septembre 2011
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Catégories

Hier, Celui qui m’accompagne a orienté la conversation sur Jean Yanne.
Ce qui nous a poussés à revoir certains de ces sketches, toujours aussi drôle des années après leur création.
Cet homme-là fait partie de ceux qui ont beau avoir eu l’outrecuidance de passer dans un monde dit meilleur, restent bien présents parmi nous.
Lui qui avait débuté des études de journalisme (hé oui…) a eu l’excellente idée de mettre son esprit et sa plume au service de l’humour, avec son complice d’écriture, Gérard Sire.

J’ai entre les mains un livre de ma bibliothèque que j’aime tout particulièrement: « On n’arrête pas la connerie », qui est l’intégrale des textes, citations et pensées du Sieur Yanne.
Olivier de Kersauson y achève sa préface en écrivant: « Il était ruisselant de cette intelligence du rire ».

Ce livre est un recueil de délices, un voyage en Absurdie.
Lire Yanne est un petit bonheur…
Vous voulez un exemple?

« Si vous avez un chien, il voyagera sans doute avec les gosses, à l’arrière.
Au bout de 200 km, l’amour qu’il vous porte, le besoin de vous le faire savoir ou tout simplement le désir de vous signaler qu’il aimerait bien faire une halte hygiénique le pousseront sans doute à vous coller son museau dans le cou.
Or, s’il est en bonne santé, rien ne peut vous surprendre plus que sa truffe glacée, ce qui risque de vous faire lâcher le volant.
Habituez-vous à cette sensation d’humidité froide inattendue.
Fixez, derrière vous, au plafond de votre voiture, un fil de nylon auquel vous attacherez une éponge mouillée.
A chaque coup de frein, à chaque virage, l’éponge viendra heurter votre nuque, vous préparant ainsi aux futures démonstrations d’affection de votre fidèle animal. »

- Recette californienne: contre les requins, rien de tel que de se baigner avec une tronçonneuse.
- Sur Mars, il fait 160 degrés à l’ombre. Mais on est pas obligé d’aller à l’ombre.
- Il paraît qu’une plante sur laquelle on fait une bouture voit sa température s’élever. Je me demande où ils mettent le thermomètre.
- La girafe n’a pas d’articulation du genou. Mais… comment elle prie?

J’adore…

Martine Bernier

MARTET Marie-Hélène dit :

C’est un pur bonheur de vous lire. C’est frais, léger et tout en découle presque en un claquement de doigts.
Je me régale et me délecte tous les jours à vous lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>