être. Mais  moi aussi j’ai besoin de savoir où je suis, et c’est moi qui décide.
– Bon. Soit. Puisque c’est comme ça….

Couic.
D’un geste sûr, je coupe l’objet du litige.
Celui qui m’accompagne jete un coup d’oeil penaud sur l’appareil:
– Tu l’as éteint?? Pourquoi??
– Parce que cela m’énerve de te voir faire systématiquement le contraire de ce qu’il te dit de faire. Cela veut dire que tu n’en as pas besoin. Donc, je l’éteins.
– Mais… non! Rallume-le!
– Est-ce que par hasard tu ne serais plus très sûr du chemin à prendre?
– Heu… oui.
– D’accord. Je le rallume! Mais attention, si tu ne l’écoutes pas, je le ré-éteins!

Je m’exécute.
Un fou rire est en train de monter, ce qui n’échappe pas à l’oeil de lynx de mon compagnon qui sait que rien ne  m’amuse davantage que  ce genre de situation où il doit battre pavillon.
Un demi-sourire aux lèvres, il lance:

– Quand je changerai de voiture, je vais en prendre une avec une vitre au-milieu. Et je te mettrai DERRIERE la vitre!
– D’accord! Avec le GPS!
– Ah non, lui, je le garde avec moi. Et par la même occasion,  tu lui remettras une voix de femme. A ce propos, si tu racontes cette histoire sur Ecriplume, n’oublie pas de préciser que tu l’as branché sur une voix d’homme pour que je ne reste pas seul avec une femme dans la voiture!

Hugh.
Homme a parlé.

Martine Bernier