août 2013
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Catégories

hi2

Photo provenant du site de l’Office du Tourisme de Thiers

Nous parlions couteaux, hier, avec la Dame de Chiboz, lorsque, dans la conversation, elle m’a demandé:

- Connais-tu les chiens réchauffeurs de Thiers?

Non, je ne connaissais pas…
Elle m’a expliqué qu’elle était un jour allée spécialement à Thiers pour en savoir plus à leur sujet, et m’a raconté ceci…

Thiers est une ville de France bien connue pour  ses industries.
La papeterie, la tannerie, le fil de chanvre, les cartes à jouer: ces secteurs recelaient un précieux savoir-faire qui a permis le développement de la ville.

Et puis, il y avait les émouleurs.
La coutellerie est l’une des cartes de visite de l’endroit.
Au début du XXe siècle, les émouleurs travaillaient dans des conditions très dures.
Descendant le long d’un sentier pentu en direction de la rivière, ils se rendaient au « rouet », un moulin à entraînement hydraulique.
Là, ils se  couchaient sur les planches au dessus de meules de grès qui tournaient, tournaient…
C’est sur ces meules placées dans la fosse qu’ils affûtaient la lame des couteaux, à bras tendus.
Le lieu était évidemment très humide, les conditions de travail terribles.
En hiver, le petit poêle n’arrivait pas à réchauffer la pièce.
Non seulement les hommes souffraient de cette position de travail leur déformant la cage thoracique, mais, de plus, ils vivaient dans un froid humide constant.

C’est là qu’intervenaient les chiens.
Des petits chiens qu’ils emmenaient avec eux au travail et qui se couchaient sur les jambes de leurs maîtres tandis qu’ils travaillaient.
Ils leur apportaient un peu de chaleur… et le pichet de vin de la pause  achevait de réchauffer l’atmosphère.
Sur des photos trouvées par la Dame de Chiboz, les émouleurs, sympathiques gaillards le plus souvent moustachus, posent avec leurs chiens sur les genoux.
Ils avaient l’air de les aimer…
L’un d’eux tient un canard dont on ne sait s’il tenait lui aussi le rôle de réchauffeur.

D’autres photos des groupes les montrent avec des femmes.
Les polisseuses qui, souvent, épousaient les émouleurs.
On dit des émouleurs de Thiers qu’ils étaient de joyeux drilles.
Et c’est vrai que, sur les photos, ils ont des sourires  francs qui donnent envie d’en savoir davantage sur eux.

C’est toute une tranche de vie que j’ai découvert  là grâce à la Dame de Chiboz.
J’ai fort envie d’aller visiter Thiers…
Le passé industriel de cette ville mérite que l’on s’y attarde…

Martine Bernier

(source: « Du tranchant pour nos lames, les émouleurs de Thiers », par Christian Lemasson

Une réponse à Les chiens réchauffeurs de Thiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>