février 2020
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  

Catégories

Catégories

Miss Dior

c003061-image

J’en ai déjà parlé: acheter un parfum est un moment particulier pour moi.
Je l’entoure de tout un rituel,  je réfléchis, j’étudie l’histoire de ces produits avant d’aller à leur rencontre.
Le semaine dernière, mon Capitaine et moi avons pris un peu de temps pour nous rendre dans une petite parfumerie.
Comme toujours, une vendeuse expérimentée  s’approche et se lance dans mon portrait psychologique, qu’elle a réalisé uniquement en me voyant entrer et en entendant ma voix.
Il faut pourtant que je la fasse revenir à la réalité si je ne veux pas repartir avec un flacon que je n’aurai pas choisi.
Non, ce n’est pas parce que j’ai du poids à perdre que j’aime les parfums sucrés…
Un peu décontenancée, mon interlocutrice, à qui j’ai expliqué que je ne suis pour ainsi dire jamais déçue par les chyprés,  tente une autre approche:
– Je voudrais vous faire sentir ceci… Oubliez tout ce que vous avez aimé jusqu’ici, laissez-vous surprendre…
Je m’exécute… et je suis agressée par une odeur très orientale, presque violente.
Cette fois, je vais arrêter de lui laisser les commandes.
– Non… je ne suis pas du tout attirée par ce genre de senteur. Ce que je voudrais, c’est pouvoir essayer le Miss Dior eau de parfum.
Regard entendu de la vendeuse qui me confie:
– Quand vous êtes entrée, je me suis tout de suite dit que vous porteriez merveilleusement le Dior…

Oui, bon.

Elle m’explique ce que je sais déjà, qu’il y a plusieurs sortes de Miss Dior:
– Oui, je ne l’ignore pas… J’ai déjà le Miss Dior Bouquet et l’extrait de parfum. Aujourd’hui, j’aimerais essayer l’eau de parfum.
– Excellent choix… il va vous aller merveilleusement.
– Je ne sais pas… je sais qu’il a des notes de santal et d’ambre, et je les redoute un peu.

Un petit pschhht sur une languette me détrompe… à peine.
Nous sommes dans l’orange, et si je suis touchée par sa fraîcheur, il ne ressemble plus au Miss Dior Chérie qui a déserté les rayons depuis un bon moment maintenant.
Oui, la vendeuse ne me l’explique pas, mais cette eau de parfum a pris la place du parfum disparu.
Et je suis étonnée de réaliser que celui-ci est moins pétillant, visant sans doute une clientèle plus âgée que le premier.
Je regrette un peu: j’aurais aimé trouver le précédent avant de découvrir celui-ci…
Je garde mes réflexions pour moi.
Ma décision est prise, je le prends… pour le porter et pour le faire figurer dans ma mini collection de Dior.

Puisque je suis là, je demande à humer deux Hermès.
L’un me heurte, l’autre m’intéresse.
La vendeuse a l’air de penser qu’elle est à un cheveu d’une deuxième vente… mais non.
Je mémorise le nom du parfum, bien décidée à en savoir plus sur lui.
Puis, je vois un flacon de Guerlain, La Petite Robe Noire, en version Eau fraîche.
Le contenu est vert, alors que l’eau de parfum, que je porte assez souvent, est rose.
– Je vous le fais sentir! Vous allez l’aimer!

Je respire une senteur qui n’a rien à voir avec le parfum.
En voila un dont je me contenterai d’aimer la publicité!
Dernière question avant de passer à la caisse:
– Avez-vous For Her de Narciso Rodriguez?
– Non, je ne le connais pas.
Quelle erreur…

Hier soir, seule au Nid, j’ai réétudié mon Miss Dior eau de parfum, à la recherche de la note de rose qui m’est chère.
Il n’est pas mon préféré, mais me plaît.
Le parfum m’a accompagné toute la nuit.
Il fallait cela pour faire connaissance…

Martine Bernier

miss_dior_cherie_-_eau_de_toilette

Je suis venue à lui très tard… 
A chaque fois qu’un parfum entre durablement dans ma vie, le même scénario se répète.
Je l’essaie d’abord par le biais d’un échantillon.
Si je ressens une attirance, je laisse passer un peu de temps avant de le réutiliser.
Et je refais la même chose durant plusieurs semaines.
Si au bout d’un bon mois il finit par me manquer lorsque je ne l’utilise pas, il peut rentrer dans la gamme de ceux que j’achète.

Le « Miss Dior » est passé par le même chemin.
Je ne savais strictement rien de lui.
Je me suis contentée de me laisser apprivoiser par son style très féminin.
Puis j’ai fini par me documenter… pour découvrir, dans un premier temps, qu’il fait partie de la famille « Chypre-floral ».
Pas étonnant si l’on sait que tous les parfums que j’aime ou presque font partie de la gamme des chryprés… et que j’ai un grand faible pour Dior.

Celui-ci est un mythe. 
En 1947, année au cours de laquelle sont inventés les talons aiguilles, Dior lance avec New Look un style sensuel et moderne.
Pour cela, il fallait un parfum qui l’accompagne… « Miss Dior » sera celui-ci.
Son nom est  également donné à un modèle haute-couture, un sac et des escarpins.

C’est dans sa maison d’enfance de Grandville que le couturier trouve les senteurs qu’il veut retrouver dans le précieux flacon.
Il crée un parfum composé de gardenia, de galbanum, d’aldéhyde, mêlés à une touche de muguet, d’ambre et de cuir.

Le 12 février 1947, il vaporise « Miss Dior » dans les salons de son tout premier défilé.
Dehors, Paris grelotte: il fait -13°.
Mais, dans les salons gris perle du 30 avenue Montaigne, le « New Look » séduit…
Dior fait sa révolution…
La silhouette féminine qu’il présente est parée de vêtements ample, plein de grâce.

le-flacon-original-cree-en-1947Ce sera un triomphe pour le couturier qui a alors 41 ans.

Son parfum partage ce succès.
Inspirée du « Chypre » de Coty (1917) , sa « Miss Dior »  est indémodable, jeune, fraîche.
Il dit de son parfum « Miss Dior  est léger, frais et vif, depuis les premières notes de galbanum et de gardenia, rehausséses par l’impertinence de la sauge
Puis s’enroulant dans l’espace parfumé, le charme insaisissable du jasmin, de la rose et du néroli se mêle aux envoûtantes harmonies du patchouli et du ciste-labdanum, tandis que la chaleur veloutée de la mousse de chêne s’attarde dans l’air. « 

« Miss Dior » fait son entrée, habillée d’un flacon de cristal de Baccarat très « couture », dessiné par Fernand Guéry-Colas.
miss-diorUn flacon amphore décliné en trois couleurs (bleu, blanc et rouge) surmonté d’un cabochon délicat.
Par la suite, en 1950, Dior a imaginé un autre flacon, « coupé comme un tailleur » et surmonté d’un petit noeud papillon.
Tantôt blanc ou noir, ce noeud deviendra le symbole de Miss Dior.

Avec le temps, le parfum a évolué.
Il a été retravaillé, présente aujourd’hui des notes de mandarine, rose bulgare, cuir, vanille , patchouli…
On le dit plus dense et plus mystérieux que le modèle originel.
Mais il reste toujours destiné à un public de femmes cible attirées par le romantisme et l’élégance.

Martine Bernier